lundi 13 janvier 2020

J'ai survécu!

J'ai survécu à 48 heures sans wifi!

Mais en fait, il y avait du wifi. Suffisait, pour l'obtenir, de marcher deux kilomètres dans la neige, le froid et le grésil.

Bah, pour la banlieusarde piétonne que je suis, c'est juste une marche de santé (je crois que le dépanneur est situé plus loin de ma maison). Je me suis quand même retenue : je ne l'ai effectuée que trois fois en deux jours.

... En vain, d'ailleurs : l'agent d'immeuble a attendu mon retour à la maison dimanche soir pour me prévenir que mon offre d'achat était acceptée!

*Insérez ici une danse de la joie*

Ouf! Me voilà donc en bonne voie d'obtenir le condo que je désirais, dans le quartier que je convoitais (le même quartier, en fait, mais plus proche du dépanneur ci-haut mentionné). Un stress de réglé!

Étape suivante: vendre la maison. Pour ça, faut la désencombrer, la faire briller, la photographier... Bon, je vous laisse, j'ai du pain sur la planche!

vendredi 10 janvier 2020

FOMO

Voilà quelques mois, mon amie Mariane (aka Prospéryne) a décidé de nous organiser une retraite d'écriture d'une fin de semaine.

Le plan : un chalet, six écrivains, six ordinateurs portables, du vin, de la bonne bouffe et aucune pression ou consigne. Ce ne serait pas un atelier, mais un moment pour s'éloigner du quotidien et écrire librement.

J'avais accepté avec enthousiasme, contente de m'offrir l'occasion de décrocher. Et ça, c'était avant ma séparation et tout ce que ça implique. Mettons que l'envie de mettre la vie sur pause est décuplée en ce moment...

Sauf que, j'avais pas noté un "petit" détail à propos de notre chalet : il n'a pas d'accès Internet.

48 heures. Je vais passer 48 heures sans Internet! O_o Impossible de faire des recherches en écrivant, de recevoir des photos de ma puce, de regarder les nouvelles ou de clavarder avec les amis qui ne seront pas au chalet. Impossible aussi de savoir ce qu'il advient de l'offre d'achat que j'ai faite hier sur un condo absolument parfait pour moi et ma puce!!! (Hiiiiiiiiiiii!!!)

Ok, je dois admettre, j'angoisse un peu là! Je ne me souviens pas de la dernière fois que j'ai été coupée d'Internet (j'ai failli écrire "du monde") aussi longtemps!

Si vous me trouvez intense, sachez que ce phénomène d'angoisse devant la déconnexion a un nom : FOMO (Fear Of Missing Out/ Peur de Manquer Quelque Chose).

Faut croire que j'aurai pas le choix de m'en soigner en fin de semaine! Je vais compter sur mon yoga pour m'aider. Seul problème : normalement je fais mon yoga en suivant des vidéos Youtube. O_o

Ouf, ça s'annonce comme un long 48 heures! hihihihihi! De retour lundi (si j'ai survécu!)

mercredi 8 janvier 2020

À faire

- trier les possessions

- donner ou vendre les possessions inutiles mais encore bonnes

- recycler/jeter les autres

- ne pas oublier le jour du recyclage, parce que le bac déborde!

- mettre la maison en vente

- placer la maison pour les photos et visites

- ranger la maison (tâche perpétuelle)

- magasiner des condos en photo

- aller visiter des condos en personne

- mesurer les meubles existants pour voir s'ils entrent dans les condos

- magasiner de nouveaux meubles parce que plusieurs n'entrent pas

- choisir le lieu où je vais habiter pour les dix prochaines années (parce que tant qu'à m'installer...)

- préparer la fin de semaine au chalet

- écrire

- manger

- faire mon yoga

- jouer avec ma puce

- ne pas angoisser à propos d'une guerre États-Unis vs Iran

- prévoir un billet de blogue... ah, oups! :p

mercredi 1 janvier 2020

Résolutions et objectifs 2020

Dans les débuts du blogue, soit à la décennie précédente (hihihihi! désolée, l'historienne aime les changements de date marquant), je profitais de mon premier billet de janvier pour prendre des résolutions. Des bonnes vieilles résolutions bien contraignantes et culpabilisantes, que je ne tenais évidemment jamais.

Depuis quelques années, je me suis plutôt mise à me fixer des objectifs. Des espèces de lignes directrices pour l'année. J'aime bien ça. J'y reviens en cours d'année et ça m'aide à ajuster le tir. Ça permet de faire évoluer ma vie professionnelle et personnelle, un pas à la fois, une année après l'autre.

Seul problème... Eh bien cette année 2020 va présenter pour moi un renouveau total. Par moments, c'est enivrant et j'ai juste envie de me précipiter en avant pour tout découvrir : nouvelle vie, nouvelles possibilités, nouvelles inspirations... À d'autres, j'ai plutôt le goût de hurler de terreur et d'aller me réfugier sous une doudou, dans le fond d'un garde-robe, après avoir fermé à clef toute les portes de la maison (on est jamais trop prudente!).

