jeudi 18 décembre 2014

Tranche de vie (7)

Mes beaux-parents débarquent à la maison pour nous donner un coup de main. Pendant qu'ils catinent le bébé, j'en profite pour laver la montagne de vaisselle qui encombrait ma cuisine. C'est pas mêlant : non seulement j'avais plus un chaudron propre pour cuisiner, mais de toute façon même si j'en avais eu un, je n'aurais pas eu d'espace où m'installer pour popotter! D'ailleurs, la veille, découragés par la vaisselle sale et par le vide qui régnait dans notre frigo, mon chum et moi nous étions commandé du poulet.

Je finis ma vaisselle, je fais une petite sieste, puis, tandis que j'allaite bébé pour la enième fois de la journée, je remarque qu'il commence à être tard et je demande à mes beaux-parents s'ils veulent rester à souper. Tout en essayant d'imaginer comment je pourrais composer un repas pour quatre personnes avec les œufs et le bloc de tofu qui peuplent mon frigo.

Belle-maman - Oh oui, ce serait le fun. Par contre, casse-toi pas la tête. Tiens, qu'est-ce que tu dirais qu'on se commande à souper?

Moi (éperdue de soulagement et un peu étonnée, parce que mes beaux-parents sont pas très portés sur le fast-food) - Bonne idée!

Belle-maman - Vincent peut manger du poulet, hein?

Moi (sans hésiter) - Oui!

J'vais vous confier quelque chose : jamais, avant de devenir maman, je n'aurais considéré l'idée de commander de la bouffe deux soirs de suite. Surtout pas deux fois du poulet venu de la même rôtisserie. Mais là, ça m'a eu l'air tout à fait raisonnable comme idée! ;)

Bon, j'avoue que si j'avais pu, j'aurais préféré faire venir de la pizza, mais y'en a pas de la sans gluten dans mon patelin. :p

mardi 16 décembre 2014

Révision du montage

Le montage de Hanaken III est révisé! :)

Prochaines étapes : page couverture et impression.

Et oui, j'suis encore en vie, mais entre mon bébé lutin qui demande pas mal d'attention et mon chum qui fait une réaction allergique (heureusement pas trop grave) à des antibiotiques prescrits "au cas où", mettons que je suis un peu débordée...

Facque je vous souhaite de Joyeuses Fêtes d'avance! :)

On se revoit en 2015! :)

lundi 8 décembre 2014

Piège à lutin

Cette année, pour la première fois, on a installé un piège à lutin chez nous.

Et regardez ce qu'on a attrapé :


À ce jour, on ne sait pas encore si Éliane est un lutin ou si elle s'était déguisée pour infiltrer les communautés de lutins de la région. Interrogée, elle a répondu "Aaaaaou" et "Laaaaooo". Le mystère reste entier.

mercredi 3 décembre 2014

Tremblez, pauvres écrivains

Tremblez, pauvres écrivains.

Je suis maintenant membre de l'équipe des critiques de Solaris.

Mouhahahahahahaha!

:p

lundi 1 décembre 2014

Décorations de Noël

Moi (à mon chéri) - Bon, est-ce qu'on fait le sapin?

Mon chum - Ok, mais, euh... Où on va le mettre?

Je fais un tour d'horizon. Le coin de la salle à manger où on mettait le sapin d'habitude est occupé par le parc de la puce. Le coin du salon où on a mis le sapin l'an dernier (après bien des aventures) est désormais occupé par notre exerciseur elliptique, acheté en janvier dernier, qui est de format "déplacer ça? t'es tu malade?!?". Le reste du salon est occupé par un sofa, une télé, le tapis d'éveil de la puce, la chaise de la puce et une armoire de DVD bourrée à craquer.

Moi - Hum... Est-ce qu'on a vraiment besoin d'un sapin?

Mon chum - La puce est trop petite pour vraiment l'apprécier... Pis c'est pas comme si on allait recevoir souvent pendant les Fêtes...

Et c'est ainsi que les décorations de Noël nous prirent, cette année, un grand total de 5 minutes : j'ai mis une nappe thématique sur la table de la salle à dîner.

Qui a dit que la vie était plus compliquée avec un bébé? ;)

jeudi 27 novembre 2014

Scène de salon du livre (6) - Les types de clients

Ah, les Salons du livre! Quand on n'a pas encore publié de roman, on en rêve. On a tellement hâte de s'installer derrière notre table, de rencontrer des lecteurs, de vendre des livres...

Mais une fois que le rêve se réalise, on constate que, à moins d'être une vedette avec une longue file devant sa table, le client-lecteur-qui-achète-un-livre, il vient assez rarement nous visiter. On a plutôt droit au...

Client-perdu.
C'est son premier salon du livre. Il ne sait pas comment ça marche, alors les chances qu'il achète sont minces.
Échantillon rencontré dernièrement : deux dames qui pensaient qu'une "séance de signature", ça voulait dire que l'écrivain (moi en l'occurrence) était disponible pour un genre de service d'écrivain public. Quand je leur ai dit que oui je pouvais "leur écrire quelque chose", mais que ce serait une dédicace dans un de mes livres qu'elles auraient préalablement acheté, elles ont été déçues.

