vendredi 16 août 2019

Vacances! (ou presque)

Le changement de job récent de mon chum signifie qu'on n'aura pas vraiment de vacances en famille cet été (c'est correct : on en a eu cet hiver avec le Mexique!).

Par contre, comme ma fille entre à l'école le 29 août, je voulais quand même lui donner un break de la garderie, des consignes, de la vie de groupe et des horaires.

Donc, à partir de ce soir et jusqu'à la rentrée, ma puce sera en vacances avec moi à la maison. (Et non "ma puce et moi seront en vacances à la maison". Si vous ne voyez pas la nuance... Vous êtes libres pour faire du gardiennage? :p )

Devoirs de maman obligent, ce blogue sera donc silencieux pour les deux prochaines semaines. Attendez-vous également à un calme plat sur Facebook et à un certain retard dans les réponses de courriel.

Inutile de spécifier que j'écrirai sans doute pas non plus, hein? (Ça me décourage et les deux semaines ne sont même pas entamées!)

Bref, amusez-vous bien et on se revoit/relit après "mes" vacances! ;)

mercredi 14 août 2019

Pourquoi les jeunes écrivains font des longues séries

L'autre jour, sur un regroupement d'écrivains dont je fais partie, un jeune auteur a posé la question "Pourquoi les jeunes écrivains ont le réflexe d'écrire des longues séries?"

On lui a donné plusieurs très bonnes réponses :

- Influence de la télé et des séries déjà publiées (on veut copier ce modèle épisodique).

- Impératif commercial (les éditeurs, surtout en jeunesse et en jeune adulte, aiment les séries parce que chaque nouveau tome incite à ramener les précédents sur les tablettes).

- Demande des lecteurs (quand ils aiment le livre, ils en veulent un autre avec les mêmes personnages!).

- Histoire trop longue pour tenir en un seul tome.

- Univers qui a demandé tellement de temps à développer que les auteurs veulent y replonger.

Mais, tant qu'à moi, on a discuté de quelques éléments dont les aspirants écrivains n'ont pas conscience (notamment les impératifs commerciaux) et on a oublié l'élément primordial (qui se rappelle à moi chaque fois qu'un débutant m'envoie un de ses textes) : parce que les jeunes écrivains ne savent tout simplement pas faire court!

Que ce soit en nouvelle ou en roman, ils veulent TOUT raconter. Les vies personnelles de leurs huit personnages principaux avant le début de leur quête pour retrouver les six joyaux de la couronne perdue. (En partant, est-ce qu'on pourrait couper à quatre personnages et trois joyaux? On sauverait bien deux tomes!) L'histoire de tous les royaumes de leur continent et la biologie de toutes leurs races inventées. Les légendes entourant les méchants qui ont caché les joyaux. Et le sombre passé de la couronne démantelée. Et le menu des auberges. Et la couleur des murs. Et le détail des broderies de la robe de la princesse (parce qu'ils se sont déjà fabriquée la même pour les cosplay). Et le protocole pour recevoir des mains de ladite princesse l'épée enchantée qui servira à abattre le dernier gardien du dernier joyau (celui qu'ils récupéreront dans le tome 8). Et les règles de la magie, bien sûr, ou même des magies, parce que les anciens dieux pis les nouveaux... Ah c'est vrai, faut parler des dieux aussi...

Bref, ça finit pu!

Et souvent, la mise en scène n'est pas au point. Chaque élément que l'auteur trouve important nous est présenté séparément (et souvent raconté plutôt que montré). Les personnages, un par un. Les légendes, une à une. La biologie de l'un. Le menu de l'auberge. On fait un détour par une chapelle pour jaser religion (quand ça nous est pas balancé dans une longue info dump au hasard d'un sentier). Ils n'ont pas le réflexe de créer un chapitre où personnage A entend personnage B, de passage dans son village, raconter quelques légendes avant de discuter avec la serveuse du menu, parce qu'en tant que membre de la race X ou de la religion Z, il ne peut pas avaler de gluten.

Résultat : ils écrivent longuement, mais c'est vide. Il ne se passe rien. Et quand on leur fait remarquer, ils rajoutent des péripéties (personnage A se fait voler sa bourse et doit courir derrière le voleur), pour insuffler un peu d'action... ce qui rallonge encore le texte!

