mardi 9 mars 2010

Pour des raisons religieuses...

Actuellement, au Québec, pour des raisons religieuses, vous pouvez :

- Amener un couteau à l'école (si vous êtes Sikh);

- Vous présenter à la banque avec le visage dissimulée (si vous êtes une musulmane en niqab);

- Obtenir un médecin/ examinateur/ interlocuteur quelconque du sexe de votre choix (si vous êtes juïfs, musulmans ou chrétiens extrémistes);

- Prendre congé un peu n'importe quand sans qu'on puisse vous le refuser (pour toute religion ayant un calendrier différent);

- Exiger que votre enfant se fasse servir des repas végétariens à la garderie ou à l'école (si vous êtes juïfs, musulmans ou bouddhistes);

- Envoyer votre enfant dans une école privée subventionnée par le Ministère de l'Éducation, mais qui ne respecte pas le programme de ce même ministère (pour juïfs seulement);

- Envoyer votre enfant dans un CPE subventionné où il recevra une éducation religieuse (pour juïfs et musulmans, offerts à Montréal seulement);

- Faire vos cours de piscine à un moment où il n'y a pas de garçon aux alentours (encore les musulmanes... je suis jalouse... avoir été musulmane, les gars du secondaire n'auraient pas eu de prétexte pour m'appeler Flipper);

- Faire votre oral dos à la classe (décidément, je crois que je vais me convertir à l'Islam);

- Refuser qu'on vous fasse une tranfusion et obliger le personnel soignant à user de précautions et à prendre plus de temps pour vous soigner, puisque les solutions standards ne vous vont pas (Témoins de Jéhovah);

- Vous retrouver à la une des journaux dès qu'on vous refuse un accommodement qui heurte le sens commun (toute religion confondue).

Maintenant, essayez d'obtenir une seule de ces mesures (je pense notamment aux repas végétariens) à cause de convictions personnelles purement athées. Vous n'y parviendrez pas. Notre société en est rendue à respecter davantage la croyance aveugle en l'irrationnelle que les choix réfléchi.

Va falloir que ça change... et, idéalement, avant qu'on n'ait plus le droit, l'hiver, d'entrer dans un building gouvernemental avec notre cagoule encore sur la tête, parce que nos élus nous auront bricolé un règlement interdisant qu'on se cache le visage dans les lieux régis par l'État... C'est le niqab que vous voulez interdire, chers politiciens. Réglez donc le cas de la burqa et du tchador en même temps. Le hidjab, il dérange plus personne...

14 commentaires:

Pat a dit…

T'As oublié que les musulmans peuvent prendre des breaks quand ils veulent pour faire leur prière à genoux. Ça y est, je suis pompé, m'a aller me chercher un café au tim horton avant d'exploser...

Gen a dit…

Étant donné que je travaille dans un bureau où les fumeurs ont droit à leurs pauses cigarettes 3 fois par jour, je peux pas dire que les breaks de prière des musulmans me poseraient un problème.

Et les prières sont à heures fixes... à condition que le patron prenne la peine de s'informer.

Vincent a dit…

C'est quand même complètement débile! Par principe, soit on est une société laïque qui "accomode" les religions mais qui doit donner les mêmes droits (ou passe-droits) à tous peu importe la religion, soit on est une société laïque qui n'accomode aucune religion. Ou alors, on est pas laïques du tout.

On ne peut pas donner des droits exclusifs à certaines religions et ne pas les donner à tout le monde: ça ne fonctionne pas. En plus, il y a le principe qui dit: si je t'en accorde un peu plus par exception où tracer la limite? Tant que les religieux vont recevoir, ils vont demander.

Il me semble que la seule façon de gérer ça, c'est de tout refuser à tout le monde. Si on se réclame d'être une société laïque, soyons-le pour vrai: on doit sortir tous les symboles religieux du gouvernement, des espaces publics, etc. Si ça rend des gens triste qu'on se débarasse de notre bagage culturel de cette façon-là, on a juste à tout mettre dans un musée. :)

Gen a dit…

Je dois dire que je fais partie des gens qui ne sont pas d'accord pour qu'on se débarrasse de notre bagage culturel.

En fait, ma réflexion tient à ceci : la culture des immigrants, elle est encore préservée dans leur pays. Pourquoi veulent-ils l'importer ici? Pourquoi nous retrouverions-nous, après les avoir accueillis, dans un pays se priverait volontairement de sa mémoire, de ses symboles et de ses racines.

Parce que "tous les symboles religieux", ça veut dire plus de congé fériés à Noël, à Pâques, au Jour de l'An...

Ce n'est plus seulement une question de symbole et de religion, mais également de rythme de vie. Les fêtes religieuses placées en hiver sont une constante des pays nordiques, car on a besoin de se ressourcer à ce temps là de l'année.