Client-sorti-de-notre-passé
C'est une vieille connaissance. On ne l'a pas vu depuis une éternité. Il est content de connaître un auteur publié. Mais pas assez pour lui acheter un livre.
Échantillon rencontré dernièrement : un ancien collègue de travail, prof de français, qui m'a jasé vingt minutes et n'a même pas fait semblant de s'intéresser à un de mes bouquins. Cheap!

Client-bizarre
Vous le voyez venir de loin. Il se parle tout seul. Ou il a l'air débraillé. Ou il regarde autour de lui comme s'il voyait des gens que vous ne percevez pas. Vous priez pour qu'il ne s'arrête pas à votre table. Vous fuyez le contact visuel... Vous devriez changer de religion, le dieu auquel vous vous adressez semble dur d'oreille, parce que le bizarre s'arrête pile devant vous. Avec un peu de chance (et d'expérience) vous réussirez à vous en débarrasser assez rapidement, parce que vous savez bien qu'il n'achètera rien.
Échantillon rencontré dernièrement : un type qui se disait magicien et qui m'a expliqué à quel point la page couverture de "6, Chalet des brumes" était un symbole fort et que ça paraissait que j'écrivais la nuit. Désolée, j'écris de jour.

Client-qui-vient-te-jaser-parce-qu'il-te-trouve-à-son-goût
Il vous fait un beau sourire, vous pose quelques questions sur vos livres, mais sans regarder les couvertures, trop occupé à vous contempler (ou, pour les filles, à contempler votre décolleté). Gentil, d'habitude il ne s'attarde pas au point de devenir envahissant, mais, malheureusement, il n'achète pas non plus.
Échantillon rencontré dernièrement : plusieurs hommes dans la cinquantaine. Accueillis de plus en plus fraîchement à mesure que l'heure avance, parce qu'on se tanne de les voir repartir les mains vides.

Client-pot-de-colle
Lui, il achète. Mais ensuite, il ne repart plus. C'est un moindre mal : souvent, c'est notre seule vente de la journée.
Échantillon rencontré dernièrement : aucun. Vente totale de bouquins durant le dernier salon : deux. Oups...

Ami-auteur ou Ami-lecteur
Il vient vous parler pour vous désennuyer. Vous savez qu'il achètera pas et vous vous en foutez.
Échantillon rencontré dernièrement : Ben à peu près tout le monde, merci d'être passés! ;)

Avez-vous d'autres types de client à ajouter?

lundi 24 novembre 2014

Des nouvelles d'Éliane

Bon, je voulais pas trop vous écoeurer avec mes histoires de bébé, mais comme toutes les personnes rencontrées au salon du livre m'ont demandé des nouvelles de ma puce, j'ai décidé de faire un billet pour vous en donner.

Les boutons mystères
Il semblerait que les boutons étaient bien une dermatite séborrhéique, car avec les crèmes prescrites, ils ont fini par disparaître. On doit être vigilants et tartiner régulièrement la puce de crème hydratante pour éviter que ça revienne, mais le problème est sous contrôle.

La tête plate
On n'a pas été impressionnés par les résultats obtenus chez l'ostéopathe et on a jamais eu de retour de la part de Ste-Justine. Alors on est allés consulter notre chiropraticienne, qui a une spécialité en pédiatrie. Après trois traitements, la puce tourne enfin la tête à gauche quand on la couche sur le dos. En plus, le médecin qui la suit a trouvé que son "plat" était vraiment mineur et affirmé que ça se corrigerait tout seul. Donc, dossier réglé.

L'allaitement
Il m'aura fallu deux mois de tire-lait acharné (quinze minute de temps après chaque boire), suivi d'un autre mois à diminuer progressivement les séances de tire-lait et la quantité de formule donnée au bébé, j'ai pris du dompéridone, du chardon béni, du fénugrec (j'en reviens pas de la quantité de comprimés que j'avale chaque matin), mais ça a fini par payer : depuis 3 semaines, ma puce est nourrie uniquement au sein. Ouf! Je profite enfin des avantages de l'allaitement maternel (notamment le fait que le lait est disponible en tout temps, dès que bébé en a envie).

Le sommeil
Après avoir gentiment dormi des 5 à 7 heures de suite pendant quelques semaines, ma puce a recommencé à se réveiller toutes les trois heures la nuit pour boire. Mettons que je trouve ça pas mal dur! Heureusement, mon chum n'a plus besoin de se réveiller la nuit (puisque je n'ai plus besoin d'aide pour préparer le biberon ou rendormir la puce pendant que je tire mon lait), alors il s'occupe du bébé le matin et ça me permet de récupérer un peu. Ceux qui m'ont vue au salon du livre pourront témoigner que je suis pas trop cernée pour une nouvelle maman.

Bref, tout va pour le mieux dans notre petit monde. La puce grandit à vue d'œil et les semaines passent à une vitesse folle. Évidemment, plus Éliane devient active et éveillée durant la journée, moins j'ai de temps pour écrire, mais bon, je me rattraperai plus tard. Pour le moment, j'ai du fun et je profite à fond du temps avec mon chum et mon "bébé volant".

Le bébé volant en action