Et savez-vous quoi? Je crois que c'est parfaitement normal. En tant qu'écrivain, on passe tous par là! (Oui, il y a, dans les tréfonds de mon ordinateur, une série de fantasy en plusieurs tomes! Parlez-en à mon chum, il s'étouffera à moitié de rire en disant "les oiseaux"...) Que celui qui n'a pas écrit 50 000 mots absolument superflus juste pour le plaisir de ne plus être soumis à des productions écrites de 500 mots jette la première pierre! En plus, souvent les jeunes écrivains se racontent leur histoire au fur et à mesure qu'ils l'écrivent. Ils n'ont pas appris à se faire des fiches de personnages, des fiches de villes, des notes sur l'écologie. Ils ont besoin de mettre toutes leurs explications dans le texte.

Cependant, après s'être payé ce luxe de mots, cette détente, je crois qu'il faut que les jeunes écrivains réapprennent à faire court. À économiser, non pas leurs mots, mais la patience, l'intérêt et le temps de leur lecteur. Je ne dis pas qu'ils ne peuvent pas écrire une série en 7 tomes de 200 000 mots chacun. Cependant, il faudra qu'il s'y passe énormément d'événements utiles à une intrigue complexe (et idéalement, que chaque tome contienne sont intrigue propre, liées aux autres par un grand arc narratif). Pas que le premier tome serve juste à présenter les personnages.

(Mais Tolkien, lui? C'est ça qu'il a fait! Ça lui prend tout le premier livre, pour... Ben oui, mais revenez-en de Tolkien! Y'é mort depuis longtemps! Pis on a appris bien des choses sur la mise en scène et les procédés narratifs depuis.)

S'il ne se passe rien dans le tome 1, ça risque de faire une série qui va s'écraser, faute d'intérêt des lecteurs et de ventes, et dans laquelle l'éditeur (triste constat sur les pratiques éditoriales actuelles) mettra la hache.

Maintenant, comment apprendre cette économie aux jeunes écrivains? Comment leur faire découvrir les joies de la mise en scène judicieuse? Je suppose que passer à travers leurs romans avec une tronçonneuse est une méthode possible, mais ça requiert une personne désirant se dévouer à lire et charcuter les 7 tomes de 200 000 mots ci-haut mentionnés! Et un écrivain qui a envie de réécrire le tout ensuite! (En sachant qu'il a probablement vieilli et évolué pendant l'écriture et que son tome 1 ne lui plaira peut-être plus tellement.)

Personnellement, j'ai appris en ateliers, grâce à la nouvelle.

C'est merveilleux la nouvelle, parce que vous avez un nombre fixe de mots (mais quand même plus généreux que les limites des maudites productions écrites du secondaire) et vous devez y faire entrer une histoire. Quand je relis mes premiers textes, ouille, mettons qu'en 3000 mots j'arrivais pas à raconter grand chose. Surtout quand je compare avec ce que j'ai fait ensuite en 1000 mots!

Pour moi, c'est ça le secret : il faut mettre les jeunes écrivains au contact de la forme brève. Parce que c'est un laboratoire d'expérimentation, parce que c'est moins décourageant à retravailler, parce que c'est (un peu) plus facile à faire publier, mais, surtout, parce que ça nous apprend à aller à l'essentiel, à mettre en scène, à évoquer, à condenser.

Cela dit, je conseille de ne pas trop s'attarder à la forme brève une fois qu'on a compris le principe, sinon on risque de se retrouver, quarante nouvelles plus tard, à bûcher sur ses romans, parce que maudit que c'est long de produire 60 000 mots... :p

vendredi 9 août 2019

Personnages instantanés : les noms

Ah, les noms de personnage!

Je sais pas pour vous, mais moi mes personnages principaux ont très rapidement un nom, qui a souvent plusieurs significations. Un mélange de gens que j'ai connus et qui avaient ce prénom ou ce nom de famille, de racines anciennes du prénom, d'histoire de la famille, de jeu de sonorité...

Bref, le personnage principal, ça va, je sais comment il s'appelle. (Et j'aurai donc tout un casse-tête devant moi si je dois modifier son nom, mais ça c'est une autre histoire!)

