vendredi 22 février 2019

Année maigre

Ouais, ben, mon DPP de cette année m'a rappelé que l'an dernier a été une année maigre sur le plan des publications (mais assez exceptionnelle sur le plan des revenus, puisque j'ai largement dépassé les 10 000$ nécessaires pour boucler mon budget). En plus, selon les règles du DPP, "Écrire et publier au Québec" ne compte pas, car il s'agit d'un guide pratique... même si on a essayé de le présenter comme un essai. Ben quoi, des auteurs s'essaient... :p

Heureusement, l'année qui vient s'annonce mieux.

Je vais publier une nouvelle dans le prochain Solaris.

"Le Chasseur" sera réédité sous forme de recueil de nouvelles, avec plusieurs autres textes fantastiques et/ou noirs. (Le titre pour le moment est "Le Chasseur et autres noirceurs".) 

Mon album pour enfant devrait (enfin) voir le jour. (L'illustratrice que je convoitais a accepté!)

Et j'avance dans mes réécritures de roman.

J'ai peu d'animations à l'horaire, ce qui m'angoisse sur le plan financier, mais me libère du temps pour écrire et pour participer à des ateliers donnés par d'autres.

Coudonc... Les années se suivent et ne se ressemblent pas! :p

Et vous, ça s'annonce comment?

mercredi 20 février 2019

J'ai le blues du bleu

J'étais donc partie dans le Sud pour combattre le blues hivernal, qui tapait plutôt fort cette année.

J'ai passé une semaine à emmagasiner du soleil, de la mer turquoise et du ciel bleu, sans avoir à me soucier de cuisiner, laver des vêtements, nettoyer la vaisselle ou même faire mon lit.

Le bonheur!

Et puis je suis revenue, dans deux pieds de neige, avec trois valises pleines de linge sale, une puce chigneuse, un frigo vide, mon ordinateur qui buggait (il avait mal digéré une mise à jour) et le travail accumulé pendant mon absence...

Ouch!

Bref, depuis, je ne suis pas aussi énergique que je l'avais espéré. J'ai le blues du bleu.

Avouez, on l'aurait à moins...

Vue depuis la piscine de l'hôtel
Soleil levant sur l'océan
Pyramide maya d'Ek-Balam
À l'assaut! (120 marches, pfff, y'a rien là!)
Portrait de famille au sommet de la pyramide.
La puce était crevée, pauvre chouette, mais très fière de s'être rendue.
Et la descente était vertigineuse!
La puce a descendu la majorité sur les fesses, pour finir dans mes bras.
Mais on a tous survécu (comme en témoigne mon pied)

Enfin, ma déprime devrait se placer un moment donné. Sans doute quand il y aura pu de neige! lolol! En attendant, je me résigne à reprendre la routine. Un jour, l'horaire du blogue va redevenir régulier, promis. ;)

(Aux comiques qui auraient envie de me dire "t'as juste à y retourner l'an prochain", sachez que ça ne correspond ni à mes valeurs, les trajets en avions étant polluants, ni à mon budget d'écrivaine. Cela dit, si vous m'offrez le voyage, je paierai les crédits-carbone pour compenser. :p )

mercredi 13 février 2019

Je travaillais donc sur...

Alors, la raison pour laquelle le blogue a été aussi silencieux, c'est que je travaillais sur...

Mon dépaysement.

Ma détente.

Ma famille.

Mon bronzage.

Mon inspiration.

Mon espagnol.

Ma tolérance à l'alcool.


Bref, avec les restes de la bourse Canada-Japon et une part appréciable de mes économies, on est partis une semaine au Mexique dans un tout-inclus, oublier nos dégâts d'eau, se remplir les yeux de beauté, absorber un peu de chaleur, noter quelques anecdotes et créer quelques souvenirs d'enfance à ma puce.

Réussite sur toute la ligne!



(Si on exclut le fait que ma puce n'a jamais fait de sieste et revient donc du voyage hyper-marabout. Oh well, ça devrait se placer avant même que son bronzage pâlisse.)

vendredi 1 février 2019

Chut! J'vous le dirai plus tard!

Ne vous étonnez pas si c'est tranquille ici pour les deux prochaines semaines.

