mardi 14 décembre 2010

Penser et croire

J'ai eu un merveilleux prof d'histoire de l'Antiquité. Avec lui, on pouvait débattre pendant des heures de tous les sujets. Un jour qu'il nous donnait un cours sur les fondements historiques de la Bible, un étudiant s'est mis à poser des questions. Bien vite, il est apparu que l'étudiant n'écoutait pas les réponses et cherchait seulement à s'obstiner, à faire "valoir son point" (qui découlait, vous vous en doutez peut-être vu le sujet, du créationisme). Calmement, mais fermement, le prof, à notre grande surprise, lui a demandé de sortir de la classe.  

À la pause, déboussolés, on a pratiquement assailli le prof. Comment se faisait-il que, tout d'un coup, cet homme avec lequel on avait maintes fois reconstruit monde, refusait le dialogue avec un étudiant?

Sa réponse m'a marquée : "On peut discuter avec quelqu'un qui pense. Pas avec quelqu'un qui croit."

C'est un principe que j'essaie de toujours garder à l'esprit. J'essaie de toujours réfléchir au lieu de croire, de prêter l'oreille aux arguments contraires... et de terminer rapidement les échanges stériles lorsque mon interlocuteur, lui, a troqué la réflexion pour la foi. Ce sont des principes fort pratiques quand on se promène sur les blogues... mais pas toujours faciles à appliquer, j'avoue! ;)

24 commentaires:

idmuse a dit…

J'adore la réponse du prof! Wow!
Je sens que je vais y penser pas mal aujourd'hui :)

ClaudeL a dit…

Note parfaite pour le prof!

Hier à la télé (TV5) il y avait une longue émission sur l'Inquisition. Incroyable ce que la "foi" et la fermeture d'esprit pouvait engendrer.

Gen a dit…

@idmuse : Il nous en sortait souvent des comme celle là, mais celle-ci en particulier a été marquante.

@ClaudeL : Il ne croyait pas à la perfection ;) Mais oui, l'Inquisition, brrrr, un bel exemple de ce que ça peut donner quand on mêle la religion et la politique (soyons réalistes : l'Inquisition, c'était le bras armé des gouvernements chrétiens, particulièrement de la fragile royauté espagnole)

Karuna a dit…

Une perle, cette phrase. Je la retiens.

Gen a dit…

@Karuna : Je la partage avec joie! :)

Pat a dit…

Finalement! Un principe auquel je peux croire aveuglément ;)

Gen a dit…

@Pat : lololol! ;)

Alamo St-Jean a dit…

Pour avoir côtoyer des gens "créationnistes" au cégep et malgré nos atômes crochus côté personnalité et tout le tralala qui vient avec... nous n'avons jamais, mais JAMAIS pu discuter d'histoire, de philosophies ou même de religions puisque cette personne était SI convaincu qu'elle détenait les clés absolues du savoir que jamais, malgré tout les raisonnements du monde existant et inexistant, elle n'a voulu "m'écouter". Pour elle, j'étais païens et dans le tort, c'est dommage parce que ça a mis fin à une belle amitiée.

Tu vois, j'préfère me déclarer comme étant agnostique dans ce genre de situation. Au moins je suis humble et j'avoue ne pas connaître les réponses, mais j'aimerais bien les trouver un jour tsé! :P

Mais pour paraphraser tout le monde qui a répondu: sacré citation pareil, celle de ton prof! :)

Gen a dit…

@Alamo : Ouais, j'ai connu des gens comme ça... et pas juste sur la question de la religion. C'est effectivement dommage quand tu regardes la personne et que te dis que si elle était moins bouchée, ça pourrait être un bon ami!

Isabelle S. au travail a dit…

Effectivement, quand les gens crois en quelque chose dur comme fer, il est impossible de discuter, c'est à sens unique.

La foi peut déplacer des montagnes, mais elle peut aussi donner lieu aux pires ravages : que ce soit la foi religieuse, la foi politique ou la foi en une personne. Je n'ai pas besoin de vous donner d'exemples je crois.

Gen a dit…

@Isabelle S : Les seules personnes que j'ai entendues tenir le discours "la foi déplace les montagnes", c'était des gens qui croyaient dur comme fer... et accomplissaient peu.

Les gens dont la foi fait des miracles, c'est ceux qui agissent de leur mieux et qui utilisent leur croyance comme béquille dans les moments de découragement intense. Que la foi les soutienne, j'ai l'impression que c'est un hasard au fond. Le même soutient pourrait leur venir d'amis ou d'amoureux.

