lundi 13 décembre 2010

Une histoire de Noël (vous l'aurez voulu)

Allez, j'embarque dans le mouvement lancé par l'Ermite. Voilà donc mon histoire de Noël en 500 mots. Avertissement aux lecteurs : c'est pas mon temps de l'année préféré. Les cadeaux coûtent trop cher, mon sapin est pas fini, je déteste me demander quoi mettre pour les partys et quelque part durant la préparation de la quatrième tourtière, je pogne mal au coeur à cause de l'odeur de la pâte à tarte...
----------------------------------------------------

Les dépenses des Fêtes

J'arrive devant chez moi et je soupire. Le seul truc plus déprimant qu’une maison qui n’est pas décorée pour Noël, c’est une maison qui n’est pas assez décorée. Rien de pire que cinq-six lumières enroulées autour d’une rampe en fer forgé dont la peinture s’écaille. Il me semble que ça crie le désintérêt mal assumé pour les obligations familiales et économiques qui entourent les Fêtes.


Comme quoi l’impression donnée est honnête.

Un tour de clef, j’ouvre la porte. Le sapin artificiel passablement déplumé m’accueille de toutes ses lueurs bleues et rouges. L’effet est d’une laideur consommée, à la limite du sinistre. Il faudrait que je pense à profiter des ventes de fin de saison pour m’acheter d'autres lumières d’intérieur. Blanches ou jaunes, ce serait plus joli.

Un nouveau sapin ne ferait pas de tort non plus. D’un autre côté… j’ai pas l’intention de recevoir qui que ce soit chez moi. Je devrais juste arrêter de décorer. Et mentir quand on me demande si je l’ai fait.

J’expédie mon sac sur le canapé, mon manteau sur la patère, mes bottes dans le bac de plastique qui est censé recueillir la neige fondue. Pas de neige encore cette année. Un Noël vert en perspective. Maman va passer la journée de demain à s’en plaindre. De ça ou de l’absence de mon frère.

Les ressorts du canapé grincent quand je m’y écroule. Je suis crevée. C'est inhumain de travailler un 24 décembre. Pourquoi est-ce que les gens n'achètent pas leurs cadeaux de Noël au mois de novembre? C'est pas pour rien qu'on met de la musique de Noël dans les boutiques à partir du lendemain de l'Halloween!

Le coin-cuisine me nargue. Est-ce que je vais réussir à me traîner jusque là et à me préparer un souper décent? Ou même un semblant de souper? Ou est-ce que je vais plutôt ramper jusqu'au placard qui me sert de chambre et me laisser tomber toute habillée sur mon lit?

Un peu plus et je m'endormirais dès maintenant sur le canapé. C'est le froid qui m'en empêche. Je frissonne dans les vêtements de luxe qui me transforment, jour après jour, en présentoir ambulant pour la marchandise de la boutique. Je devrais pas me plaindre. Dans dix ans, je serai trop vieille pour ce boulot et je devrai me recycler en représentante de laine à tricoter.

Mes dents claquent. Pourquoi fait-il si froid? Est-ce que le chauffage est en panne? On dirait qu'un courant d'air vient de la chambre.

Je me redresse à la verticale sur mes pieds en compote. En trois enjambées, je traverse l'appartement. J'ouvre la porte de la chambre. L'air froid me fait faire un pas de recul. Les rideaux s'agitent dans le vent. Le lit est couvert d'éclats de verre. La porte-patio qui donne sur le minuscule balcon a été fracassée. On s'est introduit...

Main sur ma bouche. Un bras qui me ceinture. Pointe dure et froide contre ma gorge. Odeur de sueur, de cuir et de froid. Paniquée, j'essaie même pas de crier. Une voix d'homme me murmure que ce sera vite fini. Qu'on veut juste mon argent. De quoi payer les dépenses des Fêtes.

Un choc derrière ma tête. La pièce tourne autour de moi. Les bras qui me tenaient me lâchent. Je tombe vers le sol, face première, incapable de bouger pour amortir le choc.

