mercredi 18 novembre 2009

Les outils du Nanowrimo

Je me suis lancé dans le Nanowrimo sur un coup de tête. J'ai commencé à écrire, comme toujours, avec un plan en format word, le dictionnaire de synonymes de word et un document word. Se sont ajoutés à mes outils quelques recherches Google et une ou deux pages Wikipédia. Jusque là, tout était normal.

Puis sont apparus un livre sur le tarot, une bible, un dictionnaire de mythologie grecque, un traité de mythes mondiaux, une foule d'autres recherches Google... et mes notes de cours d'histoire du Moyen Âge!!! (Oh, et du café. J'en suis à me demander comment la littérature pouvait exister avant l'invention de la machine à expresso...)

Je contreviens totalement à l'esprit du Nanowrimo avec toutes ces recherches, mais bon, on peut sortir l'historienne de la recherche, mais pas la recherche de l'historienne! Alors, je m'assume.

Le pire, c'est que mon plan amoureusement détaillé est en train de prendre le bord. Mon histoire, qui se voulait une aventure à suspense axée sur l'action, est en train de prendre un côté beaucoup plus humain et philosophique. J'haïs pas ça, mais je suis plus sûre d'où je m'en vais... et puis je me retrouve à mettre beaucoup de moi-même sur le papier. Ça réveille des souvenirs sensibles par moment.

(T'as l'air épaisse quand tu écris au bureau, sur ton heure de dîner, et que tu te retrouves des larmes plein les yeux à cause des faits réels dont tu t'inspires pour écrire un passage! Surtout quand ton boss arrive à ce moment-là pour te poser une question...)

Pffff! Qu'est-ce qu'on ferait pas...

13 commentaires:

Guillaume Voisine a dit…

Vive les documents d'écriture non conventionnels :)

Mais... Le dictionnaire de synonymes de Word? Buh! Si c'est parce que c'est au travail, je comprends, mais dans l'absolu, c'est pas très fort, surtout comparé, mettons, à Antidote ;)

Gen a dit…

@Guillaume : Je n'utilise pas Antidote. Surtout parce que ça m'écoeure de payer pour un logiciel qui fait une job que mon chum peut faire mieux et gratuitement ;p

En plus, quand je cherche un synonyme, j'ai souvent juste besoin d'une piste (parce que je l'ai sur le bout de la langue) et word suffit. Pour avoir essayé Antidote (dans un contexte de travail justement, parce que le bureau a de l'argent à dépenser là-dessus faut croire), je peux pas dire qu'il est si différent de word. Il donne pas mal les mêmes synonymes, sauf qu'il les explique et les catégorise mieux... et qu'il connaît plus de mots techniques.

Gen a dit…

Pour les cas lourds de "il doit bien exister un meilleur mot", j'avoue par contre que j'ai mon dictionnaire Hachette des synonymes, format papier. Ça prend une brouette pour le déplacer, mais on peut s'y perdre des heures de temps!

ClaudeL a dit…

C'est parce que tu ne connais pas les co-occurences, tu ne consulteras même plus les synonymes après ça.

ClaudeL a dit…

Et puis comme disait Paul Coelho: "là où sont tes larmes, là est ton trésor".

Gen a dit…

@ClaudeL : Wow, je connaissais pas le terme, mais après une petite recherche Google, je me rends compte que je connaissais le concept. Je l'assimilais au champ lexical (avec lequel je travaille beaucoup... c'est peut-être pour ça que je n'utilise pas tellement le dico de synonyme et que celui de word me suffit.

Merci pour la citation de Coelho. Je n'avais que celle de Rostand en tête : "Cette lettre d'adieux, c'était si émouvant. Je me suis fait pleurer moi-même en l'écrivant."

Isabelle a dit…

J'adore vos deux citations. Mais vous êtes presque en train de me faire pleurer :)

Gen a dit…

Ben non, faut pas pleurer. Même moi j'ai pas vraiment pleuré... pas trop entk...

Pierre H.Charron a dit…

Moi j'aime bien le dictionnaire Visuel et maintenant qu'il est gratuit sur Internet, c'est un sacrilège de s'en passer.

Et un plan et ses émotions c'est la meilleure recette ;)

Frédéric Raymond a dit…

Je ne pensais pas utiliser beaucoup Antidote mais, depuis que je l'ai installé en volant le CD de ma chérie (la license donne droit à l'installation sur trois postes), je l'utilise beaucoup. Il y a aussi des fonctionnalités très cools, genre les niveaux de language et autres classification des mots (vocabulaire fort ou faible), etc. L'analyse d'un de mes romans avec ça m'a fait voir des choses assez intéressantes sur mon style d'écriture. Juste pour ça, ça valait la peine.

Gen a dit…

@Fred : Je sais, tout le monde me vante Antidote. J'ai utilisé ces fonctions-là... mais je sais pas... J'arrive pas à tripper.

@Pierre : Ouais, pratique le dictionnaire Visuel. Il fait partie de mes recherches fréquentes sur Internet! :D

Isa Lauzon a dit…

Personnellement, je ne pourrais plus vivre sans Antidote! Je n'utilise ce logiciel qu'à la toute fin, quand je crois que mon texte est "parfait". Antidote a tôt fait de me remettre dans les dents mes petits travers!

Gen a dit…

D'accord, je vais essayer de trouver quelqu'un pour me recevoir en thérapie et me faire passer ce blocage anti-Antidote... :p