Mais les personnages secondaires, eux? Les quatre collègues de travail, les huit amis, le professeur de yoga... Ouille! Là ça devient difficile. (Et encore plus si je suis en train d'écrire une nouvelle et que ces personnages n'apparaîtront que pour une phrase ou deux!)

J'aimerais bien vous dire que j'ai trouvé un truc extraordinaire pour baptiser rapidement mes personnages, mais... non.

J'ai cependant quelques outils qui m'aident.

En partant, j'essaie de m'arranger pour que chaque prénom de personnage (ou nom de famille si c'est ce qui est utilisé dans la nouvelle) commence par une lettre différente. À la longue, j'ai trouvé que les lecteurs confondaient moins facilement Misaki, Satô et Yamaki (ou Marie, Julie et Caroline) que Yukié, Yoshi et Yamaki (que Marie, Mélanie et Mélissa). Quand, pour une raison ou une autre, j'ai deux noms qui commencent par la même lettre, j'essaie de varier les longueurs et les graphies (Marie et Mélissandre seront privilégié par rapport à Mélanie et Mélissa mettons, de même que Dubé et Duponcelle plutôt que Dubé et Dupré).

Donc quand je veux un nouveau nom de personnage, je regarde ce qui existe déjà dans ma nouvelle et je procède par élimination. Personne n'a de prénom commençant par E? Parfait, le collègue de travail va s'appeler Éliot.

Éliot ne me plaît pas et je n'ai pas d'idée pour un prénom masculin commençant par E? L'ami Google est un allié précieux quand vient le temps de trouver des "prénoms commençant par E"...

Vous ne trouvez toujours pas? Ni Étienne, ni Émile, ni Édouard ne vous tente? Peut-être que vous vous restreignez sans vous en rendre compte. Votre personnage a-t-il besoin d'être un québécois francophone? (Un peu de diversité, on le rappelle, ça ne fait pas de mal et c'est plus réaliste. Et avec des personnages secondaires, vous n'aurez pas trop de recherches à faire.)

C'est bien beau mais vous ne connaissez ou des prénoms grecs ou arabes ou autres? Rappelez Google à la rescousse. Ou alors Wikipédia! Une petite recherche au sujet d'un pays, de sa culture et de son histoire me livre toujours une foule de noms de famille et de prénoms utilisables.

Et quand rien ne fonctionne, c'est le moment d'aller visiter Google Translate. Je veux un personnage d'origine finlandaise qui est un ami fidèle? Ça se dit comment "fidèle" en finnois? La réponse ne me plaît pas? Et s'il était plutôt "loyal"? Ou Danois plutôt que Finlandais? Ou nommé à contre-pied de sa personnalité, avec "frivole"?

D'accord, si vous utilisez cette méthode pour baptiser vos personnages, les lecteurs qui parlent la langue choisie risquent de rire dans leur barbe, mais... Bon, de un, ils ne seront sans doute pas nombreux. De deux, qui n'a pas rencontré une anglophone prénommée Chastity ou Joy?

Parfois, je ne vais même pas fouiller si loin. Je me garde une liste de noms de famille et de prénoms de gens que j'apprécie. Lorsque j'ai à baptiser un personnage sympathique, j'y pige le prénom de l'une et le nom de famille de l'autre (et ça fait souvent deux heureux d'un coup, la plupart des gens aimant lire leur nom dans les écrits des auteurs qu'ils connaissent, en plus de me laisser la liberté de créer un véritable personnage).

Lorsque j'ai à baptiser un personnage antipathique ou un cadavre, j'use pas mal du même procédé, quitte à déformer certains noms trop reconnaissables. Est-ce que je suis le genre d'écrivaine rancunière qui héberge un document intitulé "noms de futurs cadavres" dans les tréfonds de son ordinateur et qui y inscrit le nom de ses ennemis dans le but avoué de les tuer un jour, préférablement de manière fort souffrante, dans un texte? Voyons donc, vous me connaissez mal!

J'ai assez bonne mémoire pour ne pas avoir à les noter! :p

Blague à part, c'était l'ensemble de mes trucs et outils pour baptiser les personnages de moindre importance de mes récits (sans qu'ils finissent par tous s'appeler Julie et Bob). Et vous, est-ce que vous avez des astuces de baptême (à ne pas confondre avec des baptêmes d'astuce) à partager?

