vendredi 12 juillet 2019

Archaïque blancheur

(Attention, j'ai écrit ce billet pour documenter un phénomène socio-historique qui me fascine par son universalité et me désole et me dégoûte en raison de ses conséquences, qu'on vit encore aujourd'hui. Rien de ce qui suit n'excuse les exactions des colonisateurs, esclavagistes et autres nazis! Si la lecture de ce billet offense qui que soit, je m'en excuse. Écrivez-moi, on en jasera et j'ajusterai les formulations!)

L'expression white privilege (privilège blanc) circule de plus en plus sur les réseaux sociaux. Vous l'avez peut-être rencontrée. Elle désigne les avantages dont on bénéficie (le plus souvent sans s'en rendre compte) lorsqu'on a la peau blanche (comme moi) et qu'on vit en Occident. Notamment...

Les policiers sont moins agressifs et harcelants à notre endroit. 
Les employeurs préfèrent nos candidatures. 
Les inconnus nous perçoivent moins souvent comme des menaces potentielles.
Les employés de magasin sont moins soupçonneux et plus serviables.
Personne ne trouve étrange de nous voir circuler dans un quartier chic. 

Bref, on se retrouve de facto avec un statut plus élevé. Et surtout, on se perçoit nous-même comme étant la norme de l'humanité, puisqu'on forme la majorité de la population aperçue au quotidien.

(Je plaide coupable ici : j'ai pensé comme ça longtemps! Et c'est normal : c'est ainsi qu'on est élevés. Cependant, si on prend l'ethnie humaine la plus courante comme étalon de la normalité, ben la norme humaine devrait être indo-asiatique.)

D'où ça vient ce white privilege? Du fait qu'on forme la population majoritaire des pays développés, en partie, et donc qu'on est très représentés dans tous les produits culturels et la publicité. Mais c'est surtout un héritage de la colonisation. Après tout, les Blancs sont débarqués en conquérants un peu partout dans le monde pour en piller les richesses, ce qui leur a permis de développer leurs mères-patries, tout en forçant les populations locales à la servilité ou à la criminalité. La colonisation se justifiait grâce à des théories eugénistes et racistes qui hiérarchisaient les "races" humaines, plaçant l'homme Blanc au-dessus de tous. 

Certes, ces théories eugénistes-là servaient surtout à valider la supériorité des hommes qui les ont formulées, mais elles ne sortaient pas de nulle part. Elles ont profité, pour se former et s'implanter, d'un préjugé favorable aux peaux blanches qui existait déjà, partout dans le monde. En effet, croire que la peau blanche était "meilleure", c'était une pensée commune en Occident, mais également dans des pays qui n'avaient jamais vu d'Occidentaux!

Pourquoi? Eh bien, la peau humaine, je ne vous apprends rien, devient plus foncée lorsqu'on l'expose au soleil. Et ce, peu importe sa teinte de départ.

Dans toutes les civilisations sédentaires pré-industrielles (enfin, celles pour lesquelles nous avons des traces écrites, donc la Mésopotamie, la Grèce, Rome, la Chine, le Japon, l'Inde, l'empire Inca, l'Égypte, la Nubie et même l'Europe du Moyen-Âge), le gros de la population travaillait dans les champs ou sur des bateaux, sous les rayons du soleil, tandis que les intellectuels et les nobles, soit les gens de statut supérieur, demeuraient à l'ombre.

Résultat : les nobles étaient plus pâles que le "petit peuple". Dans toutes ces cultures, un teint clair est donc devenu peu à peu un trait recherché, un signe de supériorité matérielle et intellectuelle, parfois même (dans les régimes où la noblesse s'appuyait sur une mythologie religieuse) de faveur divine. Bref, une forme de "white privilege" archaïque!

Imaginez maintenant la réaction des peuples orientaux, américains (pré-colombiens) et africains lorsqu'ils ont vu débarquer des gens encore plus pâles que leurs nobles les plus oisifs! Imaginez la facilité avec laquelle ces Blancs ont pu traiter les populations locales avec hauteur et condescendance. Oh, la noblesse s'est sentie menacée et a voulu riposter, mais les Blancs ayant une technologie leur permettant de se défendre contre cette minorité rebelle, ce fut en vain.

(Autre petite note : ce préjugé favorable aux peaux blanches n'existait pas vraiment chez les peuples de chasseurs semi-nomades, beaucoup moins hiérarchisés, où les chefs devaient participer aux efforts. Car, comme le souligne Prospéryne en commentaire, ce favoritisme pour les teints clairs n'était, au fond, qu'un symptôme du rapport hiérarchisé à l'autorité, duquel les colonisateurs ont également tiré partie. Cependant, avec quels types d'autochtones les colonisateurs Blancs ont-ils éprouvés le plus de problèmes? Avec les peuples de chasseurs semi-nomades, notamment les Aborigènes d'Australie et les Premières Nations canadiennes. Tiens donc!)

Des fois, je me demande ce que serait devenu le monde si l'humanité avait valorisé le travail physique plutôt que l'oisiveté, le teint foncé plutôt que la pâleur. (Ah tiens, y'a une uchronie à écrire j'pense!)

J'ai l'impression qu'une grande partie de l'humanité aurait présentement une vie beaucoup plus facile. 

