mardi 18 mars 2014

Scène de bureau (32)

J'entre dans le bureau de ma patronne, parce que le moment est venu de l'Évaluation annuelle. Exercice qui, avec un peu de chance, débouchera sur la mythique Augmentation de salaire.

Patronne - Gen, heille on est vraiment super satisfaits de ton rendement cette année!

Hum, ça commence mal. J'ai assez d'expérience pour savoir qu'un tel compliment sera suivi par la chanson de l'enveloppe budgétaire.

Patronne - Par contre, il faut comprendre qu'on a une enveloppe budgétaire maximale pour les salaires.

Je garde un visage neutre, mais je sens que les mots "Me semblait bien aussi" doivent être inscrits au néon dans mes yeux.

Patronne - Et puis, il faut admettre que tu n'as pas rencontré tes objectifs annuels.

Moi - Ah oui, les dossiers que je devais fermer "à temps perdu" et que je n'ai fermé qu'à 80%, étant donné que la charge de travail sur les dossiers actifs a augmentée de 45% par rapport à l'année dernière, diminuant d'autant mon "temps perdu"?

Patronne (faisant semblant d'ignorer que j'ai donc fermé 25% de dossiers de plus que ce à quoi on pouvait s'attendre) - C'est ça, ça n'a pas été atteint. Et puis, l'augmentation de l'inflation était très basse cette année...

Je remarque que, comme tous les employeurs, elle confond soigneusement "inflation" et "coût de la vie".

Patronne - On t'offre donc 3% d'augmentation.

Moi - Tu es au courant qu'il y a six mois on a changé d'assureur et que, depuis, j'ai dû payer de ma poche un montant équivalent à 4% de mon salaire en frais médicaux divers, que le nouvel assureur ne rembourse pas, mais que l'ancien, lui, remboursait?

Patronne (mal à l'aise) - Oui, tu m'en avais parlé.

Moi - Avec ce que vous m'offrez, compte tenu de l'inflation, je me retrouve donc avec une diminution de salaire de 2%.

Patronne - Euh...

Moi - Est-ce que tu veux que je vous offre une diminution de rendement de 2%?

Patronne - Ben là...

Elle fait une longue pause, puis son visage s'illumine.

Patronne - Tu pars en congé dans combien de temps déjà?

Moi - Un peu plus qu'un mois.

Patronne - Bon, alors, tout ça va être derrière toi bientôt, ça vaut pas la peine de te fâcher.

Moi (en sortant du bureau) - J'suis pas fâchée.

Et c'est vrai. Ça vaut pas la peine de me fâcher pour un mois. Surtout que je sais que je les ferai pas changer d'idée. Mais 2% de ma semaine normale de travail, c'est trois quart d'heure. Amplement de quoi écrire un billet de blogue entre deux dossiers.

Paraît que le pire problème de l'économie québécoise, c'est le manque de productivité. Ptêt que si les employeurs essayaient de motiver les employés en les augmentant (pour vrai) de temps à autres, la productivité se porterait mieux.

J'dis ça de même...

10 commentaires:

Prospéryne a dit…

À ta place aussi, je serais tentée de diminuer ma productivité de 2%...

Pat Isabelle a dit…

Logiquement, les dossiers complétés à temps perdus ne devraient pas être une sorte de bonus ?

Gen a dit…

@Prospéryne : Contente de pas être la seule mauvaise employée! ;)

@Pat : Ben ouais, mais semblerait que l'augmentation aussi c'est une sorte de bonus.

Nomadesse a dit…

Ce qui est admirable, c'est la pertinence de tes répliques et les calculs tout à fait valides que tu exposes. Combien sont ceux qui avaleraient cette fausse augmentation avec joie, sans questionner davantage?

Gen a dit…

@Nomadesse : Mes collègues ont avalé joyeusement. Et mes explications à l'effet qu'on venait de nous diminuer nos salaires ont été suivies d'un "Ben là, tu peux pas compter ça de même". Ah non? J'suis supposée compter comment alors?

Mais pour les calculs, j'ai pas de mérite : connaissant les employeurs en général, j'avais préparé mes affaires (coût du changement d'assureur, quantité de dossiers actifs supplémentaires vs quantité de dossiers fermés) avant de rentrer dans le bureau. (Et bon, je vous offre toujours les dialogues de scène de bureau en version écourtées. Le reproche sur les objectifs non atteints s'est étiré et la récitation de la chanson de l'enveloppe budgétaire aussi!)

David Germain a dit…

J'espère que ta patronne ne lit pas ton blogue... :-S

Gen a dit…

@David Germain : Ah éternelle inquiétude de plusieurs de mes lecteurs. ;) T'en fais pas : la réponse est non. (Sinon, j'aurais eu des échos depuis longtemps! ;)

Isabelle Lauzon a dit…

Pwahahaha! Impayable Gen! ;)

Les comptables aussi avaient ce genre de méthodes quand venait le temps de l'évaluation... Bien contente d'être rendue dans le municipal mettons! :P

Hélène a dit…

Je ne comprends pas: tu travailles pour un assureur qui assure mal ses employés, c'est ça? Meuh semble qu'ils pourraient offrir de meilleures conditions de ce côté, ce serait la moindre des choses. Une chance que tu pars bientôt!

Gen a dit…

@Isa : J'pense que la méthode est la même partout. Ouais, je m'ennuie des conventions collectives finalement. Pas moyen d'être augmenté "au mérite" (ce qui donnait parfois envie de se pogner le derrière autant que l'incompétente du bureau d'à côté qui aurait la même augmentation en fin d'année) mais au moins on perdait rarement du salaire par la bande.

@Hélène : Ouaip, c'est pas mal ça. Mais selon lui, c'est pas qu'il nous assure mal, c'est juste qu'il a été trompé lui aussi par les représentations du nouvel assureur. Faudrait ptêt compenser alors...