lundi 14 juin 2010

Qui aura la peau de Panzer Bishop - Extrait

Le numéro 13 de Biscuit Chinois est enfin sorti! :) (Le lancement était vendredi soir en fait. Mais comme c'était loin de chez moi et que les détails me sont parvenus un peu à la dernière minute, j'ai dû passer mon tour. Ce n'est que partie remise).

Le thème du numéro est Hôtel/Motel.  C'était parfaitement approprié à ma nouvelle, où un jeu de pouvoir en coulisses d'une ligue de combats ultimes se passe justement dans une suite d'un hôtel luxueux. Voici un extrait du texte. Pour commander le numéro de la revue, c'est ici. Ne vous inquiétez pas : le site n'est pas à jour, mais on m'assure que si vous demandez le numéro 13, vous l'obtiendrez! :)

-------------------------

Qui aura la peau de Panzer Bishop?

Les projecteurs s’allument dans la cage. Au milieu des cris de la foule, l’annonceur présente les deux combattants. Dans le coin droit se tient Francis Labé, une sculpture vivante à la gloire de la puissance guerrière : six pieds et demi de force pure, deux cent cinquante livres de muscles nerveux, vingt-deux ans d’une vie consacrée au combat. Sa présence est si impressionnante que chacun de ses pas tranquilles semble ébranler l’arène surélevée. Dans la foule, des femmes se pâment pour lui en hurlant son nom, tandis que de jeunes hommes en costumes décontractés l’encouragent en brandissant les poings.

En face de lui, John « Panzer » Bishop fait triste figure. Le vétéran vient tout juste de souffler sa trentième bougie, mais il a l’air d’avoir quarante ans bien sonnés. Une bedaine de bière pend par-dessus la ceinture de son short. Ses bras ont la taille de troncs d’arbre, mais la consistance de jambonneaux. Alors que Labé attend le début du combat en se dégourdissant posément les jambes, Panzer fait les cent pas de son côté de la cage en marmonnant dans sa barbe avec un air d’enragé. Curieusement, malgré son aspect décati, il ne manque pas de spectateurs pour l’acclamer. Ce sont pour la plupart des brutes épaisses ou des motards vieillissants qui lui ressemblent beaucoup et que l’odeur du sang a attirés à ce gala de combats ultimes.

L’arbitre s’avance. Il regarde un instant les deux adversaires si dissemblables, l’air de se demander si on ne lui a pas joué une mauvaise farce, puis il donne le signal du départ.

[...]

Une demi-heure après l’appel de Coltane, les deux hommes sont toujours seuls dans la suite louée par Lenoir. Celui-ci ne fait même plus d’efforts pour cacher son impatience. L’argent gagné ces dernières années, depuis la mise sur pied la ligue, l’a habitué à plus d’empressement.

- Quand est-ce qu’elle se pointe, ta greluche ? explose finalement le président.

L’autre grimace.

- J’éviterais d’être impoli avec elle, met-il en garde. C’est une amie de la famille tu sais…

La précision refroidit brusquement Lenoir.

- Tu veux dire que ce sera ce genre de solution-là ? Je pensais que tu avais coupé les ponts ? On peut pas se permettre…

L’Italien gesticule brièvement de façon apaisante.

- Ne t’en fais pas. De toute façon, en cas de problème, c’est ma tête qui va rouler, si? fait observer Lucio en alourdissant volontairement son accent. C’est moi l’assistant louche. Toi, tu es le président blanc comme neige.

Lenoir sourit et s’apprête à répliquer lorsqu’un coup bref retentit contre porte de la suite.

- Pas trop tôt, marmonne le patron tandis que son assistant va ouvrir.

La femme qui pénètre dans la suite est d’une élégance si superbement distinguée que Lenoir ne peut pas s’empêcher de l’imaginer en escorte de haut vol. Sa beauté est d’une perfection glaciale, soulignée par de courts cheveux blonds et les fines rides de la quarantaine. Ses talons aiguilles ressemblent à des épées qui embrochent l’épaisse moquette à chaque pas. En lui tendant la main, elle adresse à Lenoir le sourire condescendant des femmes de pouvoir.

- Daniel, fait Coltane, laisse-moi te présenter madame Kathryn.

24 commentaires:

Vincent a dit…

Wow, c'est un très court extrait ça! Sans le début, ça ne dit pas grand chose.

Gen a dit…

Heu... je voulais être originale... :S Je vais rajouter un bout du début je suppose... :p

Gen a dit…

C'tu mieux comme ça?