J'suis tellement dans le jus que j'ai, pour l'une des première fois de ma carrière littéraire (sinon la première fois), raté une date de tombée! Bon, c'était celle de la critique de mon 5e service de presse du trimestre, les 4 autres ayant été livrées à temps, mais tout de même, ça montre à quel point je suis débordée.

Et là, lundi, en plus du reste, je dois aller inscrire ma puce à la maternelle... Hiiiiiii!

On s'entends-tu que, dans ma tête, c'est elle que j'ai l'impression d'envoyer à l'école?

Un bébé qui marche à peine!!!
Alors que, dans le fond, c'est plutôt cette puce-ci :

Une grande fille, très fière d'avoir reçu un sac d'école pour Noël!
Reality check : il s'est écoulé trois ans et demi entre les deux photos. Ouch! C'est vrai que plus on vieillit, plus le temps passe vite!!!

Alors, pour une fois, je vais admettre que non seulement les jours filent, mais qu'en plus ils ne sont pas extensibles et je vais laisser le blogue de côté tandis que je travaille sur... Chutttt! C'est un secret! J'vous le dirai plus tard, quand ce sera terminé!

J'vous assure que c'est positif. Et que c'est très bon pour l'écrivaine.

On se revoit bientôt!

mercredi 30 janvier 2019

Le dit du Musè (25)

Musè : n.m., du grec ancien "mousai", source d'inspiration. 
(Ou masculinisation du mot muse inventée de toutes pièces)


Conversation de fin de journée avec mon chum

Lui - Gen, ça a été aujourd'hui?

Moi - Oui, pourquoi?

Lui - Parce que y'a pas eu de billet de blogue.

Moi - Arrggggggllllll!!!!

Lui - T'as un don avec les mots, tu devrais devenir écrivaine. 

Moi - ... 

lundi 28 janvier 2019

Tétrapilectomie

Tétrapilectomie.

L'art de couper les cheveux en quatre.

Voilà un mot, trouvé au hasard de mes errances sur le net, que je vais conserver précieusement dans mon lexique personnel, juste à côté de capilotracté et périssologue. :p

Si vous avez d'autres suggestions du même tonneau, je suis preneuse! hihihihihihi!


vendredi 25 janvier 2019

Retour sur mes réflexions modes (4) - linge mou

Alors, il y a trois ans, après la naissance de ma fille, j'ai entrepris une démarche pour épurer ma garde-robe et, surtout, la garnir de vêtements adaptés à ma vie d'écrivaine-maman. (J'ai commencé par ici, eut une illumination là, puis constaté les avantages ici et terminé, croyais-je, ma réflexion !)

Depuis, les mois ont passé. Ma fille a grandi. Les jeux à quatre pattes sont du passé. Et j'ai commencé à assumer davantage mon statut d'écrivaine. Alors le besoin de me cacher, de m'habiller plus "normalement" a pas mal disparu.

Résultat? Désormais, j'ai quasiment un uniforme de travail! lol!

L'hiver, il s'agit de :
Leggings (ou jeans extensible) + grand tshirt + gros bas tricottés et veste de laine.

L'été :
Leggings (ou jeans extensible ou cuissards) + grand tshirt ou robe courte.

Et voilà le travail! Pis me semble que ça va très bien avec mon objectif d'avoir l'air d'une ballerine/ trekkeuse/ martial artist! :p (Les pantalons extensibles étant pratiques pour tout ce beau monde! lol!)

Y'a une occasion spéciale? Je rajoute un collier ou je change ma veste pour quelque chose de plus élégant (mon amie Valérie, durant son séjour au Japon, m'a d'ailleurs magasiné une authentique veste haori que j'ai hâte d'étrenner!).

Seul désavantage de ces vêtements hyper confortables (que je peux porter autant pour travailler que pour paresser ou pour faire du yoga) c'est qu'ils apportent un peu de confusion et donnent lieux à des dialogues du genre :

Mon chum, un soir - Hum... T'es encore habillée ou t'es en pyjama?

Moi - J'ai une brassière.

Lui - Ah ok, facque t'es encore habillée. Ça te tenterais-tu d'aller à la boîte aux lettres?

Je crois que je vais investir dans de vrais pyjamas! lol!