mardi 27 mai 2014

Sexisme à deux vitesses?

Je me pose une question ce matin.

Pourquoi est-ce qu'un centre sportif peut avoir une section réservé aux femmes ou être complètement réservé aux femmes sans que personne ne s'en plaigne? (J'pense entre autres aux centres Curves, dont une succursale a poussé pas loin de chez moi.)

Me semble qu'il y a eu une longue lutte pour forcer les tavernes à accepter la clientèle féminine...

Le sexisme, dans la société québécoise, est-ce que c'est rendu (comme tant d'autres choses) à deux vitesses? On peut discriminer les gars, mais faudrait surtout pas toucher aux filles?

Quelqu'un a une explication logique? Parce que moi j'comprends juste pas.

35 commentaires:

Luc Dagenais a dit…

L'épineuse question de la discrimination positive...

Gen a dit…

@Luc : Pour avoir travaillé avec des avocats (où les départements payants étaient souvent des chasses gardées masculines), je peux comprendre que certains domaines discriminent positivement les femmes (ou les minorités visibles) pour encourager la mixité sexuelle et culturelle.

Mais je comprends vraiment pas ces histoires de "réservé aux femmes" dans les centres sportifs. Me semble que si un centre voulait faire une section "réservée aux hommes" il y aurait toute une levée de boucliers!

Vincent a dit…

Je suis d'accord avec Gen, je vois une différence importante entre discrimination positive et interdiction basée sur le genre.

Sébastien Chartrand a dit…

J'ai un ami gay qui voulait s'inscrire dans un cours de pole dance et on lui a refusé l'accès sous prétexte qu'il était un homme.

Un homme gifle une femme, c'est un salaud (ce que je pense). Une femme gifle un homme, c'est drôle (ce que je ne pense pas) -- on en voit dans les comédies romantiques et on s'esclaffe. Ne venez pas me parler de force physique : le geste reste le même, on exprime la colère d'une claque.

C'est plein de situation comme ça. On tolère qu'une femme prof dorme avec les petits garçons lors d'une activité parascolaire -- n'allez pas imaginer un prof masculin avec les petites filles.

Ce type de sexisme est beaucoup plus fréquent qu'on pense et je suis ravi que pour une fois, ce soit une femme qui en soulève l'existence. (c'est un sujet que me pompe facilement, mais en parler quand on a un chromosome Y, c'est s'attirer les foudres de ces dames)

Nomadesse a dit…

C'est quelque chose que je ne comprends pas, moi non plus. Il paraît que c'est parce que les filles se sentent moins "gênées" et "jugées" ensemble. Et mon chum qui aime du yoga, souvent seul dans ces cours-là, il fait quoi si on limite son accès parce qu'il a un morceau en trop? Je travaille sur les papas en ce moment et des fois, on entend des affaires étranges, des chasses-gardées féminines que je ne me gênerai pas pour dénoncer.

Le hic, c'est que ces vraies injustices sont souvent utilisées et accolées à d'autres attitudes qui ne sont pas des injustices (par exemple, la discrimination positive dans certains domaines, toujours à reconsidérer pour être certain de son efficacité) par des hommes qui ne sont pas si féministes que Sébastien pour "réécraser" les femmes dans cette place dont elles n'auraient jamais dû sortir: sois belle, occupe-toi des enfants et surtout tais-toi. Ça aussi, je l'ai vu et c'est pas beau, d'où le fait que Sébastien doit marcher sur le bout des pieds.

Ne t'inquiète pas: ce type de marche est très habituel pour nous quand on parle d'accouchement ou d'allaitement en tant que mère: il ne faudrait surtout pas critiquer la religion du tout-naturel! Bref, c'est une attitude applicable dans un nombre de domaines incalculables...

Gen a dit…

@Vincent : En effet, me semble qu'il y a un monde.

