mercredi 12 janvier 2011

Ponctuationnisme

Je suis plongée dans les corrections de mon roman.

C'est long, parce c'est des petits détails (comme de donner des indications du passage des saisons) mais ça va bien. J'arrive à un passage où Élisabeth a pris deux phrases courtes et les a fusionnées en une seule.

Avec un point virgule.

Je fais la correction. Je regarde le résultat. Beurk! J'enlève la modification. Les deux petites phrases vont rester telles quelles.

Parce que j'haïs ça les points virgules!

Mon chum m'accuse de "ponctuationnisme" (forme rare de racisme) à chaque fois que je lui dis. Le reste du monde me regarde en levant les sourcils, sur le mode "comment peut-on haïr un signe de ponctuation?".

Allez, dites-moi que vous me comprenez... Que vous avez une haine secrète pour les parenthèses... les tirets... les virgules après un "et"... Au diable le ponctuellement correct, on se lâche lousse! ;)

34 commentaires:

Yves a dit…

Personnellement, je dois avouer que j'abuse parfois un peu trop des tirets dans mes textes. Mon éditeur m'avait d'ailleurs fait cette remarque lors de la correction du Projet Phénix.

Par contre, je te rejoins sur un point : Je DÉ-TES-TE les points-virgules! :)

CLaudeL a dit…

Il est vrai que les points-virgules ont perdu de leur charme depuis une bonne quarantaine d'années je dirais. Le point les a remplacés. Toute la structure de la phrase a changé. Qui aurait dit qu'on aurait commencé nos phrases par "et" ou "mais" ou "même que".
En revanche, j'ai plutôt une haine viscérale contre le pas de ponctuation du tout comme il fut beaucoup pratiqué dans les années 1965-1970, au Québec en tout cas, et dont Marie-Claire Blais a encore usé dernièrement.
Non, la, j'aurais bien voulu même pour un point-virgule.

Gen a dit…

@Yves : Ah, les tirets... moi je fais de la virgulite aigüe, alors... Et je suis bien contente de pas être la seule à ne pas aimer le point-virgule!

@ClaudeL : En effet, les points-virgules me semblent vieillots. Je me demande pourquoi la structure de la phrase écrite a changé à ce point. Une certaine fatigue envers les règles? Une volonté de se détacher du français académique à la française? L'influence américaine qui nous fait écrire de façon plus courte, plus punchée, plus viscérale?

Ahhhhh! Un texte pas de ponctuation. Pas capable. Tant qu'à ça, j'aime mieux les points-virgules!

Sylvie a dit…

Ah, la ponctuation... Grrrr. Quelle agace! J'ai un rapport amour-haine avec elle. lol
Quand elle est bonne, elle passe inaperçue. Elle s'efface pour laisser toute la lumière au texte. Sauf que, quand c'est toi qui doit décider de la virgule et du point, tu te rends compte que ce n'est pas évident de la faire discrète et performante. Et elle est très importante, la maudite, elle peut tout gâcher.

Gen a dit…

@Sylvie : Oh oh, on dirait que tu souffres de ponctuationnisme généralisé toi! :p

En effet, c'est jamais évident la ponctuation. Mais... mais y'a des signes plus discrets que les autres!

CJ a dit…

Je déteste aussi ce foutu point-virgule. Je trouve souvent plus percutant faire 2 phrases qu'une seule longue phrase essouflante. Je ne l'utilise jamais ou presque.

Gradlon a dit…

Bonjour,

Le seul signe de ponctuation que je n'aime pas (le comble est qu'il vient presque toujours en paires) est le guillemet lorsqu'il est employé pour les dialogues dans une oeuvre de fiction. Heureusement, la paire de guillemets est beaucoup moins utilisée à cette fin dans les oeuvres contemporaines, mais bien davantage dans les oeuvres d'un autre temps.

J'aime bien les virgules, mais j'aime moins la tendance qu'ont les auteurs (moins ceux d'oeuvres de fiction) de les appliquer selon les pauses qu'ils prendraient à l'oral plutôt que selon les normes à l'écrit. Le sens du texte en est alors changé. J'admets que moi-même éprouve de la difficulté, malgré un cours de français écrit à l'université!

P.-S. : désolé si ce commentaire apparaît plusieurs fois, il semble y avoir des problèmes avec ClaimID et j'ai dû revenir à la bonne vieille combinaison Nom/URL.