7 commentaires:

Prospéryne a dit…

C'est pas évident de commenter un tel billet. Je trouve très logique tes arguments en sa faveur, même si je trouve qu'elle a des failles (si les peuples nomades ont opposés une résistance, c'était peut-être plus culturel qu'une histoire de couleur de peau: ils n'avaient pas le même rapport à l'autorité que d'autres peuples méso-américains par exemple). Par contre, ce même rapport à l'autorité a pu mené à la thèse que tu as très bien développée dans ton billet. J'ai pas autant réfléchi que toi au sujet, mais c'est effectivement quelque chose sur lequel on devrait se pencher. Parce que ça a des conséquences qui perdurent dans le temps. Et parce qu'au fond, la couleur de la peau, ça indique simplement à quelle latitude vivaient nos ancêtres...:/

Gen a dit…

@Prospéryne : Oui, en effet, le rapport à l'autorité était plus important que la couleur de peau... mais celle-ci était un symptôme de ce rapport, avec lequel on doit encore vivre, même si on a restructuré les rapports à l'autorité. Et oui, la couleur de peau, c'est tellement un hasard géographique et génétique (deux enfants des mêmes parents peuvent avoir des teints diamétralement opposés) c'est ridicule que ça soit devenu une division sociale!

Gen a dit…

@Prospéryne : J'ai ajouté ta remarque, fort pertinente, dans le texte du billet. C'est un peu un foutoir ce billet et je marche sur des oeufs en l'écrivant, mais je crois que l'archaïsme de cet amour pour les teints clairs méritait d'être souligné. (Pis faudra que j'écrive cette uchronie! ;)

Daniel Blouin a dit…

Outre les aspects de moeurs (goût pour une couleur de peau plus claire) et la présence plus ou moins importante de l'autorité, on peut aussi regarder les choses de divers autres points de vues : géographiques, politiques et économiques.
Pleins d'autres détails permettant d'analyser la réalité historique des différents peuples.
En ce qui concerne les confrontations avec les premières nations d'Amérique, il semble que cela allait relativement bien ou avec une certaine stabilité lorsque tout le monde faisait du commerce mais les conflits sont devenus inévitables au fur et à mesure que des milliers de colons arrivaient et s'accaparaient les terres et les forêts et se retrouvaient en conflit direct avec les besoins des premières nations.
Et il est bon de se souvenir qu'il est géographiquement et historiquement plutôt fortuit l'avantage des blancs d'Europe. En ce qui concerne l'avantage technologique et les développements plus avancés des blancs d'Europe, on sait que cela n'est pas dû à une supériorité génétique. Il y a d'excellentes explications scientiques qui suggèrent que c'est justement la situation géographique (notamment des climats tempérés, une plus grande variété de plantes et d'animaux domesticables) qui a favorisé un sédentarisme très efficace et des regroupements sociaux plus élargis (et plus d'autorité organisée) tout en conservant un certain morcellement politique (causé notamment par plusieurs barrières de montagnes) qui auraient suscités ou permis un grand nombre de conflits et la création de nations de plus en plus efficaces à la guerre et ensuite au contrôle d'autres nations.
Aujourd'hui on voit (de manière accélérée avec la mondialisation) que chaque peuple est capable de se développer pour devenir les nouveaux maîtres (de moins en moins l'Allemagne, le Japon et les États-Unis et de plus en plus la chine, ensuite peut-être l'Inde mais surtout une afrique qui émerge maintenant avec un développement plus rapide qu'ailleurs).
Alors oui effectivement, on fait bien d'être modestes quant à certains avantages et surtout sensibles à la réalité des autres. Ultimement, les gênes de chacuns des êtres vivants cherchent à survivre sur cette planète.

Gen a dit…

@Daniel : Ben oui, évidemment qu'il y a plein d'autres détails historiques au sujet des différents peuples!

Non seulement il n'y a rien de génétique dans la "supériorité" technologique des Blancs d'Europe, mais en fait, il n'y avait même pas de supériorité!!! Les Chinois avaient inventé la poudre à canon et faisaient un meilleur acier (et les Japonais du encore meilleur). Les peuples des Amériques, d'Afrique et du Moyen-Orient réalisaient des tissages extrêmement perfectionnés et étaient de meilleurs agriculteurs (puisqu'ils devaient composer avec des terres très ingrates).

Et même le déterminisme géographique voulant que les Européens auraient été poussés à perfectionner leurs techniques guerrières est une thèse très contestée. Les Chinois ont un pays morcelé, coupé de fleuves et de montagnes et pourtant ils l'ont unifié. Ce que l'Europe avait, c'était surtout une volonté d'expansion constante et un prosélytisme religieux.

Cela dit, si les divers peuples conquis n'avaient pas d'abord commercé de bonne foi avec les Européens et si ces derniers avaient eu les connaissances en hygiène et en médecine de l'Asie, du Moyen-Orient, de l'Afrique du Nord ou des Amériques, eh bien les Européens n'aurait pas pu affaiblir leurs ennemis grâce à des virus (qu'ils répandaient sans s'en rendre compte!!!). Quand on sait que jusqu'à 80% de la population des Amériques s'est éteinte dans le premier siècle suivant l'arrivée des Européens (et les virus voyageant plus vite que les hommes, parfois ces peuples sont morts de maladies européennes sans jamais avoir vu un Blanc!) mettons qu'on comprend que les Européens ont eu tout un avantage dans leur effort de conquête! Surtout que les arcs des Incas étaient plus précis et efficaces que les armes à feu du temps!!!

De mon point de vue d'historienne, les Blancs ont juste été chanceux. Et sournois. Et malpropres! :p

Prospéryne a dit…

Sur le sujet de la supériorité technologique, il y a un livre qui a été publié il y a quelques années. Je ne l'ai pas encore lu, mais je l'avais noté: https://fr.wikipedia.org/wiki/De_l%27in%C3%A9galit%C3%A9_parmi_les_soci%C3%A9t%C3%A9s

Gen a dit…

Ils en parlaient aussi beaucoup dans le livre sur l'Amérique pré-colombienne que tu m'as prêté et dont le nom m'échappe.