lundi 15 février 2016

Comment je me suis retrouvée à lire des articles de mode

Ces jours-ci, je lis des articles de mode.

Hé, ho, revenez, vous ne vous êtes pas trompés de blogue, vous êtes bien chez Gen!

Et, non, je ne suis pas tombée sur la tête. Ce n'est pas non plus la maternité qui a altéré ma personnalité.

Simplement, j'ai à peu près repris ma silhouette d'avant-grossesse (en sachant qu'elle était déjà plus ronde qu'elle ne l'aurait due) et j'ai fait une constatation : je dois refaire ma garde-robe.

Et quand je dis "refaire", je ne parle pas de "aller acheter une couple de morceaux neufs".

Non, je parle de "refaire" comme dans "tout ce que je possède se classe en trois catégories : usé à la corde, vraiment trop petit ou de maternité".

Il y a deux semaines, j'ai fait le ménage de mon garde-robe et de mes tiroirs. J'ai retiré tout ce qui n'était plus portable ou ne me faisait plus depuis des années ou n'avait jamais été confortable et je l'ai emballé dans des sacs à destination de l'organisme de charité le plus près de chez moi. Ma commode était à moitié vide. Y'avait de l'écho dans mon garde-robe. Et j'ai dû retourner fouiller dans mes sacs de dons en me rendant compte que, une fois le ménage fait, il me restait un seul pantalon et zéro soutien-gorge. Oups!

Je me suis donc rendue à l'évidence : malgré mon budget minimaliste de maman-écrivaine, j'allais devoir aller magasiner.

Et c'est là que ça m'a frappée : pour la première fois de ma vie d'adulte, j'allais pouvoir acheter uniquement des vêtements qui me plairaient. Pas besoin de me plier à un code vestimentaire d'employeur. Je repartais ma garde-robe de zéro.

Alors, histoire de le faire comme du monde et de me retrouver avec un style à mon goût, j'ai décidé de m'informer un peu. De faire des recherches, quoi.

Pas sur les dernières tendances, non, ça j'en ai rien à foutre, mais plutôt sur l'art et la manière de se composer une garde-robe, d'agencer ses vêtements pour créer son style. Je suis tombée sur le concept de garde-robe capsule. Ça m'a plu.

J'en suis là. J'étudie encore les concepts, aussi étrangers pour moi que le sanskrit (quoique j'pense que j'aurais plus de base...) La première séance de magasinage est prévue. Objectif : des pantalons et des soutiens-gorge (tiens donc!). Et quelques basiques pour me créer un style de ballerine / trekkeuse / martial artist.

Si vous voyez ce que je veux dire... ;)

11 commentaires:

Isabelle Lauzon a dit…

Et on va avoir droit à des photos de tout ça? ;)

(hé! ici ou en privé, lolol)

Gen a dit…

@Isa : Ben non, je pense pas vous mettre des photos : vous allez ben finir par me croiser dans un événement où un autre! :p De toute façon, pour vous ça fera pas de différence : j'étais déjà plutôt habillée en "moi-même" dans les événements littéraires. C'est les jours de semaine, avec mes pantalons de madame, mes talons hauts et mes chemisiers raides que j'avais l'air déguisée.

Maintenant, j'suis en pantalons de yoga, chandails longs et ballerines! :D

myr_heille a dit…

Moi aussi j'aime beaucoup le concept de garde-robe capsule. Courage dans ton magasinage, et va faire un tour au Village des valeurs - outre pour tes premiers besoins (pantalons & sous-vêtements), j'achète tout là-bas.

Gen a dit…

@myr_heille : Je suis incapable d'acheter des vêtements seconde main. Ça me dégoûte. Je sais pas pourquoi. J'ai essayé (la réutilisation faisant partie de mes valeurs), je suis même allée dans des friperies super chic et haut de gamme, mais ça m'écoeure de savoir que le vêtement a déjà été porté, que quelqu'un d'autre a sué (ou pire) dedans. Pourtant, quand des gens que je connais me donnent des vêtements dont ils ne veulent plus, ça ne me pose pas de problème. Peut-être parce que je connais la personne. Mais porter des vêtements qui viennent d'un inconnu, rien à faire, ça passe pas.