Annie Perreault a dit…

Au contraire, moi, j'aime la ponctuation; elle fait partie du rythme de la phrase. C'est comme en musique, quand on écrit une partition, il faut des poses, des nuances, des soupires et autres, pour que la mélodie coule harmonieusement. En écriture, c'est la même chose : la ponctuation sert à rythmer la phrase et à la rendre plus mélodieuse.
L'écriture et la musique, c'est pareil...
C'est mon humble avis !

CLaudeL a dit…

Les guillemets dans les dialogues ne sont pas tellement choses du passé que choix éditorial de l'éditeur. Les Américains les ont abandonnés depuis longtemps, leur préférence allant au tiret demi-cadratin du début à la fin. On commence même à voir de plus en plus même pas de tiret et non plus de ponctuation quand quelqu'un parle. Certains auteurs réussissent à faire comprendre au lecteur qui parle, qui pense.

Mais les guillements ne me dérangent pas tellement. Pas autant que ces satanés points de suspension que certains auteurs utilisent à répétition. J'ai cessé de lire Gavalda à cause de cet emploi vraiment exagéré: jusqu'à 15 par pages. J'espère que c'est une mode passagère et je ne comprends pas que l'éditeur n'impose pas son veto.

Gen a dit…

@CJ : Même chose pour moi : j'aime mieux l'effet que donnent deux phrases courtes.

@Graldon : Bienvenue! Il n'y a pas eu de problème avec le message. Je suis d'accord avec vous : les guillemets dans les dialogues me plaisent plus ou moins (je privilégie d'ailleurs les tirets). Pour les virgules, je les adore, mais bien utilisée. Je suis comme vous : une virgule placée "à l'oreille", ça me hérisse!

Gradlon a dit…

@CLaudeL

Je dois avouer que je lis davantage de livres scientifiques (histoire) que de romans. J'en lis néanmoins, mais peut-être que mon éventail en la matière n'est pas assez étendu pour que je me rende compte que le guillemet est encore choisi de façon régulière.

Gen a dit…

@ClaudeL : En littérature de l'imaginaire, le guillemet est sur le point de disparaître. On utilise le tiret.

Pour l'abus de suspension, je ne comprends pas non plus comment ça se fait que l'éditeur n'a pas mis le holà. Ma directrice m'en laisse pas passer beaucoup! :p

@Gradlon : Il faut non seulement lire beaucoup, mais aussi lire les publications les plus récentes pour voir l'évolution et les tendances.

Alamo a dit…

À moins d'être Jack Kerouac, je ne crois pas qu'on puisse s'en sortir sans la ponctuation. Tu vois, la ponctuation est à la littérature ce que les silences sont à la musique et ceux-ci, une fois bien placées, créer toute une atmosphère et peuvent même changer toute une phrase et sa signification.

Moi, j'aime ça les point-virgules. Ce que je n'aime pas, cependant, sont les signes de ponctuations mal foutues et qui viennent détruire la beautée du texte! ;)

Gen a dit…

@Alamo : Je sais pas si on peut vraiment comparer ça aux silences de la musique. Plutôt au tempo, non?

Une femme libre a dit…

Les parenthèses, j'adore, j'en mets partout mais les points-virgules, là, yack! ouache! caca! je les déteste.

Gen a dit…

@Femme libre : Ah oui, vous aimez les parenthèses, même dans un texte littéraire?

Moi j'avoue qu'elles m'agacent un peu. Mais jamais autant que le point-virgule! lolol!

Annie Perreault a dit…

Je suis d'accord avec Alamo !! ;))

Gen a dit…

@Annie : Bon bon, une amoureuse de toute la ponctuation! ;)

Une femme libre a dit…

J'aime les textes sans ponctuation qu'on lit d'un trait, essouflé(e) et qui s'apparentent à de la poésie. Les mots qui coulent, soyeux, liquides et qui nous obligent à les avaler à toute vitesse parce qu'ils ne s'arrêtent jamais.

Peut-être pas tout un livre comme ça, car oui, ça deviendrait indigeste, mais de courts textes punchés et sans ponctuation, me plaisent en autant qu'ils soient très bien écrits, évidemment.

Gen a dit…

@Femme libre : S'ils sont suffisamment courts et suffisamment poétiques, je ne les haïs pas.

Mais dès qu'ils font plus d'une page, je cours après mon souffle et je me tanne! lol!