Vincent a dit…

Ah oui! C'est bien ça! Maintenant on se demande ce qui se passe dans ce fameux combat, ce qui se passe dans la suite et pourquoi les deux sont liés! Tu viens de tripler le mystère: magnifique! :)

Vincent a dit…

Je pense que j'ai une tendance à trop utiliser le point d'exclamation... Mais n'empêche, c'est tout de même un bon résumé ça. :)

hihihi! J'aime toujours autant le nom: Panzer Bishop. Haha!

Gen a dit…

Bon, tant mieux :) (trop de point d'exclamation? c'est pas moi qui vais te jeter la pierre! hihihihi ;)

Luc Dagenais a dit…

Bon, bon, bon... Je viens de me faire booker une partie de ma soirée: pit stop à la libraire et lecture compulsive de ta nouvelle, les extraits choisis sont super accrocheurs!

P.S. Je l'ai déjà dit, mais je ne peux pas m'empêcher de me répéter; j'adore le nom "Panzer Bishop".

Gen a dit…

@Luc : Désolée de te gruger ta soirée comme ça! lol! Je sais pas si la revue est déjà en librairie, mais tu perds rien à essayer ;)

Merci du compliment renouvelé pour le nom... mais disons que je travaillais à partir d'une bonne base! lololol :)

(Beaucoup de personnages de la nouvelle sont inspirés de personnes impliquées dans l'univers du MMA, dont Panzer Bishop)

Vincent a dit…

Ouais, quand on connaît le nom véritable de la personne dont le nom fictif est inspiré, c'est facile de faire le lien entre les deux. :P

Vincent a dit…

Est-ce que Gen osera nous dévoiler le véritable nom? :p

Vincent a dit…

(Mieux vaut ne pas le dévoiler je suppose...)

Gen a dit…

@Vince : Pas par écrit sur le net en tout cas. J'ai déjà assez peur de recevoir une mise en demeure d'un certain président... Quoique, les chances sont minces ;p

Karuna a dit…

Extraits convaincants, Gen. Beau travail.

Gen a dit…

@Karuna : Merci :) Je me suis fait plaisir en l'écrivant en tout cas! hihihi

Benoit Bourdeau a dit…

J'ai hâte de recevoir mon exemplaire. Je peux t'emprunter ton idée? Pour le #14, je pourrai peut-être mettre un court extrait.

Gen a dit…

@Benoit : J'ai pas l'exclusivité de cette pratique tu sais ;) Les revues acceptent généralement avec joie qu'on mette des extraits de moins de 10% du texte sur nos blgoues, en indiquant où on a publié.

C'est de la pub gratuite pour elles en même temps d'être une bonne façon de "vendre" nos textes.

Luc Dagenais a dit…

J'ai soumis un texte pour le #15... Si je suis accepté, je vais devoir m'ouvrir un blog juste pour "poster" un extrait! 8-S LOL!

Gen a dit…

@Luc : Ça me ferait plaisir de lire ton blogue, mais si ça te tente pas de t'en ouvrir un, je t'offre gracieusement de présenter ton extrait ici :)

Pierre H.Charron a dit…

Qui veut la revue où Gen publie ? Moi !

Bien hâte de te lire. Extraits attrayants!

Et je rejoins Luc ...Pannzer Bishop..Ca sonne super bien !!!

Gen a dit…

@Pierre : Cool! :) J'espère que le texte complet ne te décevra pas! :)

Bon, ben pour le nom, c'est l'unanimité on dirait :) Faudra que je trouve moyen de le réutiliser...

Luc Dagenais a dit…

@Gen: Cool, je retiens ton offre!

En fait, ça fait un petit bout de temps que je jongle avec l'idée de m'ouvrir un blog, mais j'hésite. Combien de temps y consacres-tu par semaine?

Gen a dit…

@Luc : Ben étant donné que je suis parmi les blogueurs les plus actifs, c'est sûr que ça me demande pas mal de temps (4-5 heures pour pondre mes cinq billets hebdomadaires mettons, plus du temps ici et là pour surfer les autres blogues et répondre à mes commentaires... 10 heures par semaine en tout je dirais).

Par contre, si tu commences en te fixant un objectif plus raisonnable (mettons un billet par semaine), ça sera moins bouffe-temps.

Pat a dit…

J'arrive tard dans la discussion, mais...

Super l'extrait. Ça donne envie de lire le reste.

Gen a dit…

@Pat : Mieux vaut tard que jamais ;) Merci de l'appréciation! :)