mardi 2 novembre 2010

L'éditeur est content, mais la direction littéraire...

YOUPPI! :) Mon éditeur est content du manuscrit qui lui a été remis! :) 

J'avais un peu peur qu'il ne pousse les hauts cris étant donné qu'on y trouve des suicides, des adultères, des têtes coupées, des personnages adolescents qui en tuent d'autres... Ben quoi, roman jeunesse ou pas, c'est une histoire de samouraïs après tout! lol!

Mais finalement, depuis que l'éditeur a terminé sa lecture, il veut savoir la suite! lolololol!

Le manuscrit a ensuite été remis entre les mains de ma directrice littéraire... nulle autre que la redoutable Élisabeth Vonarburg! En effet, la Grande Dame a adorablement accepté de me diriger, même si on ne trouve pas une molécule fantastique dans tout le roman. Je la soupçonne d'avoir bien aimé me faire transpirer durant l'atelier de cet été! lolol!

J'ai donc reçu le premier commentaire d'Élisabeth, sur mes 50 000 mots écrits au JE : "Ce serait pas mieux en IL?" Nooooooooooon! (Réponse honnête : "Ben oui. Tabarn....") Le pire, c'est que je connais Élisabeth : le passage au IL, ce n'est que la pointe de l'iceberg. Ensuite j'aurai droit à des remarques comme : "Maintenant qu'on n'est plus dérangé par le JE, on voit que..."

Enfin, bref, je vais m'ateler aux corrections quand l'inspiration fera défaut pour le Nanowrimo... et je vais attendre de pouvoir dire que j'ai survécu à la direction littéraire avant d'écrire un second tome! Pas que je pense être ensuite dégoûtée de l'écriture, loin de là, mais surtout histoire de ne pas commettre deux fois les mêmes erreurs. (Ça me dérange pas de me tromper, mais je suis assez orgueilleuse pour essayer de ne pas en faire une habitude! lol!).

Note à moi-même : la prochaine fois que tu écris un roman en JE et qu'on te demande qui tu veux comme direction littéraire... ben demande encore Élisabeth! Comme ça, si le JE était pas approprié, tu vas te le faire dire en maudit pis tu vas ptêt finir par apprendre à t'en servir comme du monde!

27 commentaires:

Pat a dit…

Yééé pour l'éditeur content!

Mais Argh pour la direction littéraire :S

C'est ma phobie moi aussi. J'ai trois tomes de ma série écrite au Je.

Pas envie de tout réécrire à la troisième personne.

Carl a dit…

J'ai eu le problème inverse en écrivant la partie création de mon mémoire. Ma directrice, après l'avoir lue, me dit : « Faudrait l'essayer au "je" pour voir. » J'ai dit non. Le premier jet du prologue était à la première personne et ça sonnait faux, alors j'avais pris la décision de le faire à la 3e. Pas question de passer le texte en revue pour ça(c'est presque une réécriture).
Cela dit, si tu as sentie que c'était la chose à faire, je t'encourage : Let's go ! Vas-y Gen !

M a dit…

Let's go Gen!

Gen a dit…

@Pat : Je te comprends de trembler. Mais si tu as un seul personnage, ça peut passer je suppose. Ce qui a fait grincer Élisabeth, c'est que j'alterne entre deux JE (que j'avais tenté de doter chacun d'une voix distincte) d'un chapitre sur l'autre. Trop compliqué pour de jeunes lecteurs me dit-on.

@Carl : Je sais toujours pas si c'est la chose à faire. Honnêtement, je suppose qu'on va voir quand on aura fini. Pour le moment, je le fais (en sacrant) et je manque de recul. Ce sont mes lecteurs qui vont me dire ce que ça donne je crois.

Gen a dit…

@M : Ah, ce qu'elle peut nous faire souffrir la Grande Dame, hein? ;)

Pat a dit…

Oups!
Ai deux narrateurs au Je qui alternent d'un chapitre à l'autre :)

Et va falloir être convaincant en maudatine pour me faire avaler que c'est trop compliqué pour les jeunes...

Gen a dit…

@Pat : Tout dépend de ton public (le mien commence à 12 ans) et de ton directeur littéraire. Et de ta propre patience! :p

Pat a dit…

12 ans c'est assez mature pour lire sur les suicides, adultères et têtes coupées, mais pas assez pour suivre deux personnages distincts?

C'est ça que j'aimerais qu'Élisabeth m'explique ;)

Karuna a dit…

Très, très bonnes nouvelles!
La direction, c'est souffrant, mais, tu vas voir, la Grande Dame va t'aider à te hisser encore plus haut. Et quand elle sera satisfaite de tes corrections, je te prédis que tu vas planer.
Allez, go!

ClaudeL a dit…

Ce serait bien agréable d'être des écrivains expérimentés, sûr d'eux qui peuvent répondre aux questions des éditeurs et/ou directeurs littéraires (parce que c'était bien une question)autrement qu'en reprenant le crayon et en réécrivant tout. Il y avait deux "Je", n'y aura-t-il pas deux "Il"? Je suppose que les "il" auront des prénoms ce que n'ont pas les "Je". Autre possibilité: un je et un il.
On devrait pouvoir envoyer un chapitre et tout de suite savoir quoi utiliser: le je, le il, le présent, le passé.
Bonne chance Gen, cliché: c'est le métier qui entre!

