jeudi 12 novembre 2009

Évidemment!

J'avais envoyé une nouvelle à la revue l'Inconvénient, parce qu'elle était liée à leur thème à venir, "Le sens du combat". J'ai même pas reçu d'accusé de réception. J'avais peu d'espoir.

La même semaine, j'ai envoyé la même nouvelle à Biscuit Chinois, parce qu'elle touchait, mais de très loin, à leur thème "Hôtel/Motel". J'ai reçu aussitôt un accusé de réception.

À ma grande joie et surprise, l'Inconvénient a accepté mon texte (j'en ai parlé dans un billet à moitié hystérique), quoiqu'après plusieurs retouches. Sur le coup, elles m'ont paru lourdes, mais en toute honnêteté, elles rendent le texte meilleur. Il doit paraître sous peu (mais j'ai pas eu de nouvelle).

Évidemment, là, pour compliquer la situation, Biscuit Chinois vient, lui aussi, d'accepter la même maudite nouvelle.

J'avais demandé à l'Inconvénient si j'avais un contrat à signer avec eux, mais ils m'ont dit qu'ils fonctionnaient selon une relation de confiance mutuelle et que donc, non, mais que si je faisais paraître un même texte dans deux revues québécoises, peu importe le délai, je me mettrais les éditeurs de ces deux revues à dos, parce qu'ils veulent des textes inédits (ce qui est logique, parce que ce serait de mauvaise foi). Ils m'ont mentionné que je pouvais publier dans des revues non québécoises, à condition de mentionner la parution antérieure... mais ils n'ont pas spécifié si c'était ok pour eux de publier dans des revues québécoises, en mentionnant cette même publication antérieure... en toute logique, ce devrait l'être : c'est de la pub gratuite, non?

Espérant régler la situation avec Biscuit Chinois, je viens de leur écrire pour les aviser que mon texte a été accepté ailleurs et qu'il n'est plus inédit (parce que l'Inconvénient doit paraître sous peu). Par contre, je leur laisse la porte ouverte, s'ils le désirent, à le publier quand même, en mentionnant qu'il a déjà paru dans l'Inconvénient (quoique pas sous le même forme, parce qu'on dirait que Biscuit Chinois fera pas de travail de direction littéraire sur mon texte...).

Pensez-vous que j'ai bien fait et que ça devrait ménager les susceptibilités de tout le monde?

(Pourquoi faut toujours que ça tombe comme ça!?! J'ai envoyé des textes à plusieurs endroits en même temps auparavant et d'habitude tout le monde les refusait gentiment. Là, tout le monde le veut juste pour lui! Raahhhh!!!)

Addendum :
Claude Bolduc, nouvelliste extraordinaire, si tu hantes ce blog ces jours-ci, j'ai besoin de tes conseils éclairés!!!

Re-Addendum :
Le fantôme ayant répondu à mon appel, j'ai suivi son conseil et offert un texte de remplacement à Biscuit Chinois. On vient de m'écrire pour me dire que la situation sera discutée prochainement par l'équipe de la revue et qu'ils n'ont pas l'intention, pour l'instant, d'exhiber ma tête sur une pique, avec la mention "multi-envoyeuse"... À suivre.

22 commentaires:

richard tremblay a dit…

Abondance de richesses, comme disait Shakespeare. C'est une situation amusante.

Gen a dit…

Pas trop pour moi, non :( Des mois que je veux publier chez Biscuit Chinois!

KGirard a dit…

Bon, c'est sûr que c'est un peu embêtant mais faut penser que tu as réussi à publier ton texte.

FÉLICITATIONS!!!

Et en plus chez deux fanzines...Wow! Ce qui veut dire que deux comités différents on apprécié ton texte. Il y a de quoi être fière!

Gen a dit…

@Kevin : Merci pour les félicitations, mais je te corrige : ce ne sont pas des fanzines (participation bénévole), mais bien des revues ($). Ce qui d'autant plus embêtant pour une fille qui espère vivre un jour de sa plume... qu'un fanzine me prenne en grippe, je pourrais faire avec, mais un éditeur qui paie...

ClaudeL a dit…

J'aurais fait comme toi. Je préfère jouer franc jeu, surtout quand on ne sait pas toujours comment ça pense dans ce milieu.
Quitte à y perdre quelques illusions ou vivre quelques frustrations.