Pierre H.Charron a dit…

je suis d'avis que maitriser la ponctuation, c'est maitriser le tempo. J'étais un maniaque de la virgule, maintenant je modère et le texte en ressort grandi. Pour le point virgule, je trouve qu'il a sa place quand on veut lier deux phrases et empêcher une sucession du mot ET. Finalement, les guillemets dans les dialogues, j'aime pas..mais là pas du tout.

Pat a dit…

J'ai découvert, tout surpris, un point-virgule dans mon manuscrit d'Averia tome 1. Correctement utilisé et tout.

N'ai jamais eu conscience de l'avoir foutu là.

En ai pas retrouvé d'autres encore.

Avec de la chance, c'est un cas isolé ;)

Lucille a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Lucille a dit…

* Désolée, j'ai supprimé le texte précédent - je ne m'étais pas relue et j'avais (trop) de fautes ;o)

Je recommence :

Je ne suis pas atteinte de cette maladie... parce que je ne la connais pas ;o) Les points virgules, je ne les utilises pas, je ne sais pas à quoi ils servent !

Quand j'étais journaliste (long time ago), mon directeur de l'info m'avait apprise une grande leçon d'écriture. Il m'avait dit : Lucille, une phrase ça doit se lire facilement, une phrase c'est sujet, verbe, complément, point !

Alors, c,est ce que j'essaie d'appliquer. Plus simple et moins de chance de ne se tromper avec les règles de ponctuation.

Didie a dit…

J'adore les points virgules! J'en abuse même. Ce sont mes meilleures amies. Je suis d'accord avec Annie; (!) la ponctuation rythme les phrases. Mais seulement lorsqu'elle est bien utilisée. Sinon, ça nous tue les yeux (et la lecture).

claude b. a dit…

Je pense, en toute… comment dire? retenue que la ponctuation – cette mal-aimée – aura toujours sa place et sa diversité. «Vieux croûton!» vous écrierez-vous; comment vous contredire? Je dirai ceci: l'abandon progressif de certains signes et donc de certaines tournures peut s'appeler simplification tout autant qu'appauvrissement (mais je n'ai pas de dates à vous donner).

Gen a dit…

@Pierre : Oui, pour moi aussi, pontuaction = tempo. Le fait que je n'aime pas le point-virgule vient peut-être du fait que j'aime les tempos rapide. Après tout, ne peut-on tout simplement juxtaposer les phrases, sans même mettre de ET? (et ainsi éviter le point-virgule?)

@Pat : T'en fait pas : j'ai sûrement des ovnis comme ça qui traînent quelque part moi aussi ;)

@Lucille : Lol! Entre sujet-verbe-complément et phrases à rallonge, doit y avoir un milieu ;)

@Didie : Tes meilleurs amis!?! Oh oh... Pas de problème avec les directeurs littéraires à ce sujet?

@Claude B : Tu fais fort, comme toujours! ;) Tous les signes décriés en un paragraphe! lol! Je ne pense pas que les abandons soient généralisés. Il y a simplement des tendances... et des goûts personnels. En cas d'appauvrissement avéré, on n'aura qu'à faire lire Dumas à la jeune génération et on reverra à nouveau foisonner le point-virgule! lol! ;)

claude b. a dit…

Le véritable appauvrissement dans ma vie aura été de ne pouvoir insérer des crochets dans mon paragraphe.

Joe_G a dit…

Dit-elle entre guillemets anglais.

Gen a dit…

@Claude b : Comment!?! Mais c'est bien trop vrai! Ah là là, je suis déçue ;)

@Joe : Non. Juste non. Tu n'as pas le droit de nous lancer dans une discussion sur la distinction entre les guillements anglais et français! Y'a tellement d'exception à cette foutue règle!!!! O_o

Luc Dagenais a dit…

Heureusement que le point d'ironie n'est jamais passé dans l'usage.

@Claude: Waouh, trop fort Claude!

Gen a dit…

@Luc : Pour le point d'ironie, je trouve ça dommage. Y'a des cas où ça serait utile!

claude b. a dit…

Ponctues-tu? Ponctue-t-on?

Sans blague, je dirais que la façon de ponctuer peut varier selon l'effet qu'on veut donner à telle ou telle histoire. En ce sens, tous les signes de ponctuation ont leur utilité.

Gen a dit…

@Claude b: Ouais, t'as raison.

Ok, mon défi pour 2011 : écrire un truc avec des points-virgules.

Mais pas dans mon roman! :p