mercredi 26 août 2009

Hypersexualisation et féminisme : les armes des jalouses?

Je suis tombée par hasard sur le blog de Paul Roux sur le site de cyberpresse. Il y parlait du fait que les gens crient haut et fort à l'hypersexualisation des joueuses de tennis (à cause de leurs jupes trop courtes, hauts trop serrés, boucles d'oreille trop encombrantes, maquillages trop voyant... physiques trop beaux quoi!), mais qu'on n'entend pas grand monde se plaindre quand les joueurs masculins s'exécutent torses nus ou en camisoles moulantes (ni même quand des revues les transforme en spornstar).

L'auteur laissait entendre qu'il y a un traitement inégal des sexes. Et que les critiques les plus virulentes viennent des femmes. Sans le dire, l'auteur semble se demander (ou c'est peut-être juste moi qui fabule?) si ces critiques ne sont pas seulement des féministes frustrées et jalouses de voir que leurs chums trouvent les joueuses jolies... mais qui ne se privent pas pour autant de se rincer l'oeil pendant les matchs masculins.

Je crois que l'auteur mélange deux choses dans son article. Premièrement, oui, je pense que les filles qui se sentent obligées de porter des bijoux ou du maquillage pour un match de tennis sont hypersexualisées. Contrairement aux robes moulantes ou aux jupes courtes, personne ne pourra me faire avaler que les bijoux ou le maquillage sont pratiques ou confortables.

Parcontre, là où Paul Roux frappe dans le mille, c'est quand il laisse entendre (ou en tout cas, moi c'est ce que j'entends) que les filles qui chialent sont jalouses. Ben oui, elles le sont! Après tout, quelle femme n'envirait pas ces athlètes minces et musclées, aux jambes interminables et au bronzage parfait?

Cependant, je ne pense pas que les filles sont plus jalouses des joueuses de tennis que leurs chums peuvent l'être de n'importe quel athlète masculin doté d'une belle gueule qu'on retrouve torse nu en première page des revues (le mien, entk, aimerait parfois avoir l'allure de St-Pierre... ;)

La différence, c'est que les filles cachent désormais leur jalousie derrière l'hypersexualisation et le féminisme... Et ça, c'est grave. À force de trop crier au loup, les vrais cas problématiques (comme les strings faits pour des fillettes de 8 ans) ne seront jamais traitées.

La jalousie, ça se gère.

En couple.

8 commentaires:

Rackham Le Rouge a dit…

Ola du bateau !

Je crois que souvent les analyses d'un journaliste ou blogueur ne regarde que lui.
J'aime le tennis, et je ne regrette pas les joueuses et joueurs sales, mal fringués et pas sexy. Au fond, le but du jeu de tennis est de...jouer au tennis, et gagner !

Quand à la jalousie qui se gère en couple...Oula ! Je vais la noter pour la ressortir, ça vaudrait bien un article !

Besos
Jack

Gen a dit…

L'article de Paul Roux m'a plutôt fait réagir sur les dérives du féminisme. J'ai trop vu de filles qui se cachaient derrière quand ça les arrangeait.

Et pour la jalousie qui se gère en couple, tant mieux si ça t'inspire! ;)

Rackham Le Rouge a dit…

Les filles ont raison de de se servir de leur sex-appeal comme les garçons de leurs biscotto ! Chacun ses armes...
Tout ça est quand même péjoratif, donc induit un etat d'esprit négatif.

Et la jalousie est un sentiment naturel, à petite dose, que tout le monde a ressenti un jour.

Vous verrez que finalement le but de ces polémiques est de nourrir la gente qui les provoque : Les journalistes !

