lundi 7 mars 2011

L'univers vs l'histoire

Je viens de finir de regarder la série des films de Star Wars, dans l'ordre, en commençant avec les nouveaux I, II, III, puis en enchaînant avec les bons vieux IV, V, VI...

Expérience frustrante s'il en est!

Comment peut-on, après avoir mis en place un univers aussi passionnant et riche que celui de Star Wars (avec les chevaliers Jedi, la République, l'Alliance, l'Empire, les droïdes, la Force et son côté obscur, les sabres lasers, etc), écrire des bouettes de scénario comme les films I, II, III? Comment peut-on, en tant qu'auteur, avoir tellement peu d'intérêt et de sensibilité envers ses personnages qu'on ne s'aperçoit même pas que les acteurs de notre film sont horriblement mal dirigés par nos soins et qu'ils ont besoin d'aide? Comment peut-on ne même pas respecter les pistes qu'on avait données dans nos trois premiers films?

Le ratage des trois prequel de Star Wars sur le plan de l'histoire est d'autant plus dommage que Lucas, pour ce qui est de bâtir un univers, avait fait preuve de génie. Et ce génie tient, d'après moi, en deux phrases :

1- Il y a fort longtemps, dans une galaxie lointaine...

Voilà. On se fait pas chier avec "qu'est-ce qui est arrivé avec la Terre et comment on en est arrivés là?" Pas besoin de faire des références à des trucs connus actuellement pour montrer une continuité historique. Pas besoin d'expliquer l'évolution scientifique. On est ailleurs, point. C'est pas toujours cohérent, mais ça a du style et c'est le fun! :)

2- La Force, c'est une énergie qui nous entoure et nous pénètre et qui maintient la galaxie en un tout unique.

Et tout était dit. Pas de machins-chloriens mesurables et quantifiables. Une énergie, point. Dans un univers où les sabres lasers sont aussi utiles que les fusils, a-t-on besoin de plus d'explication? Non. Ça suffisait. Les bases étaient plantées. On pouvait raconter l'histoire.

Et ce qui me désole après avoir ré-écouté les films I, II, III, c'est que, cette histoire, on ne peut pas la raconter de nouveau. Elle a été ratée en beauté une fois, alors on est pris avec maintenant.

À moins que...

18 commentaires:

ClaudeL a dit…

Tout ce que je sais de Stars Wars, c'est que j'ai vu un des lieux de montage, dans le désert de la Tunisie. Les yeux émerveillés de la plupart des voyageurs m'ont fait passer pour une belle ignorante, mais pas assez pour avoir le goût de voir ces films.

Gen a dit…

@ClaudeL : C'est sûr que la science-fiction et la fantasy n'étant déjà pas tes genres privilégiés, le mélange des deux au cinéma, ça risque de te laisser froide!

Pat a dit…

Frustrant, en effet!

Il y avait, comme tu dis, quelques coups de génie dans la trilogie originale.

Ne serait-ce que des personnages attachants.

Un type de RedLetterMedia s'était livré à un exercice intéressant il y a un an ou deux. Il demandait à des gens de décrire certains personnages de l'ancienne trilogie sans parler de leur travail ou de leur statut.

Fais le test, c'est facile.

Maintenant essaie avec la reine Amidala ou QuiGonGin...

Des personnages qu'on peut décrire autrement que par ce qu'ils font, voilà un élément qui a marqué mon imagination au fer rouge.

Si j'ai pas ça dans mon histoire, ça risque de faire dur en maudit :S

Gen a dit…

@Pat : Excellente observation au sujet des personnages! :) Je vais la garder en tête moi aussi!

Carl a dit…

J'ai toujours trouvé logique de ne pas expliquer le comment du pourquoi d'une situation SF, mais la majorité des lecteurs me demandent des détails; ils veulent savoir comment on en est arrivé là. Quand bien même que l'histoire se déroulerait dans deux mille ans, j'aurais toujours des lecteurs qui voudraient savoir pourquoi la Terre n'est pas nommée, comment on a découvert les extra-terrestres bleus ou les éléphants tachetés. Et on me demanderait de rendre des comptes quant à la possibilité de déplacer de tels animaux sur différentes planètes en considérant les différences climatiques de chacun des lieux (qu'on me demanderait de présenter). Au fond, il faudrait que chaque planète soit élaborée comme Pandora. Sérieusement, si les auteurs réalistes ne se badrent pas avec des niaiseries du genre "voici pourquoi la ville de San Francisco est faite comme ça", je ne vois pas pourquoi je m'enfargerais dans les fleurs du tapis à tenter d'expliquer quelque chose qu'il faut juste accepter dans l'univers du récit.
C'est ça, ou je suis simplement davantage un auteur de SF fantastique que de SF tout court.
Bon, ça faisait trop longtemps que j'avais pas écrit, désolé si c'était long...

Gen a dit…

@Carl : En effet, moi aussi j'ai un peu le réflexe de dire "Hé, ça se peut déjà pas mon histoire, pourquoi vous voulez que j'explique des trucs scientifiques que je comprends pas? J'suis écrivain moi!" lol!

Je trouve pour ça que Lucas avait trouvé la bonne parade avec son "A long time ago in a galaxy far, far away.."

Cela dit, oui, je suppose que plein d'écrivains de SF purs et durs nous diraient qu'on est des fantastiqueurs.

