lundi 5 octobre 2009

Vaccin et conspiration

Bon, normalement, je ne suis pas très forte sur les théories du complot. Mais avec la panique autour de la grippe H1N1, là, franchement, je dois dire que je me questionne. Ok, on a jamais vu un virus se répandre aussi vite. Ok, il y a eu des complications chez des groupes d'âge atypiques pour une grippe. Sauf que, d'après tout ce que j'ai lu, le taux de mortalité et de complication reste inférieur à celui d'une grippe normale.

Alors, pourquoi la panique générale? Pourquoi une vaccination en urgence?

Ah oui, c'est vrai : parce que les scientifiques ont peur que le virus mute et devienne plus dangereux... Heu... mais il pourrait pas aussi muter et devenir moins contagieux? Muter et devenir moins dangereux? Les mutations naturelles, c'est plutôt hasardeux (pensez à l'ornithorynque). Pourquoi imaginer tout de suite le scénario-catastrophe? Vous présenteriez cette trame de fond pour une nouvelle de SF et on vous dirait que c'est tiré par les cheveux votre affaire!

Visiblement, nos gouvernements ont moins de jugement que le directeur littéraire moyen. Parce que, eux, ils l'ont acheté le scénario et à coup de milliards de dollars en vaccins à part ça. Faut tellement vacciner les gens, semble-t-il, que la campagne de vaccination contre l'influenza (la grippe normale), effectuée chaque année à mon bureau au début octobre, vient d'être repoussée au début janvier. La raison "Ah, mais le pic de l'influenza, c'est en janvier, tandis que la H1N1, oh là là... Faut être prêts à vous immuniser dès qu'on aura les doses."

"Oh là là", quoi la H1N1? Elle se pogne pas en janvier, elle? Bon, avec chaque cas, elle pourrait muter. Et si elle mute, le vaccin pourrait devenir inutile. Alors faut vacciner rapidement pour diminuer ses chances de mutation et... utiliser les vaccins.

On pourrait pas juste ordonner aux gens grippés de rester chez eux, peu importe le virus? Parce que ma collègue de travail tousse comme une défoncée présentement. Si elle a la H1N1, je suis bonne pour me la taper moi aussi. Et si elle a l'influenza normale... ben je suis cuite aussi : j'ai pas eu mon vaccin. Sauf que si elle travaillait pas, elle ferait moins d'argent et paierait moins d'impôt... On va donc la vacciner contre la H1N1, avec un produit préparé un peu à la va-vite. Mais ça devrait faire l'affaire. Pour la grippe standard, elle a juste à bosser pareil. On n'en meurt pas après tout.

En passant, si le pic de l'influenza a lieu juste en janvier, ben c'est parce que la grippe se transmet pendant les partys de famille du temps des fêtes. Faudrait peut-être nous immuniser avant, non? Contre les deux virus idéalement.

Sinon, je pense que la conspiration, dans tout ça, vise à ce qu'on soit malade en janvier... Peut-être pour nous faire avaler un autre quasi-gel de salaire l'an prochain? Causé par un déclin de notre productivité dû à l'absentésime? :p (je blague... à moitié)

Et vous, vous en pensez quoi de cette histoire de vaccin?

6 commentaires:

Vincent a dit…

En bref, je pense que c'est un gros coup d'argent pour les compagnies pharmaceutiques et que ça a gonflé à cause des médias qui visent d'abord le sensationnalisme.

Frédéric Raymond a dit…

Ce n'est malheureusement pas aussi simple que ça... Une des particularités de la souche pandémique de grippe A/H1N1 c'est qu'elle se dissémine à des moments où la grippe n'est habituellement pas active. D'un point de vue épidémiologique, c'est déjà inquiétant. Aussi, si on regarde la séquence du génome de ce virus (croyez-moi, j'ai passé plusieurs semaines à l'examiner ce printemps), il est vraiment différent des virus de type H1N1 qu'on observe habituellement. Heureusement, il n'est pas pour l'instant si virulent, mais ça peut changer, surtout si son génome se réorganise avec celui d’une souche mieux adaptée à l’homme (cela pourrait se produire si une personne ou un animal est infecté à la fois par le A/H1N1 et par une autre souche de grippe). Quand on parle de mutation du virus, on ne parle pas simplement de changements ponctuels dans le génome (même si c’est important, entre autres pour la résistance aux antiviraux), mais surtout de réorganisations majeures des virus par l’échange de matériel entre différentes souches.