Pierre H.Charron a dit…

Les joueuses de tennis comme les patineuses artistiques entre-autres sont des athlètes hors-pairs dotées d'un corps d'athlète, soit beau, ferme ,musclé et sexy. Ce sont des attributs indéniables et ils n'ont pas À s'en cacher. Et si ca rajoute au spectacle et bien tant mieux. Au cinéma c'est pareil, à la télé,dans les publicités et au...bureau. Il en sera toujours ainsi et c'est Ok comme ca. Un curé a l'air plus "religieux" avec sa soutane . Faire bénir ton mariage par un curé en salopette de jeans...ca va faire la job pareil , mais ca fait dur dans le portrait de l'album de photos ! Alors laissons les Sarapova nous faire loucher, les Saint-Pierre émoustiller les damoiselles et les Patrick Swayze (dans Dirty Dancing) faire rêver Chantal ma conjointe et gardons plûtot nos arguments pour les "string" des fillettes de 8 ans. Bien dit la dessus Gen !

Isa Lauzon a dit…

Tout à fait d'accord là-dessus Pierre et Gen : l'hypersexualisation, ça me dérange quand ce sont les petites filles qui la vivent. Les joueuses de tennis, elles peuvent bien être jolies et sexy, ça les regarde. Tiens, peut-être que moi aussi je m'arrangerais un peu si je passais ainsi devant les caméras du monde entier, à suer pour courir après une balle!

Et des frustrées-pas-bien-dans-leur-peau, il y en a malheureusement à la tonne! Des Madames qui sortent leurs grands arguments pour envoyer les jolies poulettes se rhabiller... Par pure jalousie ou envie! Vraiment, quelle perte inutile d'énergie!

Sophie sexologue a dit…

Ouf!
Il me semble que le féminisme en mange une claque ici.

J'ai aussi lu cet article sur cyberpresse et je crois que vous donnez vraiment des intentions à l'auteur qu'il n'a peut-être pas eu.

Vous vous permettez d'interpréter ses dires sans qu'il puisse répondre pour vous appuyer sur cet interprétation...

Bref, beaucoup de choses ont été dites par les lecteurs et lectrices de cet article.

Pour ma part, comme pour plusieurs autres personnes ayant réagit à cet article, le problème réside dans le fait qu'une grande majorité des commentaires fais à propos des joueuses de tennis sont liées à leur apparence physique et non pas par rapport à leur jeu. C'est personnellement ce qui me dérange.

Ça va dans le même ordre d'idée que l'association mondiale (je ne connais pas son nom exacte) de ping-pong qui souhaitait raccourcir les jupes des joueuses pour attirer plus de spectateurs lors des match. C'est ça qui est complètement ridicule.

Vous semblez croire que l'hypersexualisation concerne uniquement les enfants, mais c'est faux. Qu'arrive-t-il avec ces enfants lorsqu'ils deviennent adultes? Cessent-ils du jour au lendemain d'être hypersexualisés? Non, malheureusement.

L'hypersexualisation a tout d'abord touché les enfants, mais plusieurs adultes sont hypersexualisés et ça affecte leur façon de vivre, d'entrer en contact avec les gens, de vivre (ou tenter de vivre) leur relation de couple et leur relation amoureuse.

Je me décris comme une femme féministe ayant un esprit critique. Je ne suis pas mal dans ma peau et j,en ai mare qu'on associe "féminisme" et "frustrée"; je trouve que le féminisme a le dos un peu trop large...

Sophie sexologue a dit…

p.s. Vous vous êtes fait "voler" votre texte: il est intégralement "copier-coller" sur un blog masculiniste:
http://masculinisme.blog-city.com/hypersexualisation_et_fminisme__les_armes_des_jalouses.htm

Gen a dit…

@Sophie

Je m'étais surtout inspirée de l'auteur pour mon blog, sans nécessairement lui prêter d'idées.

Je trouve moi aussi que raccourcir les jupes pour attirer des spectateurs, c'est avilissant, mais si les femmes s'y prêtent, ce n'est pas à elles qu'il faut jeter la pierre.

Et tant qu'à commencer le combat du féminisme quelque part, je crois que c'est plutôt sur le terrain des jeunes filles qu'il faudrait le faire.

Merci pour votre commentaire, ainsi que pour la dénonciation du plagiat. J'y met bon ordre de ce pas.