Et on s'en fout! hihihi ;)

Marico a dit…

Je me contenterai donc de mes bons vieux IV, V, VI. D'accord avec la majorité d'entre vous, c'est quoi cette manie de vouloir tout expliquer? Laissons place à l'imagination! Et tant pis, pour ceux qui oublient d'entretenir la leur!

Gen a dit…

@Marico : Je pense que cette manie de vouloir tout expliquer vient d'un souci de cohérence. Or, si l'auteur, lui, doit savoir comment tout fonctionne, on n'est pas obligés de l'expliquer au lecteur.

Alamo a dit…

Un mot qui a tout ruiné pour moi: Jar Jar Binks!

Gen a dit…

@Alamo : Après ré-écoute, c'est pourtant loin d'être le pire élément! (Cela dit, il est moins gossant en anglais qu'en français)

Pat a dit…

Ça revient au bon vieux principe de suggérer plutôt que de tout montrer.

La trilogie originale laissait entrevoir un univers plus large, riche et cohérent.

Dans la nouvelle, parce qu'on en avait les moyens financiers et technologiques, on a tenté d'en montrer le plus possible. D'en mettre plein la vue.

Ça donne le résultat qu'on connaît.

Un autre principe à garder en tête pour nos trucs: laisser entrevoir plutôt que vouloir prouver à tout prix qu'on a réfléchi à tout.

Gen a dit…

@Pat : Oui, tout à fait : ne pas tout montrer, c'est la clef.

Et ne pas faire faire du tourisme à ses personnages dans tous les recoins du monde pour montrer à quel point il est beau et riche et tout. (Là je pense surtout aux romans de David Eddings pour ceux qui connaissent...)

Alexandre Babeanu a dit…

Chuis d'accord, mais cela dit ya un ruc qu'il faut voir, c'est que c'est pas nous les "targets", c'est les enfants (ou ados). Mes gamins ont bien aimé, même si moi, pas vraiment non plus. Enfin bon, même en gardant le public cible en tête, c'est pas non plus hyper-génial. Si j,arrive à revoir les anciens, les nouveaux me motivent bcp moins...

Gen a dit…

@Alex : Oui mais les anciens, tout en intéressant les enfants et les ados ne dégoûtaient pas les adultes! C'est la différence entre du jeunesse-gna-gnan et du grand public. Mais bon... En plus, quel est l'intérêt de faire 3 films pour enfants afin de précéder une série qui elle était ado/adulte? Problème de public-cible me semble, non?

Isabelle Lauzon a dit…

C'est sûr que les films 4-5-6 demeureront à jamais gravés dans ma mémoire et dans mon coeur... Des films cultes que je réécoute avec grand plaisir et que je connais par coeur.

Quand aux films 1-2-3... J'ai certes été très déçue. Extrêmement même. Mes enfants les préfèrent par contre, évidemment, ils regardent les effets spéciaux, eux.

Moi, j'adore la simplicité des films 4-5-6. Les effets spéciaux maison, mais bien faits. Le jeu des acteurs, bien meilleur à mon avis. (OK, j'avoue que j'ai toujours eu un faible pour Harrison Ford!) C'était du grand art, et avec les nouveaux volets, on est tombés dans les clichés d'aujourd'hui, les effets spéciaux à outrance qui nous font oublier l'histoire...

Des fois, je me demande s'il sera possible un jour de faire un film aussi bon que les anciens Star Wars. Pas sure du tout... C'est triste, hein?

Gen a dit…

@Isa : Un film aussi bon? Inception : un bon scénario, des acteurs décents et des effets spéciaux AU SERVICE de l'histoire.

Mais bon, c'est pas la norme de nos jours. Pourtant, il me semble qu'un bon scénariste et un directeur d'acteurs doivent coûter moins cher qu'une enième bataille sur fond vert...

Pat a dit…

Aïe! Inception?
Ouais, j'ai bien apprécié.
Mais j'aurais aimé que Nolan plonge davantage dans son univers, dans sa mécanique du rêve. Qu'il en exploite les ressorts et les dangers plutôt que de foutre des gars avec des mitraillettes, ennemis anonymes et ennuyeux.

La femme de DiCaprio, par exemple, réussissait à me glacer le sang. Les types avec des guns... bof.

Tout le palier avec la neige, par exemple, est ennuyant à mourir. Des gros plans sur l'acteur qui tire, qui court dans la neige, qui tire, qui saute, qui tire. Toujours des gros plans. Aucune construction, aucune tension. Quelques clichés de motoneiges. C'est flou. C'est confus et c'est pas très prenant. C'est surtout inutile.

La prémisse et les bases sur lesquelles s'étend le film étaient géniales. Mais certains éléments m'ont laissé de marbre.

Bref, désolé de cet aparté, j'entretiens une relation amour-haine avec Nolan :)

Gen a dit…

@Pat : Reste que dans le domaine "film grand public avec effets spéciaux mais un scénario quand même", c'est ce qui s'est fait de mieux dans les... je vais dire 5 dernières années, mais j'ai failli dire 10 (j'ose pas, je me souviens pas de la date de sortie du premier X-Men).

Oui, il y a des scènes mauvaises, oui, il y a des longueurs, mais il y en avait aussi dans les premiers Star Wars (la course à moto dans le VI par exemple).

Y'a rien de parfait! ;)

Reste que c'était la première fois depuis longtemps que je regardais un film en me demandant ce qui allait se passer.