De la même manière, je dors dans des draps d'hôtel sans me poser de question, mais je suis incapable d'enfiler la robe de chambre qui est fournie! Weird, hein?

En plus, comme j'haïs magasiner et essayer, ne pas pouvoir entrer dans la cabine avec 3 tailles du même vêtement (pour être sûre de trouver la bonne), ça me gosse au plus haut point! :p

Celine Jodoin a dit…

Justement, je reviens d'un magasinage. Je déteste cela! Je ne peux souffrir cela plus de 2 heures.
J'ai essayé des tonnes de vêtements, ce qui signifie une vingtaine, pour repartir avec 2 pantalons et un chemisier. Il faut dire que moi aussi je dois apporter plusieurs tailles dans la cabine.
Pour les pantalons, c'est facile. Je vais toujours au même endroit et je choisis la même coupe. Par bonheur, la mode de MADAME n'a pas changé. Ça faisait déjà 2 ans que je devais me décider à franchir les portes du centre commercial pour du magasinage extrême. Quand il faut y aller... Je profite donc de mes vacances, mais je n'accorderai pas plus de 2 autres heures. Pour le reste, ça peut attendre, car je suis une adepte du KIT. Je m'organise pour utiliser ce que j'ai en utilisant des foulards ou des blousons pour créer un effet différent.
Alors si tu détestes le magasinage autant que moi, je te souhaite de trouver rapidement ce tu veux.

M a dit…

Et en plus, comme tu fais des rencontres d'auteur et des salons du livre, garde tes factures, une partie de ces dépenses est déductible!

Gen a dit…

@Céline : J'haïs ça, mais sans doute moins que toi! C'est surtout qu'après des années à magasiner à la va-vite, là j'ai envie de vêtements dans lesquels je suis bien pour vrai. Alors j'ai décidé d'y mettre le temps. Mais à petites doses.

@M: Hum, non, on n'est pas des artistes de la scène, alors à moins d'avoir un costume spécifique (genre si je me déguisais en samouraï) pour les animations, les dépenses vêtements ne sont pas déductibles (entk, à ce que je comprends du guide de l'UNEQ et de mes lectures sur les impôts des travailleurs autonomes).

M a dit…

Alors achète des vêtements qui servent seulement à ça... ;-)

Prospéryne a dit…

Technique de magasinage classique: j'ai besoin d'une paire de pantalon. Je vais au centre d'achat. Je rentre dans un magasin où il y a des pantalons. J'essaie une paire qui me plaît qui est A) dans mon budget B) indémodable C) durable. J'entre dans la cabine et je l'essaie. Je paye, sors du magasin et rendre chez moi. (lire, côté magasinage, je suis un gars!) Donc, le magasinage est pour moi aussi une sorte de torture très raffinée. Juste de lire le truc dont tu parles pour faire une garde-robe se rapproche de la torture! Par contre, j'adore regarder les défilés de haute-couture, mais jamais pour porter ces trucs, c'est plus comme de l'art. Contradiction quand tu nous tiens...

Celine Jodoin a dit…

Pour les pantalons, ça va. Je dirais que c'est comme Prospéryne. Pour tout le reste, ce qui me plait ne semble plus m'aller comme avant. Je crois qu'il faudra que je décroche des années '70. Dommage, car ces vêtements sont confortables et cachent bien les rondeurs. ;)

Gen a dit…

@M : Bof, j'ai pas tellement envie de me déguiser ou d'avoir un uniforme. J'ai déjà donné. Et j'évite de déduire des dépenses sujettes à interprétation. Moins je jase avec Revenu Québec, mieux je me porte.

@Prospéryne : J'suis pas mal comme toi côté magasinage. Mettons que les articles que je lis ces temps-ci me demandent une bonne dose de motivation et de concentration. Mais si ça peut m'éviter de me retrouver avec des trucs moches ou qui ne me vont pas dans mon garde-robe, je suis prête à investir quelques semaines d'effort. (En espérant ne plus jamais avoir à le faire! lolol!)

@Céline : Pour le confort, la mode des vêtements de yoga est parfaite! :P