vendredi 11 septembre 2009

Il apprendra la patience...

... surtout s'il veut devenir écrivain.

En l'occurence, j'ai présentement six textes (cinq nouvelles et une novella) en attente dans les limbes éditoriaux... dont un depuis 4 mois!!! (Le pire étant que je me suis rendue compte depuis que je l'ai envoyé que je n'avais pas visé une bonne maison d'édition pour ce texte... mais je peux pas m'empêcher d'espérer).

C'est bien beau de savoir que le processus est long, mais des fois, c'est décourageant... surtout que les deux dernières réponses reçues ont été décevantes. Attendre si longtemps pour ensuite se faire claquer la porte au nez, y'a de quoi déprimer.

Heureusement, à défaut d'un moral d'acier, j'ai une tête de pioche. ;)

Côté écriture, je travaille toujours sur une quête fantastique qui ne va nulle part, une histoire policière qui veut pousser pour devenir un roman malgré mon interdiction formelle et une nouvelle tournant autour d'une vedette gênante. Ai-je besoin de spécifier qu'il n'y a que le troisième texte qui avance?

J'ai aussi quelques autres textes qui se reposent en attendant une révision... si je n'arrive pas à publier cette année, ce sera pas faute d'avoir produit!

Tiens donc... Élisabeth vient d'envoyer ceci aux participants de son atelier. En plein ce qu'il me fallait! Parlez-moi d'un langage que je comprends! :p (Coïncidence amusante : l'auteur de ce morceau inspirant est un homonyme d'un ancien champion de MMA...)

No surrender!

(Sur un tout autre sujet... ou pas tout à fait, mais bon... Je viens de passer ma première semaine complète sans entraînement depuis... je sais pas quand! Je navigue entre une sensation de paresse intense et l'envie folle de taper dans quelqu'un...)

6 commentaires:

ClaudeL a dit…

Celui dont vous attendez des nouvelles depuis quatre mois, lui avez-vous envoyé un courriel? La plupart des éditeurs disent six semaines, alors après ce délai, je me rappelle à eux. Et tant que je n'ai pas un non ferme, je continue. Ça fait trois ans que c'est mon cas chez un éditeur, de courriels en suggestions, en renvois de fichiers, vous voyez que vous n'êtes pas la seule à être tête de pioche!!!

Gen a dit…

Oui, j'ai envoyé un courriel au début du mois, pour savoir où en étais le processus... Je n'ai pas eu de réponse. Mais bon, cet éditeur disait sur son site que ça pouvait prendre jusqu'à six mois.

Les Moufettes a dit…

Il s'agit d'une «souffrance» proche du découragement le plus absolu. Déjà eu une réponse hyper rapide pui une autre... ça fait 11 mois que j'attends...

La tête de cochon est en effet le seul antitode possible ;o)

Pierre H.Charron a dit…

Celui que tu fais référence (4 mois d'attente) est aussi mon supplice. J'y ai envoyé deux nouvelles et j'attends aussi. Je trouve étrange qu'il n'est pas fait suite À ton dernier courriel. Alors je m'unis À toi pour se ronger les ongles mutuellement en espérant une réponse positive. Ouais...il apprendra la patience !

Rackham Le Rouge a dit…

Je connais bien tout ça ! Le mieux est d'être en contact avec le directeur de collection.
Mais les délais de réponse sont longs, surtout en cas de refus...

Gen a dit…

@Pierre : il y a malheureusement plus d'un éditeur qui prend jusqu'à six mois pour répondre.

Pour les nouvelles, je me heurte souvent à un problème différent : l'absence d'accusé de réception (même après trois courriels), suivi par un refus alors qu'on attendait plus rien.

Mais bon, patience et longueur de temps...