Gen a dit…

J'espère aussi que le franc jeu sera la formule gagnante. Si Biscuit Chinois veut encore du texte, j'avertirai l'Inconvénient.

claude b. a dit…

Je ne te conseille pas de publier deux fois la même nouvelle dans deux revues différentes, parce que tu risques effectivement de froisser des gens, qui vont s'en souvenir. Mieux vaut en proposer une autre à Biscuit chinois.

Gen a dit…

@claude b. : Est-ce que tu veux dire que même si Biscuit Chinois accepte de publier ce texte, en spécifiant qu'il n'est plus inédit, je ferais mieux de refuser?

Gen a dit…

@claude b. : Ou est-ce que tu me proposes de leur offrir carrément un texte de remplacement? (Ce qui pourrait se faire, j'en aurais un de potable)

claude b. a dit…

Personnellement, j'irais pour le texte de remplacement. Évidemment, si tout le monde veut ce texte-là à tout prix en dépit du fait qu'il paraît ailleurs, faut pas être plus catho que le pape.

Gen a dit…

@claude b. : Merci de tes conseils! Ça m'étonnerait qu'ils veulent du texte s'il n'est plus inédit (faut pas se leurrer : c'est du Gen, pas du Sénécal), mais je vais leur offrir un remplacement. Ça me tuerait de laisser passer une occasion de publier!

KGirard a dit…

L'argent a vraiment de l'importance pour toi? Moi que ce soit bénévole ou non, être publié reste un privilège. Qu'en penses-tu? :P

Gen a dit…

@Kevin : Je suis parfaitement d'accord avec toi : être publié est un privilège ennivrant, que ce soit payé ou pas.

Sauf que j'ai des contraintes financières à rencontrer, alors si je peux gagner un sou ou deux en publiant, ça va me faire encore plus plaisir.

J'ai fais le choix il y a dix ans de ne pas crever de faim pour mon art, quitte à le développer plus lentement. Je suis trop angoissée pour être idéaliste.

KGirard a dit…

D'accord aussi, si on peut profiter de quelques sous en plus, pourquoi pas?

Anonyme a dit…

Je sais que j'arrive tard dans la discussion, mais je suis en effet d'avis de ne pas publier le même texte dans deux revues différentes en même temps. Ce n'est pas très "professionnel".
Personnellement, voilà ma façon de faire : la revue qui l'a acceptée en premier la publie. Tant pis pour l'autre : c'est plate, mais c'est pro.
Et puis ça veut dire que si la deuxième revue a accepté ta nouvelle, alors il peuvent bien en accepter une autre : ce n'est que partie remise ;-)
Mon grain de sel...
Pascale

Pierre H.Charron a dit…

Jolie imbroglio! Je suis daccord pour publier le texte qu'à un endroit. La satisfaction d'avoir été accepté est tout autant stimulante surtout par Biscuit chinoix (il parait que c'est pas facile de percer chez-eux) malgré que le but ultime est d'être lu.Bravo encore une foix et oui , je te comprends d'être torturée par ces choix

Gen a dit…

@Pascale : Merci de ton conseil. Je tiens à dire par contre que les publications ne se seraient pas chevauchées. L'Inconvénient sort bientôt et Biscuit chinois seulement au printemps. Mais bon, si la règle tacite c'est "une seule publication" je vais la suivre (maintenant que je suis au courant).

@Pierre : Ouais, c'est sûr qu'être acceptée par Biscuit chinois est très satisfaisant... mais "Sti que c'est poche" ;) quand ça tombe sur un texte qui a déjà été accepté ailleurs!!!

Gen a dit…

@Pascale : J'y pense, toi qui travailles de l'autre côté de la clôture, est-ce que ça vous arrive qu'un auteur vous avise que le texte a été publié ailleurs? Si oui, comment vous traitez le problème?

Pierre H.Charron a dit…

Ouais Sti que c'est poche ;) En plus elle garde son humour ! :)

Gen a dit…

:p Toujours. Ça sert à rien de prendre la vie trop au sérieux : anyway, on s'en sortira pas vivant.

Isa Lauzon a dit…

Quelle beau dilemne! Personnellement, je serais d'avis de privilégier le premier à avoir accepté ta nouvelle. Ce n'est que justice! L'idée du texte de remplacement pour Biscuit chinois est bonne, on ne sait jamais!

Wow, j'ai vraiment hâte de lire ce texte, ça doit être super bon, si tous se l'arrachent! ;-)

Gen a dit…

lol! Hé merde, là tout le monde va avoir plein d'attentes :S