"On verra" est la phrase que j'ai répétée le plus souvent dans les derniers mois.

Quand est-ce que je vais déménager? On verra.

Où vais-je vivre? On verra.

La pension alimentaire calculée suffira-t-elle? On verra.

L'arrangement de garde avec Vincent conviendra-t-il? On verra.

Comment est-ce que ça va aller, seule avec la puce au quotidien? On verra.

Vais-je arriver à me débrouiller à pied ou en bus dans ma banlieue conçue pour une voiture? On verra.

Est-ce que je pourrai subvenir à nos besoins avec mes revenus d'écrivaine? On verra.

Quand est-ce que la commission scolaire où je suis allée faire des animations en novembre va me payer? On verra.

Est-ce que quelqu'un va finir par vouloir publier mon roman policier? On verra.

Trouverai-je un jour une autre personne pour partager ma vie? On verra.

(Sachant que mes talents pour le flirt et la séduction datent du siècle dernier - oui, oui, la dernière fois que j'ai été célibataire, c'était en 1999, vous avez bien lu - ce dernier item est un peu angoissant, mais bon... On verra, hein?)

Arrrgggg! Pour une fille qui est habituée de planifier des mois d'avance ses engagements professionnels et personnels, mettons que ça fait beaucoup, beaucoup, d'incertitudes, qui s'ajoutent à tous les imprévus normaux de la vie d'une mère et d'une travailleuse autonome.

Donc, en 2020, mon objectif est de... voir venir et m'adapter.

Et, pour m'aider dans le processus, me remettre au yoga quotidien.

Je prévois aussi soigner mon réseau social et mes amitiés, parce que j'ai des amis qui ont beaucoup donné dans les derniers mois et je compte bien leur rendre la pareille.

Finalement, je vais continuer d'appliquer les préceptes du minimalisme. C'est-à-dire de ne garder que les trucs fréquemment utilisés ou qui me rendent heureuse. Ces principes m'ont d'ailleurs permis de trier mes bibliothèques et de me défaire de la moitié de mes livres sans trop de douleur. J'ai gardé seulement ce que je pense réellement relire ou consulter.

Pour le reste, les publications, le logis, ma puce, les finances, etc... vous avez deviné?

On verra.

J'espère juste que j'aurai beaucoup de beau à voir. ;) Et je vous en souhaite autant.

Bonne année à vous tous! Bienvenus dans les années 20! ;)

vendredi 20 décembre 2019

Joyeuses Fêtes!

En 2019, je me suis séparée.

Bon, ça suffit comme bilan, non? :p

Dire que j'avais trouvé 2018 et ses dégâts d'eau difficile à gérer! J'vais espérer très fort qu'il n'y aura pas d'histoire de jamais deux sans trois et que 2020 sera plus relax, parce que ma résistance nerveuse et émotionnelle approche de sa limite (pis mon budget de psychologue aussi!)

Côté résolutions, en 2019, je voulais...

1- Terminer la réécriture de mes deux romans

J'en ai fait un et j'avance dans le second. Ça va moins vite que je ne l'espérais, mais disons que la vie s'est interposée entre moi et mon clavier.

2- Écrire tous les jours

Non, rien à faire. Je ne peux pas écrire la fin de semaine. Ni les jours où je suis en déplacement. Par contre, de janvier à août, tous les jours où j'étais à la maison, j'écrivais. Après août, j'ai continué d'écrire, presque tous les jours, mais mettons que c'est du matériel brut non destiné à publication pour le moment.

3- Faire de l'activité physique

Encore une autre affaire qui était bien partie et qui a royalement fouairé pour cause d'aléas de la vie. Je suis toujours inscrite dans un gym de boxe, on m'a gentiment suspendu mon abonnement. Je verrai l'an prochain si je m'y remets. Avant d'essayer, je commencerai sans doute par le 30 jours de yoga d'Adriene. (Si vous connaissez pas et que le yoga vous intrigue, c'est la place où commencer.)

4- M'aventurer

J'avais commencé ça tranquillement, élargissant mes horizons avec des musées et des nouvelles activités (j'ai entre autres appris la magie! Hihihi!). Là j'expérimente la monoparentalité, la médiation familiale et tout ce qui vient avec. Ouais, ok, c'est plus que j'en voulais. :p

***

Heureusement, tout n'est pas noir, ne vous en faites pas.

Premièrement, ce fut une année financièrement exceptionnelle, avec une bourse et pas mal de publications ou de promesses de publication (dont trois acceptations pour trois numéros de Solaris de suite!).

Deuxièmement, j'ai hâte de voir ce qui ressortira de tous les renouveaux qui s'annoncent pour 2020 et de tous les projets que j'ai amorcés. C'est pourquoi je ne veux pas m'appesantir sur 2019. Je suis quand même confiante en l'avenir.