Pat a dit…

Il y a une secte religieuse qui veux interdire les sapins de noel dans les centres commerciaux. Ça va plus loin que les symboles, même si le sapin est, en quelque sorte, un symbole. Ce sont toujours les extrémistes qui ruinent la vraie religion, soit une religion personnelle. C'est dommage parce qu'il y a des juifs, mulsulmans, catholiques, bhoudistes, athéistes, qui respectent les valeurs et croyances des autres sans faire chier en public.

Gen a dit…

Hé oui, c'est exactement ça le problème si on prend la voie "on enlève tous les symboles". L'arbre de Nöel, les squelettes de l'Halloween, les coeurs de la Saint-Valentin... tout ça vient de la religion au fond.

Je n'ai rien contre l'idée d'enlever un crucifix de l'Assemblée nationale. Mon problème, c'est que ça ouvre la porte à d'autres demandes.

Pat a dit…

Damnation! Pas les squelettes! J'aime les squelettes moi:(

Gen a dit…

Hé oui, même les squelettes. :p

Vincent a dit…

Hum... Je ne sais pas. Culture et religion, ça se dissocie aasez bien dans mon esprit.

On peut sortir les symboles religieux des espaces publics sans pour autant annuler les congés. C'est juste que ces congés-là peuvent être débarassés de leur nature religieuse.

Si tu veux décorer ta maison avec des sapins et des squelettes, tu fais ce que tu veux, c'est un espace privé. Les centres d'achats peuvent continuer à vendre les mêmes sapins et squelettes sans pour autant en installer partout. Ça ne me semble pas une grosse perte.

Et pour ta question: "la culture des immigrants est préservée dans leur pays, pourquoi veulent-ils l'importer ici", il y a une réponse évidente. Maintenant leur pays est ici et ils veulent se sentir chez-eux, à leur aise. Ils ne rejettent pas leur culture en même temps que leur pays donc ils ne veulent pas la perdre. C'est normal, je crois qu'on ferait la même chose si on était des immigrants.

Il me semble que la culture religieuse ça se vit personnellement. Décorer un espace public c'est du "bling-bling".

Et d'ailleurs, mettre les symboles religieux dans un musée, ce n'est pas se priver de sa mémoire, c'est pour la conserver qu'on ferait ça.

De toute façon, dire que Noël ou l'Halloween sont des fêtes religieuses, il faut pousser pas mal. Si le commerce est une religion alors d'accord, mais sinon...

Gen a dit…

Notre culture a été conditionnée par la religion, voilà le problème. Certains extrémistes prétendent justement que Noël et l'Halloween sont des fêtes religieuses, là est le problème!

Et puis une fête fériée, l'idée c'est qu'elle soit rassembleuse, publique. Interdire les décorations dans les espaces autres que privés, ça vide le côté festif.

Pour ce qui est du fait que les immigrants veulent se sentir à leur aise et amener leur culture, je le comprends... tant que ça n'empêche pas les natifs du pays de se sentir chez eux MÊME dans la sphère publique.

Je suis pour un état laïque. Des policiers, des juges sans symboles religieux, go! Des professeurs... ok, s'il le faut. Mais des espaces publiques laïques, là faut pas pousser.

Parce que qu'est-ce qui est un "espace public"? Si je mets un sapin dans mon salon et qu'on le voit pas la fenêtre, est-ce que j'envahis l'espace public avec ma culture?

Vincent a dit…

Faut quand même pas trop pousser! Ton salon t'appartient et est privé même si on le voit dans la rue. :p

Des "professeurs laïques" ok s'il le faut? Oh boy, c'est la moindre des choses selon moi!

Gen a dit…

Je sais pas... du moment où on gomme la différence chez les professeurs, on perd une opportunité de l'enseigner cette différence, de la faire paraître normale.

Je ne dis pas que les professeurs doivent enseigner leur religion. Mais j'ai eu un professeur juïf qui avait une étoile David dans le cou, qui portait un brassard noir lors de la commémoration de l'Holocauste et une kippa le vendredi. Ça ne dérangeait rien à nos vies. Et même, ça nous donnait une raison de poser des questions et d'apprendre.

Je pourrais imaginer une professeur en hijab. Ce n'est pas si envahissant comme symbole. Par contre, niqab, tchador, burqa (tout ce qui cache le visage) = NON!

Isa Lauzon a dit…

Vraiment, c'est désolant de voir à quel point on est mous au Québec... Moi, je me pars ma propre religion, vous allez voir ça! Grasse matinée obligatoire le matin, obligée de quitter le travail tôt pour aller faire mes prières, méditation l'après-midi (le temps d'un petit roupillon)... Qui embarque?

Gen a dit…

Moi moi moi!

On peut-tu dire aussi semaine de quatre jours obligatoire? ;)