Juste avant que ma tête ne frappe le plancher, je me dis que j'ai enfin une vraie bonne raison pour ne plus jamais fêter Noël.

33 commentaires:

ClaudeL a dit…

M'en vais à la piscine, je commenterai à mon retour.

Ariane_Gelinas a dit…

J'aime beaucoup, bien écrit, original et étonnant, tout ça avec ta touche personnelle, bravo !

Philippe-Aubert Côté a dit…

Hum... Ça serait pas mieux en "il"?

;-)

(Attention: ceux qui n'aiment pas Noël reçoivent toujours la visite des trois fantômes de Dickens... mais je suis sûr que tu vas les attendre à coup de sabre...)

Gen a dit…

@ClaudeL : J'attends impatiemment ;)

@Ariane : Merci :) Je devine que t'es pas une fan de Noël toi non plus! hihihihi ;)

@Phil : Naon, baon! Il est en "je" celui-là! :p Et je pense pas recevoir personne à coup de sabre, mais je fais d'excellentes clés de bras...

richard tremblay a dit…

C'est excellent. Ça me rappelle la manière ironique de Robert Barnard, qui est un des auteurs préférés.

Isabelle S au boulot a dit…

Bon... que dire... Je suis méga fan de Noël. Mais dans le genre j'aime bien. C'est bien écrit. J'ai déjà travaillé un 24 décembre et c'est comme ça que je me sentais. C'Est pas pour rien que j'aime pas le shopping de Noël.

Gen a dit…

@Richard : Ah tiens, je connais pas cet auteur. Je vais fouiller :)

@Isabelle S : J'ai travaillé longtemps les 24 décembre. Je pense que ça fait partie des raisons pour lesquelles je suis pas une fan de la méga-fête de la consommation!

Pat a dit…

Haha! J'aime bien.

Ma phrase préférée est celle du présentoir ambulant. Ça m'a beaucoup fait rire :)

Gen a dit…

@Pat : Lol! Je pensais pas en avoir écrit une comique, mais tant mieux! ;P

Karuna a dit…

Moi, c'est la représentante de laine à tricoter qui m'a fait rire. Pauvre fille! Accablée, du début à la fin. Bien rendu, bravo.

Isabelle Lauzon a dit…

Hé! C'est sûr que ce n'est pas un beau Noël pour cette pauvre fille, mais Noël n'est pas un moment de l'année formidable pour tout le monde... En tout cas, un texte comme celui-là, ça fait réfléchir. Sur les obligations et la surconsommation de Noël, sur le fait que certaines personnes sont encore plus malheureuses que d'habitude à cette période. Ça donne surtout envie d'être plus gentil avec les pauvres vendeuses qui doivent subir le stress et l'agressivité des clients dans le temps des Fêtes...

En passant, Gen, j'ai bien aimé le changement que tu as apporté au début, au premier paragraphe. On embarque mieux dans l'histoire en partant. Mon petit grain de sel!

Gen a dit…

@Karuna : lol! ;)

@Isa : Tant mieux si ça fait réfléchir. Je pense que Noël est effectivement une période fort pénible pour plein de gens. On dirait qu'on a l'obligation d'être heureux à ce temps-ci de l'année. Alors quand c'est pas le cas, on est d'autant plus sombre on dirait.

Et oui, j'ai pensé à toi pour le premier paragraphe! ;)

Lucille a dit…

Bravo Gen ! Super bien écrit. J'avais quasiment envie d'aller lui faire des tartes à cette pauvre fille (disons que j'ai pogné la piqure en fin de semaine ;o)

Mais je la comprends. J'ai toujours décoré par obligation. J'aime pas tout le tralala autour des décoration. Je savais jamais quoi mettre, comment les mettre et surtout combien temps il fallait les mettre.

Mais, je m'en sauve cette année. J'ai loué un chalet pour le temps des fêtes - et les décorations sont faites. Alors, Noël, cette année ne me stresse pas trop.

