lundi 21 novembre 2011

Au salon du livre de Montréal

Au salon du livre de Montréal, en arrivant j'étais crevée et démoralisée, auteure orpheline de mère et de livres (puisqu'Hanaken n'était nulle part) venue là un peu par principe.

Puis j'ai jasé avec pleins de copains passionnés, qui écrivent, qui publient, qui vont publier... Les Isabelle, Jonathan, Ariane, Caroline, Élisabeth, Mylène, Luc, Dominic, Guillaume, Philippe-Aubert, Sébastien, Pascale, Richard, Pat, Mariane et Josée de ce monde, vous m'avez fait un bien fou hier! :)

J'ai aussi eu le temps de discuter avec la Grande Dame d'une nouvelle que j'avais travaillé avec elle en atelier et que Solaris venait de refuser (en me disant qu'ils aimeraient en lire une ré-écriture). Je crois qu'avec son aide et celle d'Isa, on a réussi à la remettre sur de meilleurs rails. On verra ce que ça donne une fois réécrite.

Au 5 à 7 des blogueurs, j'ai eu la grande joie de voir apparaître mon chéri, qui pourtant n'aime pas tellement les occasions où la conversation tient lieu d'unique divertissement.

Plus tard, de retour au salon, alors que je faisais signer Yves Ménard dans mon Solaris, il m'a demandé comment allaient mes projets. Je me suis dit que c'était le monde à l'envers...

J'ai terminé la soirée assise derrière une table de dédicace, dans le stand Alire, après avoir fait la bise à Daniel Sernine, à Francine Pelletier et à Joël Champetier. Éric Gauthier est venu me demander une dédicace pour ma nouvelle gagnante du prix Alibis. Des amis ont amenées leurs copies de Hanaken spécialement pour l'occasion. J'ai signée tout ça les mains tremblantes.

Au salon du livre de Montréal, en repartant je me sentais comme une petite fille émerveillée. J'ai l'impression d'entrer peu à peu dans un monde magique que j'ai regardé de loin toute ma vie. Et même s'il se révèle moins idyllique que je l'aurais souhaité, peu importe : c'est dans ce monde-là que je veux vivre!

13 commentaires:

ClaudeL a dit…

Tellement de réalités dans le monde du livre: la réalité de l'écriture solitaire, celle des éditeurs grands et petits qui essaient eux aussi de se tailler une place dans ce monde fou, la réalité des medias qui va avec ou sans nous, celle encore des Salons et de la collectivité des autres auteurs. Bref, impossible d'être à l'aise dans chacun et difficile de gravir toutes les marches en même temps.
Mais si tel est ton rêve, poursuis-le avec tes forces et tes énergies, un pas à la fois.

ClaudeL a dit…

Qu'ai-je écrit là? Je me sens moralisatrice, 'est ben effrayant. Comme si j'y étais dans ce monde!

Prospéryne a dit…

Tant mieux si on t'a fait du bien Gen! C'est fait pour ça une bande de copains et c'est important d'en avoir autour de soi! :D

Pat a dit…

Je me sentais un peu comme toi en reprenant le métro samedi soir :)

Très heureux de t'avoir croisée, Gen! Un jour, on aura sans doute le temps de discutailler un peu plus longtemps!

Valérie a dit…

Tu aimeras sûrement la chronique de Stéphane Dompierre: Fâché noir contre le salon du livre.

http://fr-ca.etre.yahoo.com/f%C3%A2ch%C3%A9-noir-contre-le-salon-du-livre.html

K.Girard a dit…

Ce que j'aime du monde littéraire, c'est qu'il est tout de même accessible. Quand on a le talent, il y a de bonnes chances, avec le travail et la persévérance, de parvenir à ses rêves. Plus difficile du côté des acteurs, où on se doit presque d'entrer à l'école, de passer des auditions, de se faire juger par le physique parce qu'on entre pas dans le casting. Pour devenir écrivain, il faut bien écrire et tout peut devenir possible. Pour devenir acteur, même en jouant bien, il faut une part de chance.

Je ne dénigre en rien les deux professions, je dis seulement que le monde littéraire est un monde merveilleux que je considère, à tout le moins, ouvert.

Bref, il y a là sujet de débat.

Faudrait aussi que j'aille faire un tour au SLM une de ces années...

Isabelle Lauzon a dit…

Aaaaahhh! Que je suis contente que cette journée de sortie t'ait fait du bien! :D

Moi aussi, je me sens toujours remontée quand je rencontre autant d'auteurs à la fois. Comme si on dégageait tous de l'énergie positive et qu'on se la partageait...

Eh non! Pas de Hanaken au SLM cette année! Mais l'an prochain, nous aurons sûrement Hanaken 1 et 2, et de longues files de fans en délire en attente de signature... LOL!

Carl a dit…

J'ai fait le même constat dans mon premier salon. C'est un univers vraiment excitant et stimulant.
Mon premier conseil aux auteurs en devenir est de se pointer dans les salons et de parler aux auteurs et aux éditeurs. Ça donne toujours de belles rencontres !
Désolé de t'avoir manquée. Je ne suis venu au salon que le dimanche finalement :(

Pierre H.Charron a dit…

Oui, Quelle synergie dans ce Salon!!

Et désolé de n'avoir pu vous rejoindre pour les évènements de fin de soirée: Horaire serré, belles rencontres et petits pépins étaient aux rendez-vous.

Une chance que j'avais déjà mon Alibis!!! :)

richard tremblay a dit…

À la table il y avait deux verbomoteurs et un silencieux-moteur. Content d'avoir pu être assis à tes côtés comme un égal.

Gen a dit…

@ClaudeL : Tu y es plus que moi pour le moment : ton livre était là, lui! lol! ;)

@Prospéryne : Oui, vive les copains!

@Pat : C'est sûr qu'on aura plus de temps bientôt! Tu t'enlignes pour faire les salons du livre des 3 prochaines années! ;)

@Valérie : J'aime toujours Dompierre (surtout quand c'est pas trop cher! ;) (Inside joke ici...)

@Keven : Plus ouvert que le monde du théâtre ou du cinéma... Hum... pas sûre. Pour avoir connu les deux, j'y vois de grandes similitudes. Mais c'est vrai que le physique compte moins pour un écrivain. Je n'irais pas jusqu'à dire qu'il ne compte pas, par contre. Un écrivain qui se présente bien, c'est plus facile à vendre pour un éditeur.

Gen a dit…

@Isa : C'est ça, on doit générer de l'énergie créative et celle qui est usée pour les uns fait très bien aux autres, alors quand on se rencontre, on fait des échanges! lololol! ;) Pour les longues files de fans... Ouais, on verra bien! ;)

@Carl : On se reprendra. Et oui, c'est un bon conseil aux futurs auteurs que de se pointer dans les salons et de discuter. Mais c'est pas toujours facile à faire quand on est super intimidés! lol! ;) Je me souviens du premier salon où Alire m'avait invitée à venir les rencontrer (suite à la parution du Double). J'ai bien failli mourir de terreur révérencieuse en voyant les Grands Anciens de loin. Que de chemin parcouru depuis! lol! ;)

@Pierre : Pas grave : au moins on s'est jasé! :)

@Richard : Ben là, évidemment que t'étais assis à mes côtés "comme un égal"! O_o Et dans mon souvenir, j'ai passé une heure à me demander où était mon chum.

K.Girard a dit…

Effectivement, plusieurs similitudes. Pas de doutes là-dessus. Je ne sais pas comment l'expliquer par les mots. On s'en jase la prochaine fois qu'on se croise !