Gen a dit…

@Pat : Je suis d'accord avec toi : le choix me semble subjectif. Mais bon... mon chum aussi avait été un peu dérangé par les deux JE.

@Karuna : En effet, je vais planer. Mais est-ce possible qu'elle le soit? :p

@ClaudeL : J'ai commencé par répondre à la question sans tout ré-écrire! lolol! J'ai pas convaincu semble-t-il. Oui, les deux IL auront des prénoms. Et non, l'option "un JE et un IL" n'était pas envisageable. Ça créerait un personnage principal et un secondaire dans une histoire où j'ai deux personnages principaux.

Daniel Sernine a dit…

Écrire un roman en «je» est une mauvaise idée, au départ. Il y a une artificialité, une distance créée par la narration (le personnage qui se regarde aller, qui s'écoute penser, et donne constamment l'impression qu'il s'auto-analyse)... Sans compter que ça exclut à toutes fins pratiques l'usage du passé simple («Marie et moi nous décidâmes d'aller au cinéma»). Bref, c'est courir après les ennuis.
Mais bon, ne t'en fais pas, Élisabeth s'est beaucoup adoucie (face à face, je lui dis «ramollie») au fil des générations... :O)

Karuna a dit…

Qu'est-ce que je lis? Ce n'est pas un doute, j'espère! Il faudra bien qu'elle le soit pour que vous aboutissiez à la publication! Dit toi que c'est justement son travail de t'amener à un produit satisfaisant. La pression est sur elle. ;)

Karuna a dit…

Ark!
DIS, bien sûr.

Gen a dit…

@Daniel : Même insistance d'Élisabeth sur l'artificialité du procédé. On dirait que tu as assisté à ses ateliers! ;p hihihihi

@Karuna : lol! C'est une façon de voir les choses ;)

M a dit…

@Pat: mauvaise idée d'écrire plusieurs tomes avant d'avoir le final-prêt-pour-l'édition du premier tome. J'en suis l'exemple vivant: quand on a commencé à travailler sur Entités 1 (direction: Elisabeth V., moi aussi), j'avais le tome 2, une partie du tome 3, une partie des tomes 5-6 qui étaient écrits... Et tu sais quoi? J'ai tout foutu aux poubelles. Le déroulement, les personnages, le mode de narration, tout a changé avec la direction littéraire.

Et j'en suis bien content, car je relis des bouts de "ça" pour reprendre certaines idées, et c'est pas mal de la schnoutte.

@Gen: Je croyais que tu me laisserais un peu de répit en lui faisant oublier que je suis en retard dans la livraison de mon manuscrit...

Gen a dit…

@M : Même si tu as foutu tes autres tomes à la poubelle, ils ont dû t'aider à créer ton arrière-monde, non? Mais en effet, avant d'avoir le début d'accepté, les suites sont risquées. Tiens, faudrait que j'en reparle...

Pour le répit... ben elle va avoir au moins novembre pour t'asticoter! :p

François Bélisle a dit…

Faut croire que je suis artificiel, ishh.

Gen a dit…

@François : C'est le genre de qualificatif qui fesse, hein? J'suis pas nécessairement d'accord je dois dire ;)

Annie Bacon a dit…

Quoi? Tu as réussi à avoir Élisabeth Vonarburg comme mentor pour ce projet? Profite bien de cette chance! C'est comme d'avoir Wayne Gretzky comme coach de Hockey!! Ce sera peut-être un dur travail, mais au bout, tu auras appris autant que si tu avais écrit 3 romans avec une directrice littéraire plus clémente!

Gen a dit…

@Annie : C'est mon éditeur qu'il faut remercier. ;) Et oui, je sais la chance que j'ai... j'en serai encore plus consciente quand la job plate sera derrière moi! lol!

Annie Perreault a dit…

Félicitations, Gen. Et bonne révision littéraire avec Élisabeth.

Moi aussi, avant qu'Adeline, porteuse de l'améthyste soit acceptée aux Éditions Pierre Tisseyre, j'ai dû, avec l'aide de mon coach en écriture, changer le point de vue de mon narrateur deux fois avant de trouver le bon. (Je suis passée du « je, passé simple » au « je, passé composé » pour terminer au « il, passé simple » ;)) Ce fut un travail long, mais très enrichissant. J'ai beaucoup appris, crois-moi... ;)

Alors, bon courage, Gen, et amuse-toi ! ;)

Gen a dit…

@Annie : DEUX FOIS?!? Ok... Heu... ben je referais pas tout le roman deux fois! lol! Je peux pas dire que je trouve le changement de point de vue très enrichissant. Surtout qu'on passe d'un JE à un IL ultra aligné (distance focale pratiquement nulle), alors c'est vraiment juste de la réécriture phrase par phrase, sauf à quelques moments. Plate et long.

Lucille a dit…

Félicitations et bon succès !

Gen a dit…

@Lucille : Merci! :)

M a dit…

@Gen: Avec Elisabeth, j'ai réécrit au complet 3 fois le tome 1. Plus les 3-4 versions que j'avais écrites par moi-même, ça te donne une idée de la charge de travail...

Gen a dit…

@M : Hum... J'espère honnêtement qu'on s'enligne pour moins que ça... Sinon c'est l'éditeur qui va avoir des problèmes de délais...