jeudi 3 décembre 2009

Les Lundis sans viande

Un nouveau mouvement international gagne le Québec : les Lundis sans viande (Meatless Monday). L'idée, en gros : encourager les gens à ne pas manger de viande un jour par semaine, parce que l'industrie liée à la boucherie est extrêmement polluante, plus encore que les voitures. Les tenants du mouvement essaient de pousser même les restaurants à proposer des menus végétariens. Histoire de leur montrer que c'est possible de faire de la bouffe végétarienne sans que ça ressemble à la tourbe du Commensal.

Je ne suis pas sûre que j'appuie la prémisce de l'idée. En effet, on compare toujours l'industrie bovine avec l'usage du transport pour nous dire à quel point c'est terrible et que les deux combinés comptent pour 35% des gaz à effet de serre. Et moi de me dire : et l'autre 65%, lui, il vient d'où? La réponse : pollution industrielle en majeure partie. Celle sur laquelle on ne peut pas agir, sauf en élisant un gouvernement qui serait prêt à forcer les entreprises à virer au vert pour vrai. On a élu Harper. J'pense qu'il y a eu un malentendu : "virer au vert", ça veut pas dire "rendre malade d'écoeurement". :p

Quand même, le concept d'essayer de passer une journée par semaine sans manger de viande n'est pas une mauvaise idée. Ça nous force à varier notre alimentation. Entre les légumineuses, le tofu, les oeufs et les fromages, c'est pas comme si on manquait de sources de protéines. Faut juste se mettre à les utiliser un peu plus.

Mine de rien, ça fait presque six mois que je cuisine des soupers sans viande une fois par semaine (pas nécessairement le lundi par contre). Bourritos, pâtes carbonara (sans crème), tofu grillés, légumes gratinés... On y prend goût. Je suis toutefois pas rendue au stade de priver mon chum de viande dans ses lunchs du midi. Déjà qu'il passe pour un pauvre quêteux en amenant son lunch ;)

Pas question pour nous de renoncer à la viande par contre. L'humain est omnivore. Ça veut dire qu'on mange de tout. Et même qu'il faut qu'on mange de tout pour être en santé.

Et vous, vous en dites quoi de ce mouvement grano-sans-viande?

15 commentaires:

Pat a dit…

Perso, je ne consomme pas de poisson, et ne mange pas beaucoup de viande rouge, bleu, verte. Disons que je passe souvent 2-3 jours par semaine sans viande.

Le concept est assez cool, mais la raison n'est pas super. Premièrement, il faut comprendre qu'il n'est pas bon de trop manger de viande. Comme toute chose, la modération est à favoriser. Et C'est là-dessus que la sensibilisation devrait se faire.

La pollution... c,est la nouvelle mode. Bizarre que les entreprises fonctionnent tout de même à plein régime. Si seulement vous voyiez comment les usines gaspillent l'eau. Ça pas de sens.

Laissons le fumier tranquille. Après tout, le fumier c'est bon pour nos jardins.

Gen a dit…

@Pat : Je suis tout à fait d'accord avec toi que le mouvement n'a pas été lancé pour les bonnes raisons. Par contre, pour moi qui est une carnivore affirmée (petite-fille de boucher, c'est dur de faire autrement), ça m'a simplement donné l'idée d'essayer, mine de rien de diminuer ma dépendance au steak.

Joe G a dit…

Je suis trop lunatique et j'avais tendance à oublié la viande mit à décongeler, ce qui a changer mes habitudes alimentaires assez rapidement. Reste que je me retiendrai pas d'aller au Schwartz parce que c'est un lundi.
Par contre je trouve consternant l'absence d'option végétarienne dans plusieurs chaine de resto.

Gen a dit…

@Joe : Lunatique, toi!?!? ;) Bien d'accord : j'aime pas non plus la tyrannie du lundi. Et oui, des options végétariennes dans les restos, ce serait bienvenu. C'est souvent moins cher en plus. En période de crise, ça leur rapporterait peut-être plus de clients.

S@hée a dit…

J'en pense la même chose que je pense de tous les mouvements pro-ci ou anti-ça: l'extrêmisme est la pire plaie du millénaire.


Un coup parti, pourquoi ne pas se la jouer catholique et faire revenir les vendredis poissins? :-p

ClaudeL a dit…

Grands débats, par ici.
Suis de la génération qui a connu les vendredis sans viande. Quand c'était macaronis, ça allait mais les jours fish-and-chips-tout-achetés-pas-mangeables, j'avais hâte au samedi.
Suis aussi de la génération que le premier jour de mes menstruations, ma mère cuisinait un steak que ce soit le jour du steak ou pas(comme ça tout le monde le savait, j'aimais ça encore)
Bon, aujourd'hui, je peux très bien passer trois jours sans viande, mais c'est mon choix, ma diversité eet pas tellement en tant qu'être social, plus pour ma santé personnelle parce qu'on a finit par me convaincre que c'était mieux. Quoique je me demande jusqu'à quel point on ne nous fait pas croire quelque chose et son contraire dans la même décennie.

ClaudeL a dit…

zut: a fini

Gen a dit…

@ClaudeL et Sahée : Sans tomber dans l'extrémisme ou le retour aux vendredis pénitents, je crois que ce mouvement est surtout une bonne excuse pour prôner la diversité dans l'alimentation.