@Sébas : Je pensais pas que les cours de pole dance étaient réservés aux femmes. Après tout, y'a des bars de danseurs! :p En plus, ces cours-là arrêtent pas de dire que ce qu'ils enseignent n'est pas un contenu sexuel! :p

Je ne considère pas que le gars qui gifle une fille est toujours un salaud. Y'a des filles qui ambitionnent avec le statut "intouchable par la violence physique" que la société leur donne. Idéalement, le gars ne devrait pas taper dessus pour autant, mais des dérapages ça arrive (comme tu dis, c'est la colère qui sort). Et à l'inverse, je trouve qu'on pardonne bien trop facilement aux filles qui giflent les gars. Faut que le gars moyen soit vraiment, mais vraiment à boutte pour frapper une fille (vous vous êtes tellement tous fait dire de jamais faire ça!). Mais pour les filles, c'est souvent un geste plus théâtral qu'autre chose, une façon de clore l'argument. (Et de défier le gars de riposter)

Et oui, je sais que le type de sexisme que tu présentes est rendu courant et que les gars qui s'en plaignent ne sont pas pris au sérieux.

De là mon billet d'aujourd'hui.

Gen a dit…

@Nomadesse : Et le jeune gars bien bâti qui soulève des poids et se fait dévorer des yeux par les matantes sur le tapis roulant, il se sent ptêt pas gêné, lui? (Scène que j'ai vu dans un gym mixte)

Et je sais que certains dinosaures veulent se servir de ces injustices pour effacer des acquis profitables à l'égalité des sexes. Mais à vouloir les ignorer, est-ce qu'on n'a pas poussé le balancier un peu trop loin là? Un peu comme avec les accommodements raisonnables, faut savoir tracer la limite entre ce qui aide à vivre ensemble et ce qui brime un groupe au détriment d'un autre.

Bof, religion du tout naturel... Dans mon entourage, c'est moi qui passe pour la freak parce que je préfère essayer sans épidurale.

Sébastien Chartrand a dit…

@ Gen : je ne sais pas si TOUS les cours de pole dance sont réservés aux filles, je dis que deux écoles de la Mauricie le sont.

Au sujet des gifles :

Cela dit, j'ai de la misère avec la gifle, masculine ou féminine. Une fille qui ambitionne peut faire sauter une coche, c'est vrai... et nous sommes très vite endoctrinés à ne pas toucher une femme (ce qui est correct mais devrait aussi se faire pour ces demoiselles. Un catfight, c'est violent en s'il-vous-plait)

Je me souviens d'une scène où j'étais certain qu'un chum de CÉGEP allait gifler sa blonde (c'était une bitch de première catégorie) et tout le monde avait peur qu'il saute la coche, d'autant qu'elle l'en défiait... Je me souviens très bien : il a pris le visage de la fille entre ses deux mains, a rapproché sa face de la sienne à un pouce et... il a hurlé à s'en époumoner !

toute la violence a sorti sans dommage (sauf nos oreilles !) et la fille a eu la peur de sa vie...

Sébastien Chartrand a dit…

Bien sûr, j'admets qu'il y a encore du chemin à faire pour les filles côté égalité.

J'ai sauté la coche quand des pitchounettes consoeurs ont affirmé que le féminisme n'avait qu'une valeur historique, désormais... minute, là !

(suffit de penser aux femmes-objets des pubs de Axe ou Bud, ou encore le maudit problème d'équité/équivalence salariale)

La société occidentale est porteuse de siècles de sexisme. Il faudra attendre que la mentalité des personnes âgés qui n'ont pas évolué disparaisse, puis celle de leurs enfants qui en ont été influencé, puis celle de leurs enfants... c'est long.

Pensez au temps qu'il aura fallu pour qu'on voit les Noirs comme des égaux : c'est pas encore fini, d'ailleurs. (et là, on pourrait me trucider, mais il y a du racisme à deux vitesses, aussi : les bars "only bros" réservés aux Noirs ou les concours "miss Black".)

Les préjugés ont la vie dure. L'homophobie diminue très doucement... le pire, c'est que les aléas sociaux créent de nouvelles intolérances : en 1990, les gens étroits d'esprit trouvaient les Arabes seulement "drôles" en se prosternant au sol face à La Mecque... maintenant, bienvenue à l'islamophobie.

(bon, j'ai dérapé du sujet... désolé)

Gen a dit…

@Sébas : Ben, rendu là, je sais pas si je vois vraiment une différence entre le geste que ton ami a posé et une gifle. Il a physiquement pris le contrôle du corps de sa blonde (lui saisir la tête) pour lui hurler au visage.