Est-ce que le gouvernement réagit bien ? Pour une fois que le gouvernement fait de la prévention plutôt que de soigner le bobo après, je crois qu’on devrait les applaudir. C’est un peu comme si le gouvernement prenait une assurance en vaccinant la population. Aussi, selon moi, les campagnes pour l’hygiène respiratoire sont la meilleure chose à faire dans une situation comme celle-ci. À l’inverse, l’achat de millions de doses d’antiviraux (tamiflu et autres) me semble une mauvaise idée étant donné la possibilité d’apparition de résistance à ces médicaments. C’est certain qu’il y a du lobby de la part des compagnies pharmaceutiques et que ces dernières font beaucoup d’argent, mais on peut aussi voir ça comme un remède contre les crises économiques…

À mon avis, le gros problème, ce sont les médias qui montent en épingle chaque cas, chaque détail, chaque tite-madame qui ne veut pas faire vacciner ses enfants à cause de ses préjugés. Si vous voulez le conseil d’un scientifique, n’écoutez pas trop ce qui se dit dans les médias sur la grippe. Ben, vous pouvez l’écouter, mais gardez toujours un esprit critique, car sinon on se fait avoir par l’agenda setting et on se met à mettre nos préoccupations au mauvais endroit. Si vous voulez plus d’informations, visitez les sites de la santé publique, de l’OMS ou d’autres organismes sérieux. L’information qu’on y trouve est des centaines de fois plus crédible que celle qu’on nous radote au journal de 17h.

Frédéric Raymond a dit…

Wow, mon commentaire est plus long que ton billet !

Gen a dit…

Wow, merci de ton commentaire Frédéric.

Ce que j'en retiens par contre, c'est que les problèmes graves pourraient survenir justement si la A(H1N1) infectait quelqu'un souffrant déjà d'une autre grippe et que les deux virus se combinaient.

Donc, la décision de ne pas nous vacciner contre l'influenza normale pour avoir toutes les plages horaires ouvertes pour vacciner dès que possible contre la H1N1, ça semble le contraire du bon sens, non?

C'est un peu comme les gens qui se mettent à manger des antioxydants, parce que c'est prouvé que c'est bon contre le cancer, mais qui abandonnent l'exercice physique. Hé oh, l'exercice, c'est bon contre plus de maladies!!!

Isa Lauzon a dit…

Une de mes connaissances travaille depuis quelques mois dans ce dossier, car il est chargé de préparer un plan d'intervention et de suivre l'évolution de cette fameuse pandémie.

Son opinion m'a rassurée : selon lui, la paranoïa actuelle, grandement gonflée par les médias en recherche constante de sensationnalisme et d'audimat, n'est nullement proportionnelle avec la situation réelle. Pour le moment, l'Influenza a causé beaucoup plus de décès que la H1N1.

Oui, la situation est préoccupante. Oui, le virus risque de muter. Sauf que, comme le dit Gen, s'il mute, le vaccin actuel ne sera peut-être pas efficace...

Au niveau de la vaccination, il s'agit d'une décision personnelle. N'oublions pas qu'il y a un risque, même s'il est minime, avec les vaccins. À chacun de voir s'il est prêt à assumer les risques, d'un côté comme de l'autre. Personnellement, j'observe et j'attends de voir.

En attendant, se laver les mains fréquemment demeure la meilleure option. Tousser et éternuer dans sa manche aussi. L'école exige que nos enfants demeurent à la maison s'ils font de la fièvre et les adultes devraient en faire autant.

Et pour le reste... croisons les doigts et faisons confiance à notre bonne étoile!

Frédéric Raymond a dit…

Pour ce qui est des mutations qui invalideraient le vaccin, je ne crois pas que ce soit un scénario probable. Si le virus devient plus virulent, ce ne sera probablement pas à cause de mutations dans les gènes qui causent sa détection par le système immunitaire.