Parce que c'est vrai qu'on nous raconte tout et n'importe quoi au sujet des aliments. Alors techniquement, si on mange un peu de tout, on aura jamais trop du dernier poison à la mode :p

Et la maman de ClaudeL avait le bon réflexe avec son steak : la viande rouge est recommandée en cas de perte sanguine. N'en déplaise aux végétariens, c'est plein de bonnes vitamines B12 et de fer. Miam miam!

(Zut, j'ai l'eau à la bouche là... :p Ouf, c'est pas lundi ;)

Alexandre Babeanu a dit…

Bin l'élevage est une vraie plaie pour la planète. Tu faisais sans doute référence à ce qui est aussi mentionné dans cet article?

http://www.fao.org/ag/fr/magazine/0612sp1.htm

Petit échantillon de ce qu' on peut lire dans cet article:

« Le secteur de l'élevage est de loin le plus gros utilisateur anthropique de terres. Le pâturage occupe 26 pour cent de la surface émergée de la terre, tandis que la production fourragère requiert environ un tiers de toutes les terres arables. L'expansion des parcours pour le bétail est un facteur clé de déboisement, en particulier en Amérique latine: quelque 70 pour cent de terres boisées de l'Amazonie servent aujourd'hui de pâturages, et les cultures fourragères couvrent une grande partie du reste. Environ 70 pour cent de tous les pâturages des zones arides sont considérées comme dégradées, surtout à cause du surpâturage, de la compaction des sols et de l'érosion imputables aux activités de l'élevage.»

Etant donné l'état des stocks de poissons, et les problèmes des fermes de poissons, je me demande si le vendredi-sushi est une bonne idee également.

La nourriture Indienne est tres bonne et tres végétarienne, vaches sacrée oblige. Faut regarder par là pour des idées.

Gen a dit…

@Alex : Je faisais référence à un autre article, mais avec le même genre de statistiques, oui. Qui sont archiconnues quand même... et on ne me fera pas croire que l'élevage est la pire menace pour notre planète (sans même parler des industries, y'a le mot surpopulation qui me vient à l'esprit...)

Je ne suis absolument pas contre l'élevage. Il en faut. Présentement, il y en a trop et il est mal fait. D'où l'idée de faire ma part et de diminuer ma consommation de viande. Diminuer.

Pour la cuisine indienne... ben entre le beurre clarifié et le surplus d'épices, non merci. J'opte plutôt pour des influences coréennes, japonaises (y'a autre chose que du sushi), italiennes traditionnelles (plein d'oeufs et de bons fromages), mexicaines (en coupant les épices) et turques...

David Ruffieux a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
M.Jolicoeur a dit…

Je ne comprends pas cette affirmation "qu'il faut qu'on mange de tout pour être en santé"

La viande n'est pas nécessaire pour avoir une bonne santé, des millions de végétarien(e)s de par le monde et de par les millénaires en sont la preuve vivante.

On n'a qu'à lire le "Rapport Campbell" (de Collin Campbell, Ed. Ariane) pour s'apercevoir que d'un point de vue santé et épidémiologique la viande est liée à une foule de maladies humaines.

Gen a dit…

Vous parlez à une historienne, monsieur. Il n'y a pas de preuve historique d'un régime strictement végétarien qui est arrivé à soutenir la santé d'une population sur plusieurs générations. Le corps humain a des besoins en vitamines B12 et en fer non-hémique que les végétaux seuls ne peuvent combler. Les végétariens modernes utilisent des suppléments alimentaires pour surmonter ces carences. Je ne crois pas que remplacer de la viande par une pilule chimique est une solution saine, mais c'est un choix personnel.

Cela dit, la surconsommation de viande, je vous l'accorde, est dommageable pour la santé. Nous sommes omnivores. Ça veut dire qu'on peut et doit manger de tout. De là mon affirmation.

Merci d'être venu faire un tour chez moi :) Cependant, je vous préviens tout de suite : ce blogue n'est pas une vitrine de propagande. Si vous essayez de l'utiliser dans ce sens, vos commentaires seront effacés.

M.Jolicoeur a dit…

Puisque vous êtes une spécialiste de l'histoire voici des titres de livres très intéressants:

Ecrit par l'historien Tristan Stuart, "The bloodless Revolution: a cultural history of vegetarianism from 1600 to modern times".

The Heretics Feast: A history of vegetarianism,
Collin Spencer

Vegetarian, a history, par Karen Jacobo

D'un point de vue historique, il existe plusieurs végétariens sur plusieurs générations en très bonne santé et ce depuis fort longtemps.

Loin de moi l'idée de faire de la propagande,mais un blog ayant une fonction commentaire, doit bien servir à la discussion?

Pour ce qui est du fer et de la vitamine B12, c'est un problème pour tout le monde, qu'on soit omnivore ou qu'on ne consomme pas ou peu de viande. Il y a du fer dans la spiruline et de la B12 dans la levure Red Star

Gen a dit…

Je vous remercie pour les références. Soyez assurés que je les note. D'ailleurs, si vous voulez lire quelque chose publié plus près de nous (et en français) sur le même genre de question, je vous invite à consulter les travaux de Janick Auberger, professeure à l'Uqam et spécialiste du régime alimentaire antique et du rapport de l'humain avec l'animal.

Pour ce qui est de mon inquiétude au sujet de la propagande, j'ai eu au sujet de ce billet des commentaires très désagréables, de gens qui justement ne désiraient pas discuter.

Au sujet du fer et de la vitamine B12 : la viande reste quand même la source la plus concentrée de ces deux éléments essentiels. N'ayant aucun problème avec la nature prédatrice de l'humain, ni avec la violence que cela sous-entend, je ne crois pas abandonner mon steak hebdomaire. ;)