En plus, ça a sans doute été plus long que la durée d'une claque. Et les claques, hormis un cas récemment médiatisé, ben c'est souvent sans grand dommage.

Cela dit, si on veut éviter à tout prix la symbolique du coup frappé, oui, je suppose que c'était une solution. Mais pour moi ça reste tout aussi violent... et, comme tu le soulignes, c'était une violence qui méritait de sortir.

Gen a dit…

@Sébas : Dérapage, oui, mais ça reste lié. Comme tu le soulignes, on a une "tradition" de plusieurs siècles de sexisme. Faut lui laisser le temps de s'effacer.

Mais faut pas le pousser à l'inverse non plus, sous prétexte qu'il y a eu discrimination envers les femmes pendant tant de siècles. (Sinon, on s'en sortira pas!)

Sébastien Chartrand a dit…

Mais pour revenir dans le sujet (pour qui il se prend ce gars-là, à monopoliser l'espace du blog?), j'ai vu certains imbéciles profiter des abus de la discrimination masculine pour retourner les femmes au foyer, et trop souvent (bande de cons, vous n'aidez pas la cause, là).

Et j'ai entendu une femme doctorante en philosophie sociale prétendre que la solution à l'emploi était le retour des femmes au foyer (pas un membre du couple au choix, ce qui aurait au moins eu un peu d'allure - je dis "un peu" ).

Tiens, à ce sujet-là : l'épisode des Simpsons S17e19 - Girls Just Want to Have Sums, où l'école sépare les garçons des filles... ça dit tout.

Sébastien Chartrand a dit…

@Gen : oh ! Le cri a été violent, ça je suis 100% d'accord et je ne dis pas que c'était mieux - loin de là. je voulais dire que c'est une violence qui se tolère socialement (on ne poursuit pas légalement un homme qui hurle).

Gen a dit…

@Sébas : Bons exemples en effet de ce que certains dinosaures (femmes ET hommes) voudraient faire. (Et en effet, la doctorante aurait dû proposer que "l'un des membres du couple" reste au foyer, ça aurait eu le même effet! ;)

C'est vrai qu'on ne poursuit pas légalement les gens pour avoir hurlé... mais des fois, c'est dommage! :p

M a dit…

Je me suis toujours posé la question. D'un autre côté, les concept GYM, l'équivalent masculin de CURVES, ne marche pas vraiment.

Gen a dit…

@M : Est-ce qu'ils sont réservés aux hommes? (me souviens pas d'avoir vu de pancarte en ce sens)

Sébastien Chartrand a dit…

Dans notre belle société pleine de maturité, un gym réservé aux hommes serait tout de suite associé à la communauté gay...

myr_heille a dit…

Le principe, c'est que dans les gyms, il y a plus d'hommes que de femmes. (Pas de source, seulement basé sur mon expérience, peut-être que ça a changé!) Il est donc normal de donner certains privilèges à une clientèle qui ne vient pas autant qu'on le souhaiterait pour les inciter à revenir plus souvent. Même chose pour les rabais pour étudiants ou pour aînés: vous ne dépensez pas assez chez nous, voici des cadeaux pour vous inciter à changer d'idée.

Les sports sont fréquemment séparés par sexe de toute façon, il me semble.

Gen a dit…

@Sébas : Lol! Probablement! ;)

Gen a dit…

@myr_heille : Mais quand on donne un rabais aux ainés ou aux étudiants, ils sont quand même mêlés aux autres usagers ensuite. Là on fait de la ségrégation.

Et les sports pratiqués dans les gyms sont plutôt individuels (pousser de la fonte, courir sur place), sauf les cours de groupe (yoga, aérobie) où là encore la performance est individuelle. Alors la séparation des sexes n'a pas lieu d'être.

Les arts martiaux se pratiquent selon des catégories basées sur le sexe, mais uniquement en compétition. Normalement, les cours et les entraînements sont mixtes (ce qui est un grand avantage pour les filles tant qu'à moi une fois la timidité surmontée). Mais je vois de plus en plus de cours "pour femme". Je trouve ça triste. Et j'espère qu'il n'y aura jamais de cours "pour hommes".