Vincent a dit…

J'ai complètement intégré cette phrase-là: c'est tellement vrai. Il n'y a pas grand chose qui m'insulte plus que quelqu'un qui croit dur comme fer à ce qu'il pense et rejette en bloc tout argument, tout autre angle de vue sous prétexte que c'est sa croyance...

Ça tue non seulement la conversion mais aussi, ça nuit énormément à l'estime que je peux avoir de cette personne.

Selon moi, une croyance, c'est se satisfaire d'être dans le tort et prôner l'imbécilité. C'est bien triste de voir des gens dans un tel état d'esprit...

Gen a dit…

@Vincent : Faut pas jeter la pierre trop vite quand même. Je te rappelle qu'il fut une époque où c'était pas évident de discuter avec toi sur certains sujets! lololol ;)

Mais bon, moi aussi, les gens campés sur leurs positions, ça m'énerve! :p

Vincent a dit…

@Gen: il paraît qu'il n'y a pas plus "anti-tabagisme" qu'un ancien fumeur... C'est peut-être mon cas dans un autre domaine: j'étais tellement intransigeant avant que maintenant que je me suis adouci, je ne tolère plus cette attitude. :P

Gen a dit…

@Vincent : En effet, on dirait que c'est le même syndrôme ;) Je t'adore! ;) (bon, on va encore se faire dire qu'on est cute ;)

idmuse a dit…

puisqu'il le faut : vous êtes cutes ;)

Éléonore a dit…

et quelqu'un qui croit ne pense pas ?
C'est réductionniste.
Moi sa réponse ne m'épate pas.

Tu sais, la crise de la H1N1 a ressemblé sur plusieurs points a un débat créationiste/évolutioniste, chaque fois qu'une personne anti-vaccin se positionnait contre les vaccins elle se faisait traiter par l'establisment pseudo-scientifique de "complotiste" se qui sous-tendait "personne de peu de connaissance scientifique, arrieré, granola, facile à berner, crédule, etc"
Pourtant, le visage de l'establishment scientifique craque maintenaant de toute part et cela est visible... à ceux qui savent regarder et chercher ! Des universitaires dénoncent le financement des universités par les cies pharmaceutiques, des chercheurs dénoncent le ghost writting et la publication de faux articles scientifiques, des docteurs prennent position contre plusieurs vaccins, des médicaments sont tous les jours retirés des tablettes, les cours sont saisis de recours collectifs contres les pharamceutiques, etc etc etc.
Alors, qui sont les crédules et qui sont les incrédules ???

Pour revenir à l'archéologie, beaucoup de découvertes récentes tendent à prouver la véracité de certaines affirmations bibliques, par exemple La tour de Babel biblique semble s'apparenter à une "ziggurat", probablement celle qui fut mise à jour en 1913 dans les ruines de Babylone par une mission archéologique allemande. Babel et Babylone ayant la même racine linguistique bbl.

Gen a dit…

@idmuse : C'était pas une obligation.

@Éléonore : Croire inclut une dimension de résolution aveugle qui, oui, nie la pensée critique.

Maintenant, ce n'est pas parce qu'on t'accuse de croire que tu le fais nécessairement. (Anecdote : je ne me suis pas fait vacciner contre la H1N1, parce que mes raisonnements m'ont amenée à penser que je n'en avais pas besoin. De fait, j'ai eu la grippe sans problème.)

Heu... et il ne faut pas confondre "faits historiques dissimulés" dans la Bible et "affirmations véridiques". Oui, on a découvert une mautadine de grande ziggourat à Babylone. Rien ne prouve qu'elle se soit effrondrée. Et encore moins qu'elle ne se soit effrondrée parce que Dieu était en colère de l'arrogance des habitants. Et moins encore que les-dits habitants se soient mis à ne plus se comprendre ensuite.

D'un point de vue d'historien, la Bible est, au mieux, une métaphore imagée et exagérée. Ce qui n'a rien d'étonnant étant donné l'ancienneté du texte. (On a le même problème avec la Guerre de Troie).

Sancho a dit…

Mais est-ce que l'on peut discuter avec quelqu'un qui croit qu'il pense?

@ eleonore: bien sur qu'il y a des fondements historiques dans la bible...comme dans tout mythes. la plupart de mythes sont fondées sur des histoires réelles que l'illud Tempus a magnifié, idéalisé.