MISE À JOUR : Un ami, sur Facebook, m'a dirigée vers ce site : www.fakenamegenerator.com C'est tout simplement génial! Merci Félix!

mercredi 7 août 2019

Personnages instantanés : la transplantation

Les personnages principaux de nos histoires, on y réfléchit. On leur invente un passé, une famille, des amis, des ennemis, des études, des passe-temps, une couleur préférée, on répond à leur place à des tests de personnalité pour savoir s'ils sont plus Stark que Lannister, etc. (Ou, entk, on devrait faire tout ça!)

Par contre, des fois on a juste besoin de "la meilleure amie de service", du "barman habituel" ou d'un "collègue de travail", bref d'un personnage secondaire auquel on n'a pas nécessairement réfléchi beaucoup, qui ne sera pas là longtemps, mais pour lequel on aimerait quand même éviter le cliché absolu. Après tout, on doit donner l'impression que, pour notre personnage principal, ce personnage secondaire est vrai, substantiel, qu'il occupe une place dans sa vie. Surtout si les deux doivent avoir une conversation importante!

Dans ce temps-là, mon truc pour créer un "personnage instantané", c'est la transplantation de personnalité.

Qu'est-ce que j'entends par là?

Je commence par déterminer l'apparence et le sexe du personnage. (Souvent ça veut dire que je vais me balader sur Google Image ou que je revois des images de film.)

Ensuite, je passe mentalement en revue les gens que je connais et j'essaie de voir qui aurait une la personnalité appropriée (ou la personnalité la moins appropriée) pour tenir le rôle.

Et quand j'ai trouvé quelqu'un à mon goût, je transplante sa personnalité dans mon personnage, sans me soucier que le sexe ou le genre ou l'apparence concordent. Je transforme les gars en fille, les filles en gars, les hétéros en homos, je change les couleurs de peau, de cheveux, j'ajoute des tatouages... Et je vois si ça fonctionne. Souvent, ça me demande d'ajuster un peu les scènes ou les descriptions. Et c'est parfait! Car ça signifie que je m'éloigne du cliché. Que j'enrichis mon récit.

Pourquoi je fais ça? Pourquoi je n'utilise pas simplement les gens que je connais comme personnage?
Pour trois raisons :
1- Je ne veux pas qu'ils se reconnaissent et qu'ils soient peinés ou insultés si j'utilise de moins beaux côtés de leur personnalité ou des anecdotes moins glorieuses.
2- Pour introduire de la diversité. Parce qu'entre les écrivains habillés en mou et les informaticiens semi-hipster, mes amis tendent à se ressembler.
2- Pour faire d'eux de véritables personnages, en prenant l'essence de leur personnalité et en m'inspirant de leur histoire, mais sans m'embarrasser des détails.

Et voilà! Dix minutes de réflexion plus tard, je suis prête à écrire la scène de confidences à la meilleure amie. Restera juste à lui trouver un nom à cette meilleure amie... :p  (Ça, c'est un autre casse-tête et de la matière pour un autre billet!)

vendredi 2 août 2019

Insuffler du vrai dans le faux

Plus je lis des textes d'aspirants auteurs, plus ça me frappe : la plupart d'entre eux sont vides.

Oh, il s'y produit des événements, des thèmes importants sont abordés, les personnages sont parfois très bien détaillés, mais... mais il manque quelque chose.

Et puis, dernièrement, je suis tombée sur un texte qui était différent. Celui-là sonnait bien. Il sonnait entier. Il sonnait... vrai! On l'a donc accepté pour publication.

En faisant la direction littéraire du texte avec l'auteur, il m'a demandé si j'avais aimé tel petit détail au début du texte, car c'était une anecdote qu'il avait empruntée à sa grand-mère. Et c'était justement le détail qui m'avait donné envie de poursuivre ma lecture!

J'ai toujours mis beaucoup de vrai dans mes textes. Parfois, c'était mes expériences, parfois des morceaux de la vie de gens de mon entourage. Je croyais que ça faisait de moi une auteure paresseuse, sans imagination, qui préférait travestir la réalité plutôt que d'inventer. J'étais prête à l'admettre : je ne suis sans doute pas l'écrivaine la plus créative.

Pourquoi le serais-je? On dit souvent que la réalité dépasse la fiction.

