jeudi 27 août 2009

Et le professionnalisme, vous connaissez?

Hier, journée chargée.

Le matin, boulot, comme d'habitude. Premier courriel de la journée : la rédactrice d'un journal local nous offre gratuitement de passer une pub. Elle m'a écrit 8 lignes et a fait 6 fautes. Je jette un second coup d'oeil à sa signature... oui, c'est bien la rédactrice en chef... Hum... à la taille dudit journal, m'étonnerait qu'ils engagent un correcteur... Enfin, c'est gratuit... mais ça donne une impression broche à foin.

L'après-midi, le travail est remplacé par un rendez-vous chez le dentiste (j'ai pas l'émail des dents très solides, alors si j'ajoute ça au port fréquent d'un protège-dents et au fait que je respire surtout par la bouche, ça veut dire caries qui prolifèrent et plombages réguliers... merde!). Pendant que je suis étendue sans défense sur la chaise entre ma dentiste et son hygiéniste, des trucs pointus pleins la bouche, l'odeur de l'anesthésiant collé dans les narines, les deux femmes se mettent à jaser tout en travaillant, comme si j'étais pas là. Bon, je peux pas répondre, alors c'est pas plus mal. Voilà que deux autres hygiénistes, en pause j'imagine, entrent dans le bureau et se joignent à la conversation. Là déjà, je commençais à trouver que ça manquait de professionnalisme... et que j'étais pas à mon meilleur pour servir de centre de tablée. La touche finale? Après 10 minutes, le babillage a dévié sur le mauvais travail des secrétaires du bureau. Je prends aussitôt une note intérieure : magasiner un nouveau dentiste!!! Celui-là est loin de chez moi de toute façon.

Fin de journée, j'arrive chez moi. Une compagnie de rénovation y travaille depuis deux jours à rénover nos planchers de bois (sablage, teinture et vernis). Les deux gars font un travail superbe, j'ai pas à m'en plaindre. Sauf que...

Sauf que mon perron, hier soir, était plein de mégots de cigarette. Non seulement, surtout pour la non-fumeuse que je suis, c'est un spectacle dégueulasse, mais, en plus, la poubelle est juste à côté. C'était trop dur de les jeter?

Mettons que ça fait la différence entre une tite madame extrêmement satisfaite de son entrepreneur et une tite madame satisfaite... Entre mettre un lien sur mon blog ou pas quoi. Tant pis pour eux : ils auront pas de pub gratuite. Nah!

4 commentaires:

richard tremblay a dit…

Ah les mégots ! Juste le mot me fait lever le coeur.

L'autre jour à la plage de St-Timothée, une jeune femme largement enceinte est entrée dans l'eau du lac avec sa cigarette dont elle a jeté le bout dans l'eau comme si de rien n'était, au mépris des autres baigneurs, dont la majorité était des enfants.

Un fumeur, c'est essentiellement quelqu'un qui ne sait pas vivre.

richard tremblay a dit…

En passant ton anecdote chez le dentiste ferait un bonne nouvelle de littérature canonique, pour Biscuit chinois ou XYZ.

Gen a dit…

Effectivement ;) Je l'ai mise dans la liste où je garde les trucs sur lesquels je veux écrire ou les idées récupérables...

La dernière fois que j'ai vérifié, elle faisait 15 pages... :S

Et ça c'est la liste commencée en janvier (vivement la retraite, que je puisse écrire en paix!) Plus que 30 ans à tirer (misère)

Isa Lauzon a dit…

Franchement, le monde sait de moins en moins vivre, ça fait dur! Et je seconde ton "vivement la retraite", il m'en reste à peu près autant que toi à tirer... au secours!