samedi 12 septembre 2009

Humeurs de l'historienne sur la bataille des Plaines (attention : je dis des gros mots)

C'est le 250e anniversaire de la maudite bataille des Plaines d'Abraham en fin de semaine. Si vous le savez pas, c'est sans doute parce que vous avez pas lu les journaux depuis votre retour de vacances. Vous faites ben : on y raconte un paquet de niaiseries.

Évidemment, ça polarise le Québec et le Canada l'anniversaire de la bataille des Plaines. Et pas parce qu'on est des séparatisses ou des méchants fédéralisses... Non, juste parce que pour une partie de la population, c'était le symbole de la défaite, tandis que pour l'autre, c'était une victoire. Évidemment, pour la partie de la population qui s'est fait démolir sur les Plaines, la bataille était juste le début de la fin. Une anecdote en fait : de toute façon, la France aurait fini par perdre ou vendre sa colonie. Parce que nos cousins Français, ils s'en contrecrissaient de la Nouvelle-France. Si on avait gagné, on aurait peut-être juste la tête un peu plus haute en repensant à notre passé... On ferait peut-être moins d'à-plat-ventrisme en avant des merveilles (hum) culturelles de la France. On réaliserait peut-être davantage que la France nous jetés comme une vieille chaussette... mais bon, c'est pas sûr : on a tendance à oublier qu'on a perdu à cause d'un général épais (et Français) qui a décidé d'aller s'aligner comme un con sur la Plaine en avant des Anglais au lieu de rester dans sa putain de ville fortifiée!!! Un siège, ça aurait toujours duré plus qu'un quart d'heure!

Sachant que la bataille ne peut que polariser l'opinion publique, était-ce une bonne idée de la commémorer? Ben non. Surtout pas selon la première formule prévue : une reconstitution. C'est qui l'épais qui a pensé qu'enligner des comédiens habillés en soldats pour qu'ils fassent semblant de mourir sur les Plaines était une bonne idée?!? J'espère qu'il a été renvoyé en tout cas. Il ferait quoi pour le prochain grand anniversaire de la Deuxième Guerre? Une reconstitution d'un mois de la vie à Auschwitz?

La reconstitution ayant (heureusement) été abandonnée, des artistes ont décidé de tenir plutôt un moulin à paroles. Si je comprends bien, ça veut dire qu'ils liront des textes sans arrêt pendant toute la journée. Déjà, c'est mieux comme idée. Le problème : ben au lieu de prendre des artistes des deux origines culturelles (ce qui aurait pu constituer un affrontement soft et symbolique de type "plus ça change, plus c'est pareil"), les représentants seront surtout péquistes. Et, entre autres textes, ils liront le manifeste du FLQ. C'est correct, ce texte est à sa place sur les Plaines, symbole des affrontements qui marquent notre culture. Mais il faudrait, pour refléter notre réalité, l'insérer entre le rapport Durham, un discours de P.E.T... et l'épitaphe du pauvre Laporte.

Parce que c'est ça le Québec : un éternel affrontement, une éternelle dualité entre le français et l'anglais, entre le raffiné et le pragmatique, entre l'héritage français et les legs anglais. Je dirais même que c'est ça le Canada : deux anciens peuples colonisés qui se sont bâtis une identité originale à force de se taper dessus, de se définir en opposition l'un avec l'autre...

Les Anglais et les Américains peuvent aduler un gars qui parle anglais avec un accent québécois à couper au couteau (qui pourra me dire à qui je pense ici?). Pendant ce temps-là, les Canadiens anglais ne veulent surtout pas du Bloc dans le prochain débat des chefs et les Québécois sont prompts à bitcher Layton, parce que son français est une horreur.

C'est ça le produit des Plaines. Est-ce que ça vaut vraiment la peine de le commémorer?

Tant qu'à moi, on commémore les trucs qui font partie du passé et qu'on risque d'oublier. Ceux avec lesquels on n'a pas fini d'apprendre à vivre, vaudrait mieux pas en parler.

6 commentaires:

Isa Lauzon a dit…

Amen!

Pierre H.Charron a dit…

Commémorer la défaite d'un peuple...C'est comme faire un défilé sur la Ste-CAth pour fêter notre élimination en 4 contre Boston pour le centième du CH. Hé qu'on est fier comme peuple!
Et dire que je pense qu'on a assez de suite dans les idéées pour aspirer à nore Pays. La bouche du Canon de Frontenac, ca fait longtemps qu'a s'est fermé la boîte ;)

Gen a dit…

@Pierre : défaite ou victoire, tant qu'à moi, commémorer une guerre, sauf pour en pleurer les morts, c'est barbare.
... mais j'aime bien l'idée de fêter l'élimination en 4 du CH ;p Ça veut dire qu'on a la Cage à nous tous seuls pour les UFC hihihihi

ClaudeL a dit…

Ouais, on sent la prof ou l'étudiante en histoire derrière tout ça. Bel éditorial!

Vincent a dit…

Chapeau! J'aime toujours tes articles, mais là, tu t'es dépassée! :)

Alexandre Babeanu a dit…

C'est étrange, mais on n'entend jamais les angliches parler de défaites ni se prendre la tête avec des commémorations bizarres. On les imagine mal célébrer, par exemple, la défaite de la bataille de Yorktown qui leur a fait perdre l'Amérique...

Je ne me mêle au débat qu'en touriste, mais il me semble qu'en général, remuer un couteau dans une plaie ne fait jamais de bien. Peut-être est-ce là un cas ou il faudrait plutôt penser à l'avenir?