Et il ne faut pas oublier que la fiction se nourrit de réalité.

De faits réels, d'anecdotes réelles, mais surtout de sentiments réels, de sensations réelles. Par exemple, vous n'avez peut-être pas peur de la bête innommable à tentacules qui vit au fond de l'eau, mais peut-être que les araignées provoquent en vous une terreur paralysante... Placez donc cette terreur dans le corps de votre personnage et vous aurez une bonne base pour écrire la suite!

Je crois qu'il ne faut pas hésiter à insuffler beaucoup de nous-mêmes dans nos écrits. Quitte à craindre que des gens se reconnaissent, quitte à se faire demander ensuite si on pense vraiment ci ou ça, quitte à écrire tout et son contraire. En tout cas, pour ma part, plus les années passent, plus je pige dans mes expériences et plus mes textes reçoivent des compliments!

Qu'est-ce que vous en pensez? Est-ce que c'est le prix à payer pour que nos fictions sonnent vraies?

Ou alors j'suis vraiment juste une auteure paresseuse?

mercredi 31 juillet 2019

Avantage insoupçonné

J'ai donc découpé le premier jet de mon manuscrit en fragments, que je réarrange et réécrit tranquillement. (Y'a 4% du travail de fait environ... oui, c'est long, merci, je sais que j'écris à la vitesse d'une tortue rhumatisante, vous m'apprenez rien!).

Dès le début, je me disais que ça m'aiderait d'avoir les morceaux de papier en main, de pouvoir les réarranger physiquement.

En effet, c'est pas mal utile. Je peux les classer conceptuellement, mais aussi visuellement. Je vois tout de suite quand les piles de papier sont trop hautes ici par rapport à là-bas. Je peux prendre un bout de texte, le déplacer et regarder s'il s'insère bien, si les transitions vont couler...

Et, avantage insoupçonné, j'ai désormais le plaisir, quand je termine de réécrire une scène, de pouvoir froisser le bout de papier sur laquelle elle était inscrite et le jeter (au recyclage)!

Heille! C'est tellement gratifiant de froisser du papier non pas parce que ce qu'on vient d'écrire est mauvais, mais bien parce que c'est terminé!

J'pense que pour mes projets suivants, je vais me garder du papier brouillon à portée de la main et en froisser des feuilles quand j'aurai bien travaillé! hihihihi!

Et vous, avez-vous des manières encourageantes de souligner la progression de vos projets d'écriture? Quelque chose de plus gratifiant qu'un décompte des scènes sur votre blogue ou sur Facebook, là! :p

vendredi 26 juillet 2019

Pourquoi je ne ferai jamais l'école à la maison

Y'a des jours où je lis des articles et des études concernant le système scolaire québécois et où je me dis : "Je vais pas envoyer ma fille là-dedans?!? Elle est super intelligente, je suis très éduquée et mon chum aussi... Je pourrais la garder avec moi et lui faire l'école à la maison..."

Bon, d'habitude cet état d'esprit dure jusqu'à ce que mon adorable puce (qui a hérité de la vivacité d'esprit de ses parents, mais aussi de leur force de caractère) me pète une crise. Bref, ça prend au maximum 24 heures. :p

Remarquez, y'a d'autre fois où j'ai juste à me rappeler l'état de ma santé mentale et de ma patience après une semaine en tête à tête avec ma fille chérie (où je ne peux ni écrire, ni prendre un repas en silence) pour que j'écarte l'idée.

Reste que, de temps à autre, elle me revient.

Puis l'éducatrice de la garderie me remet un rapport d'évaluation où ma cocotte obtient des résultats largement supérieurs aux attentes pour son âge dans tous les domaines, sauf un : la géométrie. Ma puce ne semble pas avoir tous les acquis nécessaires pour l'entrée à la maternelle. Et l'éducatrice me note :

"Se pourrait-il que personne ne lui ait expliqué c'est quoi un rectangle?"

Oups! :p

C'est alors que je me souviens c'est quoi le rôle fondamental de l'école : apprendre à tout le monde les mêmes connaissances de base.

Pour le reste, on suppléera à la maison. En sachant que même si on a des lacunes et qu'on oublie un truc ou deux, à l'école il y aura plusieurs profs qui se relaieront et s'assureront de passer en revue l'essentiel.