Les mythes sont des mensonges qui disent la vérité disait...je sais plus qui..

Les croyances aussi sont partout. on peut penser en tant que religieux, comme l'ont fait de magnifiques penseurs chrétiens Thomas d'aquin, pascal teilhard de chardin etc.

On peut aussi être un crétin possédé par ses idéologies, en science comme dans tous les domaines. Voir à ce sujet le classique de Thomas Kuhn.

Je ne crois pas que ce professeur faisait un commentaire vis à vis de la différence entre science et religion mais plutôt une différence d'attitude que l'on peut retrouver dans tous les domaines.

Gen a dit…

@Sancho : (Les mythes sont des mensonges qui disent la vérité) Vernant et Dumézil l'ont dit entk, mais ils citaient sans doute...

Et oui, c'était plutôt une critique de l'attitude que la différence entre science et religion.

Quoique... du moment qu'on se fait une religion de quelque chose, ça pourri notre attitude.

Vincent a dit…

@Éléonore: Croire dur comme fer ce qui est écrit dans la Bible (ou n'importe quel texte religieux, la Bible n'est qu'un exemple), effectivement c'est ne pas penser.

Penser ne veut pas dire réfuter en bloc tout ce qu'une religion dit (ou n'importe qui/quoi d'autre dit), ça veut dire évaluer à la lumière de la raison les faits, les arguments, les sources et se forger une idée sur ces bases, idée que l'on est prêt à réévaluer lorsque les circonstances changent.

On ne fait pas l'éloge de la science ou du milieu scientifique ici (y'a des magouilles partout), on ne fait que l'éloge de la raison et de l'esprit critique. :)

Vincent a dit…

Comme Sancho et Gen le font remarquer, le terme crorie ne s'applique pas pour nous uniquement au domaine religieux: croire, peu importe en quoi l'on croit, c'est la même chose, c'est arrêter de raisonner. De la même façon, penser ne s'applique pas uniquement au domaine scientifique: c'est une approche rationnelle et critique de tout et n'importe quoi dans n'importe quel domaine.

Éléonore a dit…

"Croire inclut une dimension de résolution aveugle qui, oui, nie la pensée critique."

pourtant beaucoup de gens adoptent exactement la même attitude devant la science et ce n'est pas comme croyante que je le dis c'est comme historienne. Avant de décider de faire ma maitrise sur l'histoire sociale des étrangers en Nouvelle-France, mon plus grand intérêt était (et est encore) l'histoire de la médecine et l'émergence de la Science au siècle des Lumières. Je ne sais plus la citation exacte mais un philosophe avait dit quelque chose du genre: Les hommes ont jeté les statuts de Dieu en bas des colonnes pour y dressé celle de la Science.
Il y a un grand acte de foi vis à vis la science depuis sa création. Il suffit de commencer une phrase par "La science a démontré que" peut importe que vous n'ayez jamais lu une ligne sur le sujet, c'est l'argument massue et tout le monde vous croit. Prenons la théorie de l'évolution: à peu près personne a lu au moins une fois dans sa vie un article sérieux sur le sujet, personne ne connait le post-darwinisme ou autre, pourtant la majorité des gens CROIE à l'évolutionisme. Ils seront aussi intraitable sur le sujet qu'un créationiste.
Pour ma part, ma formation, mes lectures, mon expérience de vie m'ont amené à penser que tout le monde croie en quelque chose, les uns l'admettent, les autres s'en croie affranchit ;)
Alors quand le professeur à fait sortir l'étudiant, ce n'est pas parce qu'on ne pouvait discutter avec l'étudiant, mais bien plutôt parce qu'il y avait dialogue de sourds (et sourds avec s)

Gen a dit…

@Éléonore : Je ne me souviens pas avoir fait un débat religion vs science.

J'ai dit et je répète que tout acte de foi est contraire à une pensée critique. Et oui, on a tous tendance à croire. Pour pouvoir discuter, il faut le reconnaître et s'en affranchir.

Puisque tu as une formation en histoire, tu sais que la première façon de contrer notre subjectivité, c'est d'admettre et d'analyser nos biais.

Il semble que, pour ta part, tu crois qu'on peut discuter avec des gens qui admettent des dogmes de foi. Je pense que tu es dans l'erreur.

Cela dit, si tu y croies, je ne te ferai pas changer d'idée. Fin de la discussion. (Et CQFD)