M a dit…

Et... je fais des cours de zumba et de workout style cardiobox et autre, et je suis le seul gars. Mais je ne demanderai pas qu'on offre des sessions "men only"

Gen a dit…

@M : C'est aussi bien. Je sais pas s'ils en organiseraient juste pour toi! ;p (J'ai déjà traîné un ami dans un cours d'aérobie et il avait trouvé pas mal le fun d'être le seul gars : par la suite il m'a dit qu'il ne s'était jamais senti aussi fort que lorsqu'il faisait des push-up à côté de la gang de filles! hihihi! ;)

Sébastien Chartrand a dit…

ah ! être le seul gars avec une gang de filles... voilà pas longtemps, j'ai eu l'ultime démonstration virile en présence d'une gang de filles : ouvrir un pot de relish récalcitrant quand toutes les pitchounettes s'étaient essayée avant... ah ! Jamais je n'ai été aussi proche de Chuck Norris !

Hélène a dit…

Tout ceci pour dire que le Curves près de chez nous a fermé, je ne sais plus quand, mais n'a pas été ouvert longtemps. Ça dépend peut-être des secteurs, mais il me semble que le concept ne marche juste pas.

Sébastien Chartrand a dit…

À ce que j'avais cru comprendre, l'idée de base était : aucun homme, aucun miroir, aucun poster, aucun complexe.

Sauf que la matante-à-bedaine voit quand même pitoune-du-coin qui s'entraine, alors côté complexe...

Gen a dit…

@Sébas : Lol! Ouais, ça c'est un classique! ;)

@Hélène : Dans mon coin, ils toffent entk.

@Sébas : Les complexes, c'est une question d'éducation plus que d'environnement, mais c'est dur de faire admettre ça à ben des filles...

Philippe-Aubert Côté a dit…

Toute cette discussion me rappelle la question en apparence naïve (mais qui trahissait une curiosité sincère) que j'ai posté un jour sur facebook : pourquoi n'y-a-t-il pas d'hommes au Conseil du statut de de la femme, un organisme pourtant guidée par le principe *d'égalité* homme-femme...

Gen a dit…

@Phil : Maudite bonne question en effet. J'ai l'impression que c'est parce que, malheureusement, l'égalité ne semble pas être l'objectif réel de la plupart des féministes.

Et aussi parce que t'imagine le tollé s'il fallait que le seul gars se retrouve président du Conseil? :P

M a dit…

@Gen: fut un moment où oui, c'était seulement pour les hommes, de mémoire, d'après les pubs que j'ai vues.

@Sebastien: Côté seul gars de la place, dans les cours de zumba en hiver, j'étais toujours celui qui devait ouvrir les fenêtres gelées pour faire entrer de l'air froid.

idmuse a dit…

J'ai pas tout lu les commentaires (honte à moi), mais je peux dire que des gars qui cruisent dans les gym, y'en a, pis que ma chum pis moi, on aimait mieux aller dans un gym de filles pour avoir la paix ;) Non, mais, je suis en sueur, j'ai l'air fou, veux-tu ben me sacrer patience?
:P

Gen a dit…

@M : Wow, j'suis étonnée que ça ait pas provoqué de levée de boucliers!

Gen a dit…

@idmuse : Et qu'est-ce qui va empêcher le même gars de te cruiser dans le bus? À l'école? Dans la salle d'attente du médecin?

On s'entend qu'il y a pire que de se faire cruiser quand ça nous tente pas quand même!

Gen a dit…

Pis parce qu'il y a une poignée de gars qui agissent comme des hommes des cavernes, faut établir la ségrégation.

Dans ce cas là, faudrait aussi des gyms pour hommes seulement, parce que je suis sûrement pas la seule fille qui s'est déjà rincé l'œil en regardant un gars bien bâti lever des poids! :p

Vincent a dit…

Gen a raison, il faudrait interdire les autobus, les salles d'attentes et l'école aux gars! :p On pourrait faire une liste exhaustive des endroits publics qui sont remplis de gars et leur en bloquer l'accès! Mouhaha! :p

Gen a dit…

@Vincent : Je suis sûre qu'il y a des gars qui se mettraient à faire du porte à porte juste pour pouvoir cruiser! :p