Lucille a dit…

oups... le tralala des décorations.

Gen a dit…

@Lucille : lol! Elle va plutôt avoir besoin de lait de poule avec une paille ;)

Maudites décorations...

Alamo St-Jean a dit…

Pas mal dans le genre. :) Cependant, Noël c'est "heureux" bon! :P

Dis-toi une chose, je travail dans un centre d'achat au kiosque d'information et oui, même si je vis le calvaire depuis le 20 novembre (car nous Noël à commencer officiellement le 20 novembre) j'ai quand même hâte de passer du temps avec ma famille et mes collègues pour célébrer!! :)

Gen a dit…

@Alamo : Ça se soigne! :p

lol! Désolée, pour moi, Noël ça reste deux gouttes de plaisir dilluées dans 3 tonnes d'obligations.

Au fil des ans, j'envoie promener de plus en plus d'obligation, mais j'ai hâte de pouvoir prendre mon plaisir sec ;)

Yves a dit…

J'aime beaucoup. Bon rythme. J'aime les phrases courtes qui disent beaucoup.

Bravo, quoi! :)

Gen a dit…

(Je me relis et j'ai l'impression que ça sonne bizarre, mais servez-vous un cognac et vous allez comprendre...)

Gen a dit…

@Yves : Merci! :) Tu nous en fais un aussi, histoire qu'on goûte un peu à ta plume? ;)

Une femme libre a dit…

Quelle horrible finale! Elle est morte?

Gen a dit…

@Femme libre : Mais non. Juste amochée et traumatisée. C'est Noël, je m'adoucis :)

Une femme libre a dit…

Ouf! Peut-être alors qu'elle va croire qu'elle a été punie et qu'elle va merveilleusement décorer l'année prochaine! Héhé!

Mais selon le texte, elle pourrait être morte, ça finit par "ne plus JAMAIS fêter Noël."

C'est bien d'avoir un accès immédiat à l'auteure pour avoir des explications. Merci!

Gen a dit…

@Femme libre : À la place du personnage, je m'enfuierais dans le Sud pour le reste de mes jours au moment des Fêtes. Alors je ne fêterais plus JAMAIS Noël.

Mais bon, elle pourrait aussi se mettre à apprécier ce temps de l'année, c'est selon :p

Yves a dit…

@Gen Oui, mais il est écrit en 20 minutes...alors ça ne donne pas une idée complète... ;)

Gen a dit…

@Yves : Pas grave, ça va mettre un peu d'animation chez toi! hihihihi ;)

Pierre H.Charron a dit…

Quand elle se frappe la tête sur le sol..Il manquerait plus qu'une ronde de farfadets lui tourne autour de la tête en chantonnant un "jingle" !!

Toujours apprécié tes textes où tu mets en valeur les cinq sens.

Alexandre Babeanu a dit…

Ehehe, violent à souhait comme Noël. J'espère que ton Noël se passera mieux quand même!
Toujours le fun de te lire!

Gen a dit…

@Pierre : Je travaille fort là-dessus. À entendre la Grande Dame, c'est pas encore assez! ;)

@Alex : Comment ça violent!?! :p hihihihi! Ouais, l'avantage d'écrire des horreurs, c'est que la réalité devrait être mieux! ;)

idmuse a dit…

J'aime! Ça change des contes traditionnels, ça c'est sûr :)

Gen a dit…

@idmuse : C'était l'idée ;)

Anonyme a dit…

J'ai bien ri en lisant la phrase : "Comme quoi l’impression donnée est honnête".
Je me rends compte que j'adore quand l'auteur, le narrateur partage ses pensées ou ses commentaires, surtout s'ils sont sarcastiques.
Joyeux Noël (quand même) :OD le Papou

Gen a dit…

@Papou : Hé, c'est rare que tu laisses une trace ici! ;) Oui, j'aime bien moi aussi quand le narrateur partage ses sarcasmes avec le lecteur :p

T'en fais pas : j'ai hâte à notre souper du 27 :)