jeudi 26 novembre 2009

Trajet d'autobus pénible

C'est rare que je me plains des transports en commun. J'aime les transports en commun. De un, parce qu'ils m'évitent de conduire. De deux, parce qu'ils polluent moins. De trois, parce qu'ils me permettent de lire.

Si personne n'avait inventé l'autobus, je serais pognée pour vivre sur l'Île, parce que c'est pas vrai que je me taperais 1h30 d'auto par jour pour aller bosser (ce serait même plus long, parce qu'en voiture, je pognerais le traffic). Comme l'autobus existe, je peux vivre en banlieue et profiter d'un parc, d'une maison dont un jour l'hypothèque sera finie de payer, d'une rue boisée et d'un terrain où batifolent les marmottes. (Bon, une marmotte jusqu'à maintenant, mais j'espère voir des marmottons au printemps).

Par contre, des fois, les trajets d'autobus sont pénibles. Quand y'a des ados qui hurlent par-dessus leur musique de Ipod, ça m'agresse. Le gars qui raconte sa vie au cellulaire, j'ai toujours envie de lui dire à haute voix ce que j'en pense de ses histoires. Les voisins de siège qui puent, ça m'écoeure.

Mais le pire de tout, c'est quand le gars du siège d'en arrière renifle sans arrêt. Ça, c'est dégueulasse. Surtout quand c'est pas deux ou trois fois durant le trajet, mais bien une affaire constante, systématique, comme un robinet qui dégoute. Ça arrive jamais exactement au moment où vous l'attendez, mais quand vous pensez que c'est fini, il s'y remet. Un reniflement fait avec coeur. Le genre où vous l'entendez qui prend son souffle pour ensuite mieux aspirer tout ce qu'il a dans les narines... et l'avaler!!! Parce que vous l'entendez également déglutir. Et vous avez le coeur qui se lève. Votre déjeuner se rebelle. Il veut pas rester dans un lieu qui, le découvre-t-il, peut aussi accueillir potentiellement des chargements de morve.

J'suis pas capable!

Alors ce matin je me retourne, toute gentille, et je propose, à celui que je supposais être un monsieur et qui se révèle un jeune homme, le kleenex que j'ai à la main. Et le gars de me dire, avec une voix toute congestionnée : "Ben, ça donne rien de me moucher. Cinq minutes après, c'est revenu".

J'étais supposée répondre quoi? "Heille, le cave, ta mère t'a pas dit que l'idée avec le rhume, c'est justement qu'il faut se moucher souvent et éviter de renifler!?!?!"

Si au moins c'était la première fois que j'entendais ce genre d'excuse. C'est quoi ce phénomène? Le retour à la nature par l'abandon du kleenex?

10 commentaires:

ClaudeL a dit…

Et tu nous contes ça, le matin, alors qu'on n'a pas avalé notre dernière gorgée de café!

Moi, c'est les marmottons que je ne vous souhaite pas. Ils peuvent vous ravager un gazon en une semaine, vous faire des trous, vous saccager vos belles plates-bandes et même soulever les dalles de votre patio tout neuf. Les seuls animaux que je tolère sur mon terrain: chiens et chats (pas ceux du voisin, les miens, quand j'en avais!), oiseaux.

Bon, je sais ce n'était pas le sujet du jour. Quand mpeme un peu.

Gen a dit…

Pas de problème pour les marmottons : j'ai pas de patio, pas de plates-bandes et mon gazon c'est du trèfle. (Tu devines que j'haïs jardiner je suppose?) Bonus : les marmottes semblent trouver que les pissenlits, c'est un met de choix! :p

De toute façon, tous mes voisins mettent des cages pour attraper les marmottes, alors moi j'ai décrété que mon terrain était une zone franche... surtout que ma voisine qui s'est débarrassée de sa marmotte s'est retrouvée avec une moufette à la place!

Je préfère la bibitte qui pue pas! :p

Vincent a dit…

C'est comique de voir les marmottes se faire dorer au soleil aussi!

Pour ce qui est des transports en communs, c'est clair que le plus désagréable c'est les autres passagers pas très respectueux ou pas très hygiéniques...

Dame Sco' a dit…

Les transports en commun parisiens sont aussi une horreur ! Le coup du kleenex dans le métro, j'ai failli le faire puis au dernier moment je me suis ravisée. Le pire c'est quand France, dans les transports, si on a le malheur de sourire, on te prend pour une dingue en liberté, enfin bref c'est la joie des transports quoi !

Gen a dit…

En fait, d'habitude, je trouve les transports très bien (bon, mis à part le fait que c'est vrai que l'air bête est de mise dans le métro).

Mon autobus matinal est un autobus voyageur reconverti. Un vrai salon sur roue. J'adore! (Quand il y a pas de morveaux dans le coin)

Isabelle a dit…

J'ai déjà donné des kleenex à plusieurs reprises et même une boite que je trainais avec moi.

Et je ne me gène pas pour dire à ceux qui morve sans arrêt qu'ils sont dégeulasse et que quand on a un rhum ben on traine des kleenex ...

ClaudeL a dit…

Je ne sais pas si ç'a changé, mais du temps où je prenais le métro/et autobus, j'ai jamais vu un gars se moucher. Surtout pas avec un papier mouchoir. Les plus vieux parfois avec un mouchoir, cadeau de noël ou d'anniversaire, mais papier mouchoir...
Mais je vous souhaite que ce soit une affaire de génération, même si ça n'a pas l'air.

Gen a dit…

@ClaudeL : ça doit être une question de génération... ou alors c'est mon chum qui est un ti gars propre, parce que lui il traîne ses kleenex! (Il a même souvent quand moi j'en ai plus...)

Gen a dit…

(Il EN a même souvent quand moi j'en ai plus)

Vincent a dit…

C'est parce que je suis un ti-morveux que je traîne tout le temps des kleenex! :p