Troisièmement, j'ai découvert que j'ai une merveilleuse bande d'amis, qui sont là pour me soutenir quand je me sens seule. Alors un merci particulier pis un câlin épique à Luc, Pascal et Mariane, sans qui j'aurais eu des journées forts difficiles, mais bises à tous les autres qui m'ont écrit, à un moment où un autre, juste pour me dire "Comment ça va?" ou "Veux-tu aller luncher?".

Quatrièmement, l'année devrait finir en beauté, car pour la première fois, cette année, je vais pouvoir me permettre un Jolabokaflod le 24 décembre. C'est-à-dire que je vais passer la soirée à lire en pyjama avec un verre de vin, tandis que Vincent amènera notre puce passer la soirée dans sa famille. Je sais que beaucoup de gens à qui j'ai annoncé mon projet m'ont prédit que je déprimerais et regretterais ma décision, mais ici on est entre amateurs de livres, alors je suis sûre qu'il y en a qui me comprennent. Surtout ceux qui ont des enfants! ;)

Bref, 2019 fut une année de grands bouleversements pour moi, mais... Je vais passer à travers. Une journée à la fois, une adaptation après l'autre, un billet de blogue à la fois. ;)

Merci d'être là et de me lire. J'espère que votre année a été plus sereine que la mienne et que si elle vous a secoués, vous saurez vous accrocher quand même.

Joyeuses Fêtes!

mercredi 18 décembre 2019

Tranche de vie (43)

Programme prévu de cette journée où j'espérais enfin prendre la pause qui a avorté vendredi passé :

1- Rejoindre un ami dans un café.
2- Écrire du nouveau matériel, pour le fun
3- Dîner en jasant
4- Revenir sans me presser pour aller chercher ma puce qui est au service de garde

Programme imprévu de la journée :

1- Avoir une puce chigneuse et marabout au réveil
2- La mettre dans le bus quand même parce qu'elle n'est pas fiévreuse
3- Être appelée par l'école alors que je suis à moitié habillée parce que ma fille a vomi
4- Annuler l'ami
5- Marcher dans le frette jusqu'à l'école
6- Revenir en taxi avec une cocotte malade
7- La mettre au lit
8- Laver un habit de neige plein de vomi (ma vie est si glamour!)
9- Ne pas avoir envie ni de café ni de déjeuner à cause de l'odeur de vomi
10- Travailler, puisque y'a rien d'autre à faire

Pffffff... Pensez-vous que je vais réussir à prendre une journée pour moi d'ici au 21 décembre? (Date à laquelle ma puce tombe en vacances, donc je peux oublier tout espoir de tranquillité). Il me reste deux chances...

lundi 16 décembre 2019

Un bon moment pour devenir minimaliste

J'ai toujours lorgné du côté du minimalisme. J'ai l'esprit nomade, malgré ma grande maison et son surplus d'espaces de rangement qui se retrouvent toujours pleins. Je connais les fausses idées sur le minimalisme et je sais comment les combattre.

Cependant, jusqu'à maintenant, j'avais deux obstacles devant moi.

Premièrement, y'a des limites à la motivation à devenir minimalisme quand on habite dans une maison si grande qu'on n'en visite pas toutes les pièces chaque jour! Pourquoi ne pas garder tout un garde-robe de stock de camping, même s'il sert une fois aux trois ans? Il est hors de vue et ne nous dérange pas...

Deuxièmement, en vivant à deux, ce qui est nécessaire au bonheur de l'un ne l'est pas nécessairement à celui de l'autre, les souvenirs significatifs de l'un ne sont pas ceux de l'autre, alors on en garde toujours un peu plus...

Ces deux obstacles viennent, bien malgré moi, de disparaître de ma vie. Bientôt, je vais devoir emménager dans plus petit (je ne sais pas encore combien plus petit, mais à première vue, probablement le quart de mon espace vital actuel). Et j'y serai la seule adulte.

J'ai donc commencé à trier mes possession en conséquence. Je ne garde plus "ce qui pourrait être utile", mais bien "ce qui EST utile", ni "ce que je voudrai peut-être consulter/refaire/réécouter/relire un jour", mais "ce que je SAIS que je vais consulter, relire ou réécouter" et encore moins "oui, mais c'est un souvenir de..." (sauf de très rares exceptions, souvent des souvenirs qui sont aussi des objets utilitaires, comme des valises héritées de ma maman).

Ça laisse peu d'objets. Et c'est très bien ainsi. Je me sens déjà légère. J'ai l'impression que, puisqu'on me force à abandonner mon ancienne vie, je vais le faire le plus complètement possible. Et le pire, c'est que je sais que je garde probablement encore trop de choses et que, dans quelques années, j'en flanquerai une partie dans des boîtes de don. :p

Mais bon... Voici papillon Gen qui quitte sa chrysalide d'objets inutiles.

Et emporte dans ses ailes une couple de caisses de livres! ;p